> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : LANGUE(S) et LETTRES, (doc. généraux) > Langue(s) et Lettres (Positions) > La méthode Lego : on n’expérimente pas "un outil si bourré d’erreurs et si (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La méthode Lego : on n’expérimente pas "un outil si bourré d’erreurs et si dangereux pour les enfants" (le blog d’Evelyne Charmeux)

15 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Le discours de la méthode... LEGO

Aucun rapport avec les petites pièces de jeu, si appréciées des enfants : LEGO, ici, c’est du latin et ça signifie "lire".
Eh oui, c’est de lecture qu’il s’agit. On n’en sort pas. Et, une fois de plus, on a lieu de s’affoler : la dernière décision du Ministre à ce sujet entérine la catastrophe annoncée, puisqu’il est fortement question d’en faite la méthode imposée à tous.

Qu’une méthode de lecture puisse être déclarée "expérimentale", alors qu’elle ne diffère en presque rien des méthodes syllabiques existantes, et qu’on s’appuie sur les résultats (lesquels ?) obtenus (quand ?) de son expérimentation, pour l’imposer à toutes les écoles de France, constitue un sacré coup de sape supplémentaire, contre la démocratie en France.
Voici une page du manuel des élèves. [...]

[...] Mais pour les collègue, à qui on va l’imposer, c’est un véritable drame : surgira d’abord, angoissante, la question de savoir comment concilier cette "nouvelle" approche avec les injonctions officielles de la progression des sons, dans la brochure y afférente ? Le ministre aurait-il évolué dans ses certitudes ?

En tout cas, ce qui est certain, c’est que la science, dont se réclame ce monsieur avec énergie, constitue un recul incontestable, même par rapport à la méthode Boscher, (il faut le faire !) qui, partant des lettres pour les assembler, proposait une activité au moins ludique, — certes, sans rapport avec la lecture — mais qui avait le mérite d’être accessible à des petits de six ans, et d’autant plus que l’entourage coloré des pages et les petites histoires — certes, fort cucul — qui servait de support au travail, ne manquaient pas de charme aux yeux des enfants, ce qui est loin d’être le cas avec Légo.

Comme le révélèrent les brochures sur la lecture au CP, notre Ministre ignore les enfants, comme il ignore les enseignants et s’arroge le droit de maltraiter les uns et les autres en infligeant, aux premiers, des tâches qu’ils sont incapables de comprendre, et en maltraitant plus encore les seconds, contraints de faire du dressage pour obtenir que les petits fassent ce qu’ordonne ce monsieur.

La conclusion est évidente : il faut réveiller les collègues qui ont adhéré à l’invitation d’expérimenter (le verbe est en soi une imposture) cette méthode, abusés par l’ivresse de travailler directement pour le grand Patron, et s’opposer énergiquement à la diffusion de cette caricature de démarche d’enseignement de la lecture, qui n’enseigne que des bêtises et handicape l’avenir de nos petits, avec, à la fois, de mauvaises habitudes en lecture et des erreurs graves en utilisation de la langue.

On ne se lance pas, même contraint par le Chef, dans l’expérimentation d’un outil si bourré d’erreurs et si dangereux pour les enfants.
RÉSISTEZ ! REFUSEZ de participer à cette scandaleuse entreprise !

Extrait de charmeux.fr du 12.01.21

Répondre à cet article