> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Numérique, Communication, Presse) > B* Un reportage vidéo du centre VEI sur un RAR à Saint-Laurent-du-Maroni en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Un reportage vidéo du centre VEI sur un RAR à Saint-Laurent-du-Maroni en Guyane. Un journal du RAR en milieu multiculturel

24 juin 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site de vei.fr

Ce reportage sur le RAR Tell Eboué de Saint-Laurent du Maroni a été réalisé par le département Ville-École-Intégration du CNDP, avec l’appui du CRDP de Guyane et des apports de l’équipe pédagogique et du comité exécutif du RAR.

Edito du principal :
Le collège Eugénie Tell Eboué, ainsi appelé en l’honneur de la remarquable épouse du gouverneur Félix Eboué, est le plus ancien établissement secondaire de Saint-Laurent du Maroni. Cet établissement, ancienne « école des sœurs », érigé en collège public en 1973, est aujourd’hui l’un des cinq collèges de la ville.

Ce collège de centre-ville accueillait, il y a quelques années encore, un public moyennement favorisé. Il accueille aujourd’hui, dans un souci de mixité sociale, des élèves venant de quartiers plus éloignés, dont 74,8% sont issus de familles très défavorisées. La population scolaire se caractérise par sa pluriculturalité et sa multiethnicité : bushi nengués (djuka, aluku, saramaka descendants des Noirs marrons esclaves au Surinam), créoles guyanais, antillais, amérindiens, brésiliens, métropolitains, haïtiens, chinois, surinamais, javanais et guyaniens (originaires du Guyana).

(...)

Le RAR
Les moyens supplémentaires du RAR sont utilisés sur le cycle 3 et le collège. Les deux écoles élémentaires bénéficient de l’intervention d’un assistant pédagogique et de deux professeurs supplémentaires (un PE et un professeur de lettres) qui prennent en charge des élèves en difficulté, en petit groupe (6 maximum), sur la maîtrise de la langue et en mathématiques. L’organisation est décidée en comité exécutif une fois par mois et en conseil de cycle selon les besoins exprimés par les enseignants.

Au collège, les professeurs supplémentaires et les assistants pédagogiques travaillent dans des dispositifs d’aide à la maîtrise de la langue de la 6e à la 3e et utilisent des heures pour le traitement de la difficulté scolaire (TDS).

&nbsp

(...) Une action prioritaire : un journal de RAR pour la maîtrise de la langue

Il n’est pas rare que les élèves du RAR Tell Eboué, en classe ou dans la cour de récréation, utilisent leur langue maternelle, celle de la maison. Cela s’est même produit en cours de français !
Certains d’entre eux arrivent à l’école primaire au CP, au CE1, voire au CM2 pour des nouveaux arrivants (par exemple en provenance du Surinam) sans avoir eu aucun contact avec la langue française, avec toutes les difficultés que cela peut engendrer dans le contexte scolaire.

Le RAR Tell Eboué a pris à bras-le-corps la question de la maîtrise de la langue française, « la langue de l’école ». Ainsi, la production annuelle de COLLPRIM, (PDF, 1260 ko), journal du réseau et organe de communication interne au RAR, est un projet mis en place en 2006 avec l’objectif de :

* améliorer le langage oral et écrit ;
* donner du sens aux apprentissages, en particulier à la production d’écrits qui ne fait pas partie de la culture des élèves.

Cette action s’inscrit dans la dynamique école-collège. Elle est coordonnée par la documentaliste du collège et concerne les élèves du cycle 3 et du collège de la 6e à la 4e.

Voir le reportage

Répondre à cet article