> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales à la MATERNELLE > Maternelle (Actions autres ou interdisciplinaires) > B* Faire classe dehors dans 3 maternelles dont 2 en REP : Sévigné à Vichy et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Faire classe dehors dans 3 maternelles dont 2 en REP : Sévigné à Vichy et Lucie Aubrac à Cusset (Allier)

16 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Un espace, des espaces pour apprendre : faire classe dehors !

QUOI ?

Ouvrons les portes des classes, allons enseigner dehors ! L’environnement, au cœur du dispositif comme facteur de motivation, pour ancrer les apprentissages dans le réel et susciter l’intérêt des élèves.

• S’appuyer sur l’environnement pour construire, transposer des situations d’apprentissages.

• S’appuyer sur la régularité des sorties pour reconnecter l’enfant à la nature et entrer dans une démarche citoyenne : découvrir et apprécier l’environnement pour mieux le protéger.

L’engagement et la posture de l’élève changent : des comportements solidaires spontanés apparaissent, la motricité se développe « grandeur nature ».

Les gestes professionnels des enseignants sont réinterrogés et laissent davantage place à l’observation et à l’expérimentation. Un lâcher prise s’opère au bénéfice de l’autonomie des élèves. Faire classe dehors amène l’enseignant à imaginer des situations didactiques nouvelles, innovantes, suscite la créativité des élèves pour résoudre des situations –problèmes.

Classe dehors exemple de mise en œuvre

QUI ?

9 membre(s) dans l’équipe

Ce projet "faire classe dehors" implique de repenser l’espace d’enseignement dans son ensemble :

Le partenariat enseignant /ATSEM est primordial dans la préparation des séances : gestion matérielle, encadrement, sécurité,

Ce dispositif est complété par l’ appui des familles : parents accompagnateurs qui prennent part chaque semaine à l’accompagnement du groupe classe

Faire classe dehors éveille la curiosité des ATSEM, des familles, bouscule les représentations et ouvre de nouveaux modes de co-éducation.A travers ce projet, les parents prennent conscience des apports du milieu naturel et des différentes activités pédagogiques possibles.

- Les participants

• 127 élève(s)
• 6 enseignant(s)
• 7 autre(s) participant(s)

OÙ ?

Interétablissements Clermont-Ferrand

Le projet concerne des classes maternelles issues d’écoles dans des contextes différents :

• 2 écoles situées en éducation prioritaire (Vichy Sévigné – Cusset Lucie Aubrac )
• 1 école située en zone semi rurale (Abrest)

Chaque école inscrit son action dans une zone naturelle différente : l’école d’Abrest se rend chaque semaine sur la colline au dessus de l’école (déplacement à pied dans un lieu de proximité)

L’école de Cusset se rend sur des lieux différents à chaque sortie : forêts, parcs naturels, sites naturels culturels (déplacement à pied ou en bus)

L’école de Vichy se rend sur des zones aménagées : parcs de la ville ou dans une forêt proche de l’école (déplacement en bus)

- Les établissements

• Clermont-Ferrand LUCIE AUBRAC (003)
• Clermont-Ferrand SEVIGNE (003)
• Clermont-Ferrand ECOLE PRIMAIRE PUBLIQUE (003)

• 1 académie(s)
• 3 établissement(s)
• 6 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

Notre constat :

• 2 écoles sur 3 en éducation prioritaire présentent un public peu confronté à la nature (environnement urbain)

• Au quotidien, les enfants sont souvent dans des espaces confinés, et souffrent de sédentarité.

• les écrans sont très présents, la confrontation au réel et à la nature souvent méconnue.

Apprendre autrement, et redonner une place centrale à l’environnement et aux possibilités qu’il offre, c’est prendre en compte le milieu naturel et ses richesses (cadre apaisant, riche de créativité, d’imaginaire), développer les compétences psychosociales (émotions, confiance, coopération..), favoriser la relation école /famille en donnant accès aux situations d’apprentissage vécues par les enfants (invitation à participer, transmission/rencontres et diffusion des expériences vécues),s’approprier cet espace pour mieux le connaitre et mieux le protéger, appréhender les bienfaits de la nature (espace- mouvement), pour répondre à des enjeux majeurs de société (santé/ civisme)

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• la fréquentation de lieux naturels par les familles sera évaluée par un questionnaire : les enfants sont-ils les vecteurs de nouvelles conduites au sein des familles ?

• les propositions d’encadrement : nombre de parents qui se rendent disponibles pour accompagner les sorties et la participation aux rencontres bilans proposées par l’école

• l’observation de nouveaux comportements notamment lors de la récréation (réinvestissement) - diminution des conflits

• impact sur la santé des élèves, la résistance

• retours langagiers des élèves sur les émotions ressenties au retour des sorties

- Sources d’inspiration

Type Titre Auteur Année Observation
Conférence grandir avec la nature -école du dehors et imaginaire - CONGRES NATIONAL AGEEM 2020 BRESSUIRE Aurélie SWANG 2020 point sur une recherche action participative "grandir avec la nature" et témoignages d’enseignants ayant mis en oeuvre cette pratique depuis plusieurs années ana sleurs classes
Livre l’école à ciel ouvert Nathalie Barras -Sarah WauquieZ 2019 Des ressources concrètes pour mettre en place des séances d’apprentissage dans tous les domaines
Livre Emmenez les enfants dehors Crystèle FERJOU 2020 Des ressources scientifiques, philosophiques, administratives et matérielles pour oser se lancer dans le projet innovant de faire classe dehors
Livre L’enfant dans la nature Matthieu Chéreau- Moins Fauchier Delavigne 2019 Comprendre la philosophie du projet, appréhender l’’enjeu des situations d’apprentissage dans la nature.

QUAND ?

Du 01/09/2020 Au 31/08/2021

COMMENT ?

Organiser la classe par tous les temps, en extérieur nécessite l’appropriation d’un espace naturel ainsi que des dispositions matérielles (équipement de protection).

Chaque demi- journée, la classe se retrouve en extérieur dans un espace choisi qu’elle aménage progressivement : lieu de regroupement,lieu pour différents ateliers, règles de fonctionnement.

Le matériel approprié pour les séances prévues dans tous les domaines d’apprentissage est en accord avec l’environnement : matériaux naturels, et matériel d’observation présent pour s’approprier pleinement le lieu. Du matériel d’observation est à disposition des enfants pour une meilleure appropriation du lieu (observation scientifique). La découverte du lieu amène parfois de nouvelles opportunités d’apprentissage non prévus.

L’engagement du corps est primordial dans les situations proposées : les élèves ne sont pas installés à des tables mais engagés corporellement : mouvement, déplacement, adaptation physique sont favorisés.

- Modalités de mise en œuvre

Pour la mise en place de cette « classe dehors », un encadrement humain est nécessaire : l’enseignant et l’ATSEM de la classe sont pleinement investis dans des gestes professionnels adaptés (passation de consigne, gestion de l’espace, du matériel nouveau fortuit, gestion de la sécurité permettant un « lâcher prise » nécessaire à l’appropriation autonome et constructive du lieu) . Ils sont accompagnés par des adultes référents : plusieurs parents d’élèves sont présents lors de chaque sortie.

Les rituels de la classe sont transposés : rituels, répartition des responsabilités, travaux de groupes et temps de regroupements sont prévus en lien avec l’organisation au sein de la classe.

Ce nouvel espace d’apprentissage permet de transposer et réinvestir des situations vécues.

Ces situations extérieures sont conçues dans un va et vient permanent avec ce qui se passe à l’intérieur de la classe : par exemple une situation numérique créée dans la nature sera prolongée en situation « ordinaire » de classe ou inversement une situation préparée en classe « intérieure » sera prolongée en situation naturelle.

Les phases de découvertes, de jeux libres développés dans la nature enrichissent les expériences des enfants et leur permettent de créer de nouvelles propositions qui peuvent être reprise par le groupe

la régularité des sorties permet une appropriation efficace des lieux : les enfants se repèrent, le mouvement se libère et chacun trouve sa place dans ce nouvel environnement "apprivoisé" petit à petit. Il en résulte des apports langagiers, moteurs et relationnels efficaces et durables construits dans une relation de confiance et de proximité avec les adultes présents.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

Pour chaque classe participant à ce projet, ce temps de travail en extérieur a révélé ses bénéfices. `

L’engagement des enfants dans les situations proposées est réel et enthousiaste même quand les conditions météorologiques sont plus éprouvantes.

Concernant la pratique de l’enseignant, tous les domaines sont pris en compte dans les situations CLASSE DEHORS : langage, structuration de l’espace, découverte du monde, graphisme, pratique artistiques, pratiques physiques. Les séances s’enrichissent en ouvrant de nouveaux dispositifs et en créant des liens entre les différentes séances vécues par les enfants : de l’extérieur à l’intérieur et vice versa.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• la participation de l’ensemble des élèves se fait dans l’enthousiasme général, les retours langagiers sont riches et nombreux
• l’engouement des familles est réel et de plus en plus de parents nous sollicitent pour participer à ces journées de classe.
• les retours des familles montrent de nouvelles pratiques familiales : plusieurs enfants conduisent leurs parents le week-end sur les lieux fréquentés avec la classe.
• des attitudes coopératives s’observent d’emblée en situation et modifient le groupe classe (moins de conflits, échanges d’entraide et d’observation, la place de chacun se construit dans une relation de confiance et d’écoute mutuelle)
• les prouesses physiques se développent : moins de temps de déplacement, les enfants ont pris des habitudes et un rythme de marche et d’appropriation de l’espace (moins de chute, plus d’attention face aux dangers susceptibles d’être rencontrés)

ET APRÈS ?

L’engouement et l’engagement des enfants est réel pour participer à ces temps privilégiés chaque semaine.

Les retours des familles traduisent également cet enthousiasme et de plus en plus de parents se portent volontaires pour venir participer et découvrir ces séances dont les enfants parlent beaucoup.

Côté enseignant, ces séances sont exigeantes en terme d’organisation (préparation, encadrement, conception)mais suscitent chaque fois un cadre apaisant et stimulant : la rupture créée par cette nouvelle situation engendre de nouvelles postures (observation, « lâcher prise », confiance) engageant de nouveaux gestes professionnels ( innovation pour s’adapter aux enjeux de l’environnement : espace plus vaste, moins sécurisé – travail d’équipe à gérer – optimisation des contraintes de temps et des situations de découvertes fortuites plaçant l’élève dans le réel )

- Développement et suite de l’action

Pour poursuivre cette dynamique, un espace spécial « classe dehors » va être élaboré et aménagé par les élèves sur un terrain communal, permettant un élargissement de l’expérience au sein de toute une école.

Ainsi, l’espace d’apprentissage récréé en extérieur permettra un accès facile où chaque enseignant de la PS au CM2 pourra se rendre avec ses élèves pour effectuer des séances tout au long de l’année.

Ce nouvel espace mutualisé et partagé facilitera les démarches pour ceux qui se lancent dans cette aventure passionnante et riche de la classe dehors.

Extrait de Innovathèque du 07.06.21

 

Voir les mots-clés :
Aménagement espace, Architecture (gr 5)/

EDD (Développement durable) (gr 4)/

Répondre à cet article