> ACTES ET PRODUCTIONS DE L’OZP > Les Journées OZP (Actes) > 2017 : Poursuivre et renforcer l’éducation prioritaire > Journée OZP 2017. L’intervention de Marc Bablet, chef du Bureau de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Journée OZP 2017. L’intervention de Marc Bablet, chef du Bureau de l’éducation prioritaire à la Dgesco

23 mai 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

Journée nationale OZP, 20 mai 2017

Intervention de Marc Bablet, chef du Bureau de l’éducation prioritaire à la Direction Générale de l’Enseignement Scolaire (Dgesco)

Marc Bablet annonce d’emblée que, dans cette période de transition, il va se limiter à dresser l’état actuel de l’éducation prioritaire : pour lui, il n’y a pas lieu d’opposer le passé au présent et il y a bien continuité de l’action de l’Etat dans le domaine de l’éducation prioritaire.

Le plan du powerpoint (17 pages)

L’éducation prioritaire en France, mai 2017
Refonder, pourquoi ? 2
Une refondation programmée 3
Une carte plus juste 4
Un référentiel porteur de six priorités dans une optique systémique 5
Les apprentissages, la pédagogie au cœur de l’éducation prioritaire 6
Le travail collectif des personnels 7
Un sens fort donné au travail collectif 8
Accueillir, former, accompagner 9
Les actions d’accompagnement national en cours 10
Des mesures pédagogiques ; point rentre 2016 11
Les parcours d’excellence 12
La reconnaissance des personnels 13
Travailler avec les parents 14
Un travail consolidé avec les partenaires 15
Le pilotage du réseau 16
Une politique dont les orientations sont inscrites dans la loi 17

Le powerpoint :

 

En commentant ces tableaux lors de la projection, Marc Bablet a souligné ou précisé certains points. Voici ceux que nous avons eu le temps de relever :
- L’apport de l’éducation prioritaire au système éducatif a été important, notamment sur la généralisation du cycle 3 et sur le lien avec la recherche.
- Le référentiel, je suis sûr que "tout le monde ici le connait par cœur !" Le mot important dans le titre est le mot "systémique".
- Un dossier "Enseigner plus explicitement" est disponible sur le site du MEN.
- Les apprentissages : ne surtout pas oublier les mathématiques, qui sont un marqueur important d’échec scolaire.
- Bienveillance et exigence doivent aller de pair. La notion d’"évaluation positive" se développe et contribue beaucoup à renforcer l’estime de soi des élèves.
- Le travail collectif des personnels est plus difficile à mettre en place au collège où on a tendance à se regrouper autour de la discipline plutôt que sur l’interprofessionnel.
- Deux mesures importantes ont été prises pour faciliter le travail collectif interdegrés. Il faut rendre hommage sur ce point au travail remarquable réalisé par les Inspections générales et en particlier par Marie-Laure Lepetit et Monique Dupuis.
- La formation des personnels progresse, notamment dans le cadre d’un collectif de travail local.
- Un dispositif ne vaut que par son accompagnement.
- Le rapport Moisan relevait déjà des pratiques nouvelles.
- En perspective, nous allons développer la formation des coordonnateurs de réseau et celle des pilotes. La réflexion que nous menons actuellement sur ce dernier point avec les responsables académiques est "enthousiasmante".
- En perspective également, la publication, avec le Canopé de Nancy, d’un livret sur la coopération entre élèves et entre adultes.
- Le dédoublement des classes de CP en REP et REP+ se heurte au problème des locaux.
- Le dispositif Plus de maitres que de classes est en relation forte avec la politique de la Ville et les Quartiers Prioritaires de la Ville (QPV).
- L’accompagnement continu en 6ème va être renforcé dans le sens des engagements du nouveau Président de la République sur le soutien.
- Les parcours d’excellence concernent déjà maintenant 200 collèges en éducation prioritaire.
- Faire un choix d’orientation est difficile pour les élèves et nécessite un niveau minimum de connaissances.
- Organiser localement des espaces de concertation entre enseignants n’a pas été simple partout au départ, certains REP attendant de voir comment cela allait se passer en REP+.
- Le travail avec les parents est fondamental, et plus encore avec les parents en situation de grande pauvreté. Mon expérience d’inspecteur d’académie adjoint en Seine-Saint-Denis m’a appris que les incidents avec les parents étaient TOUJOURS liés à de mauvaises conditions de dialogue au départ.
- Avec les partenaires, la nouvelle convention court jusqu’en 2020. De gros progrès ont été constatés dans les relations avec les collectivités locales, par exemple sur la question du bâti pour la scolarisation des moins de trois ans.
- La circulaire sur le statut des assistantes sociales est un acquis important pour l’éducation prioritaire.
- Le rôle joué par les trois pilotes, principal, IEN et IAIPR référent, est essentiel.
Je fais référence souvent à deux métaphores : le pilote sur la mer est la personne qui aide le commandant à s’orienter pour entrer ou sortir du port, le pilote aérien est celui qui est aux commandes de l’aéronef.
L’éducation prioritaire s’inscrit dans le cadre de la Loi d’orientation même si elle n’y est pas explicitement citée.
Compte rendu rédigé par Jean-Paul Tauvel, membre du bureau de l’OZP

&nbsp :

Journée OZP 2017. Voir les comptes rendus actuellement en ligne

Répondre à cet article