> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Rythmes scolaires, Org. temps scol. (gr 5) > Rythmes scol. (Situations locales) > B* Deux actions de l’école ECLAIR rue d’Oran à Paris 18e : - Aménagement du (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Deux actions de l’école ECLAIR rue d’Oran à Paris 18e : - Aménagement du temps (depuis 2008) - Autoévaluation régulière des dispositifs d’apprentissage

28 juin 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Projet de l’école ECLAIR rue d’Oran à Paris 18e

Le projet présenté décrit deux actions :
- Action 1 : Adaptation aux nouveaux rythmes éducatifs de l’Aménagement du Temps de l’Enfant mis en place dans l’établissement depuis la rentrée 2008
- Action 2 : Amélioration de l’efficacité de l’école par l’autoévaluation régulière des dispositifs mis en place au service des apprentissages.

 Fiche d’identité Action 1 : Adaptation aux nouveaux rythmes éducatifs de l’Aménagement du Temps de l’Enfant mis en place dans l’établissement depuis la rentrée 2008

L’expérimentation est prévue à partir de septembre 2013 pour une durée de 5 ans (suivi d’une cohorte d’élèves du CP au CM2)

Porteur de projet : Bavière Véronique, Directrice de l’école
06 87 57 59 92 / ce.0754695w@ac-paris.fr

Membres de l’équipe :
Aude Delatouche : Maître E
Flavie Delarue : Professeur de Cycle 3
Delphine Morain : Professeur de Cycle 3
Flavie Thoron : Professeur de Cycle 3
Gaelle Puyo : Professeur surnuméraire
Sarah Domingos : Professeur de CP
Amélie Zavarella : Professeur de CP
Laure Chemoil : Professeur de CE1
Germain Faure : Professeur de CE1

Description du projet

- Constat à l’origine du projet
Depuis neuf ans l’équipe pédagogique de l’école Oran, située en zone ECLAIR a consacré toute son énergie à la mise au travail des enfants, en les amenant à adopter un comportement d’élève, en créant des outils qui permettent à chacun de construire un rapport à la loi qui l’aide à grandir, en s’interrogeant en équipe sur les pratiques pédagogiques les plus efficaces pour faire réussir tous les élèves.

Il y a cinq ans nous avons mis en en place un Aménagement du Temps de l’Enfant en lien avec la priorité 2 du Projet d’Ecole : Améliorer les compétences scolaires de chaque élève en adaptant notre action aux différents besoins.
Cet aménagement est toujours en place et donne satisfaction à l’ensemble des partenaires de l’école.
L’effectif est en moyenne de 180 élèves, 66% des élèves déjeunent à la cantine et 75 % fréquentent l’école jusqu’à 18h de 1 et 4 soirs par semaine.

Ce que nous observons dans notre école :
1- L’accueil, désormais assuré par les professeurs dans les classes de 8h20 à 8h30 se déroule bien. Les matinées sont productives. La majorité des élèves entrent dans les apprentissages et l’ambiance des classes est studieuse. A 11h30 les élèves ont encore de l’énergie pour travailler.

2- Depuis la rentrée 2008 le temps d’interclasse réduit à 1h30 (12h30 – 14h) se déroule de façon tout à fait satisfaisante.
Avant 2008 : La dernière demi-heure (13h – 13h30) était particulièrement source d’excitation et de conflits : à partir de 13h (fin du repas) les 120 élèves demi-pensionnaire étaient réunis dans la cour, ne sachant plus trop quoi faire, les premiers conflits éclataient. Lorsqu’à 13H20 les externes arrivaient (180 élèves dans la cour), le climat se détériorait, l’agressivité montait, le volume sonore augmentait ce qui amenait parfois des situations « explosives ».
A 13h30, la mise en rang était difficile, et les professeurs devaient dépenser une énergie excessive pour remonter les élèves dans les classes ; c’était un moment de tension pour toute l’école.
Arrivés en classe, le temps de re-mobilisation pour les apprentissages était anormalement long, les élèves étaient énervés, leur attention fluctuante.
Depuis la rentrée 2011 : afin de prévenir les « télescopages » liés au trop grand nombre d’élèves
réunis dans la cour de 13h50 à 14h nous demandons aux élèves de se déplacer sans courir à partir
du moment où les externes rentrent dans la cour. La directrice et le maître E se joignent à l’équipe d’animateurs pour assurer quotidiennement ce temps de surveillance. Les accidents ont pratiquement disparu durant ce temps.

3- Depuis la rentrée 2008 la suppression de la récréation de l’après-midi a permis d’apaiser le climat de l’école et d’offrir aux élèves des temps d’apprentissages plus efficaces.
Avant 2008 : Contrairement à celle du matin, la récréation de l’après-midi était à nouveau, source de conflits et d’énervement. Deux services étaient organisés (90 élèves dans la cour de 14h55 à 15h10 puis 90 élèves de 15h15 à15h30)
La fatigue se faisant ressentir, les élèves éprouvaient beaucoup de difficultés à maintenir leur attention pour l’heure de classe restante.

4- Depuis la rentrée 2008, 120 élèves en moyenne sont en récréation dans la cour de 16h à 16h30. Ils goûtent et ne sont pas trop agités. Depuis janvier 2011, nous avons réduit les tensions liés aux élèves qui n’apportaient pas de goûter (et demandaient de façon plus ou moins courtoise à leurs camarades de partager) en instaurant un système de goûter payant (0.30€ le goûter) proposé par la coopérative scolaire. Ce temps n’est pas trop long, les élèves arrivent à se détendre sans s’exciter et les professeurs ont le temps de faire une petite pause avant de reprendre un nouveau groupe.

5- Depuis la rentrée 2008, les activités périscolaires sont proposées chaque soir de 16h30 à 18h : 75% des élèves y participent :
8 séances de clubs Coup de Pouce, 12 séances d’études surveillées, 4 ateliers Bibliothèque,
1 atelier Jeux d’échecs, 1 atelier Petit Débrouillard, 1 atelier Technologie, 1 atelier Capoeira, 1 atelier Jeux sportifs, 1 atelier Jeux du monde sont proposés par les animateurs de la Ville de Paris en accord avec les préoccupations pédagogiques de l’équipe.
1 atelier Jeux de société, 1 atelier Origami, 1 atelier Ecriture, 1 atelier Bibliothèque municipale, 1 atelier Jardinage, 2 ateliers Jeux pré sportifs, sont proposés par les professeurs
1 atelier Comédie musicale, est proposé par l’Association Les Serruriers Magiques
Avant 2008 : le temps entre 17h et 18h était trop court pour mener un atelier dans de bonnes conditions : le temps de faire l’appel, d’installer du matériel (souvent impossible de le faire avant car la cour et le préau sont occupés par la récréation et le goûter des élèves, et les salles par les professeurs qui finissent de ranger), d’expliquer la séance, il ne restait parfois qu’une demi-heure d’activité.
De plus, un créneau d’une heure ne permettait aucun déplacement (pour rejoindre une structure par exemple : salle de danse, gymnase, bibliothèque municipale ….)
De même les études surveillées fonctionnaient de façon moins efficace car les animateurs n’avaient pas le temps de mettre un protocole en place.

- Objectifs poursuivis
• Mieux respecter les rythmes de vie l’enfant dans le souci son bien-être
• Favoriser la réussite scolaire de tous les enfants, et plus généralement contribuer à l’acquisition et à la maîtrise du savoir, en améliorant les conditions préalables aux apprentissages.
• Encourager le développement personnel de l’enfant par un accès facilité à la culture, aux sciences, au sport.
• Encourager les transferts d’apprentissage entre les disciplines scolaires, les activités éducatives, et les activités périscolaires, les mettre en cohérence et chercher un équilibre d’ensemble en vue du développement de tous les potentiels de l’enfant.
• Renforcer la pertinence et la cohérence des activités éducatives et périscolaires par la mise en place du Projet Educatif Territorial..

- Description et modalités de mise en œuvre
Nombre d’élèves et niveau(x) concernés : 180 élèves du CP au CM2
Nous souhaitons reconduire l’organisation de la journée scolaire mise en place depuis la rentrée 2008 en procédant aux adaptations nécessaires aux nouveaux rythmes scolaires. Tenant compte de l’esprit de la réforme cette proposition est faite dans le cadre du Projet Educatif Territorial. Nous continuerons à travailler avec les partenaires territoriaux afin d’équilibrer au mieux la qualité des différents temps proposés aux enfants/élèves.

▪ Lundi et Jeudi : pas de changement
• Classe : matin : 8h30-12h30
• Pause méridienne : 12h30-14h00
• Classe : après-midi : 14h00-16h00
• Périscolaire : 16h-18h

▪ Mardi et Vendredi : changement
• Classe : 8h30-12h30
• Pause méridienne : 12h30-14h30
• Heures APC : 14h00- 14h30
• Ateliers péri-éducatifs : 14h30-16h00 (1h30)
• Périscolaire : 16h-18h

Le temps d’accueil se prolonge jusqu’à 8h45 afin d’y inclure le temps de moindre vigilance du début de la matinée.
A 10h ou 10h30 une collation fruit est organisée dans chaque classe prise en charge à 50% par les familles volontaires et 50 % par la caisse des écoles et la mairie de Paris.
La matinée est prolongée d’une heure.
Le lundi et le jeudi l’interclasse est réduit d’une demi-heure (12h30 -14h), Le temps périscolaire est augmenté d’une demi-heure (16h – 18h). Les animateurs de la Ville de Paris qui assurent le service de cantine assurent également soit l’étude, soit les clubs Coup de Pouce : leur horaire global reste inchangé.
Les animateurs de la Ville de Paris qui assurent les ateliers arrivent à 16h30 comme d’habitude. Ils prennent leur atelier en charge pour 1h30 d’activité.
La récréation de l’après-midi est supprimée.

Le mardi et le vendredi le temps éducatif est proposé de 14h30 à 16h. Ces mêmes jours la pose méridienne est allongée de 30’ (elle dure 2 heures) MAIS durant la dernière demi-heure, de 14h à 14h30, les professeurs mettent en place les Activités Pédagogiques Complémentaires et réduisent ainsi les effectifs présents dans la cour.
Les élèves qui ne déjeunent pas à la cantine et dont les parents ne souhaitent pas qu’ils bénéficient de l’APC et du temps éducatif terminent les cours à 12h30.
La récréation de l’après-midi est supprimée.
La présence des professeurs durant 30’ avant que la répartition en atelier ou le retour à la maison s’organisent permettra un meilleur contrôle de « qui fait quoi » et un départ encadré et plus serein en activité.
De 14h30 à 16h les professeurs pourront organiser des réunions de travail.

Concernant les compléments de temps partiels :
1) Temps partiel 50% : 12 heures : 4 demi-journées d’enseignement une semaine sur deux et 5 une semaine sur deux (lundi matin+ lundi après-midi, mardi matin + mardi après-midi, mercredi matin les semaines paires ou mercredi matin les semaines impaires, jeudi matin+ jeudi après-midi, vendredi matin + vendredi après-midi,)
2) Temps partiel 75% : 18 heures : mardi matin + mardi après-midi, mercredi matin, jeudi matin + jeudi après-midi.
Journée libérée : lundi matin+ lundi après-midi ou vendredi matin + vendredi après-midi (ce sont des journées de six heures dans toutes les écoles)
3) Temps partiel 80 % : 18 heures : lundi matin + lundi après-midi, mercredi matin, vendredi matin + vendredi après-midi.
Journée libérée mardi matin + mardi matin ou jeudi matin + jeudi après-midi (ce sont des journées de quatre heures 30 dans toutes les écoles)

- Moyens mobilisés

▪ L’équipe des professeurs et le RASED.

▪ Partenariat et contenu du partenariat :
La CARDIE de l’académie de Paris,
L’inspectrice de circonscription

▪ Liens avec la recherche (contacts, travaux engagés, références bibliographiques en appui de l’action…) :
Ce que disent les scientifiques
Il est désormais démontré que l’efficience cognitive de l’organisme humain, enfant comme adulte, varie en fonction du temps, que les fonctions cognitives de l’enfant ne sont pas stables sur la journée.

1- Les difficultés d’apprentissage sont au moins en partie liées au moment de l’apprentissage même. On peut constater que les changements du temps de travail à l’école ont des incidences trop souvent ignorées sur la disponibilité au travail de l’élève (cf. travaux de François Testu)

2- « Il paraît nécessaire, que des temps, lieux et stratégies d’accueil appropriés soient organisés au début de chaque matinée scolaire pour permettre à chaque enfant de finir de se réveiller et de s’activer, de développer une vigilance et une capacité d’attention suffisantes pour être en mesure de mobiliser ses ressources intellectuelles.
Le temps de moindre vigilance du début de la matinée peut ainsi être inclus dans le temps et la stratégie d’accueil. » (Hubert Montagner)

3- « L’ensemble des travaux européens qui ont porté sur l’évolution des performances intellectuelles des enfants au cours de la journée, montrent un profil " classique " identique. Ce profil se caractérise par une élévation des performances au fil de la matinée scolaire, suivie d’une chute après le déjeuner, puis à nouveau d’une progression de la vigilance au cours de l’après-midi […]
Les experts conseillent aussi de tenir compte de la rythmicité de la vigilance pour organiser la journée scolaire. » (Rythmes de l’enfant ; de l’horloge biologique aux rythmes scolaires / Editions Inserm, février 2001)

4- La manière dont un enfant met à profit son temps en dehors des heures de classe est importante pour sa réussite scolaire, l’épanouissement de sa personnalité et son apprentissage de la vie sociale. Il convient donc de prévoir (en particulier pour ceux qui ont le plus de difficultés à accéder aux différentes formes de culture) une organisation de ce temps propre à favoriser leur développement harmonieux. " L’enfant tirera d’autant mieux parti de son temps scolaire et de son temps libre que ceux-ci seront mieux articulés et équilibrés. Le désir de connaître et d’être ensemble se nourrit volontiers d’activités culturelles, sportives ou ludiques, menées dans le cadre du temps libre, qui peuvent être l’occasion pour chaque enfant de se découvrir des talents et contribuer à la réussite de sa scolarité.

- Evaluation

▪ Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action (auto-évaluation, évaluation interne, évaluation externe…) : Ce projet sera évalué dans le cadre de l’action n°2 (décrite ci-après)

▪ Effets attendus :

• Sur les acquis des élèves :
Les temps d’apprentissages étant plus fructueux, les compétences scolaires de nos élèves se sont améliorées : de 2008-2009 à 2011-2012 le taux moyen de réussite aux évaluations nationales a augmenté 38,31% à 43, 98 % en CE1 et de 29,99% à 44,40% en CM2. Nous continuerons d’observer l’évolution en particulier pour les élèves le plus en difficulté.

• Sur les pratiques des enseignants :
Les pratiques des enseignants continueront d’évoluer grâce à l’EPP (Evaluation Partagée des Pratiques) ;
un dispositif présenté dans la fiche expérithèque Mars 2013 sera renforcé par présence
d’un maître de plus que classes dès la rentrée 2013. L’aménagement du temps permettra à l’équipe d’un maître de plus que classes dès la rentrée 2013 de mettre en place les temps de réunion nécessaire à la réflexion et coordination des actions

• Sur les relations professionnelles :
Le temps de travail collectif proposé aux enseignants renforcera les relations professionnelles. Les élèves en seront les premiers bénéficiaires.

• Sur l’école/l’établissement :
Les changements horaires n’affectent que le service cantine : les repas sont servis à partir de 12h30 et le service se termine vers 13h45. Il n’y a aucune incidence financière.
La longueur de la matinée permet d’organiser 4 séances, y compris pour les séances des PVP et la mise en place de décloisonnements qui en découlent. Des sorties plus longues (4heures) sont possibles le matin. Nous avons le temps d’organiser deux poses d’une demi-heure par matinée, et de diviser par deux les effectifs présents dans la cour de récréation, les élèves ont davantage de place, l’ambiance est plus sereine. Les enseignants doivent effectuer davantage de service mais le font volontiers conscients de l’efficacité de ce dispositif.
La réduction de l’interclasse a supprimé l’excitation de la « dernière demi-heure » et la reprise de la classe se déroule dans de meilleures conditions.
L’absence de récréation de l’après-midi a supprimé la perte de temps due aux déplacements et permet d’utiliser la cour une demi-heure de plus pour des activités.
L’après-midi plus courte et sans coupure permet une mise au travail plus efficace.

• Sur les relations inter-degrés :
La fin des cours à 16h à Oran permet que les parents et les aînés soient à l’heure à la maternelle pour aller chercher les plus jeunes.

• Plus généralement sur l’environnement :
Depuis cinq années maintenant l’Aménagement du Temps mis en place à l’école Oran apporte toujours autant de satisfaction. Les parents d’élèves sont habitués à cette école aux horaires différents.
Les écoles voisines souhaitent à leur tour proposer un aménagement du temps.
Vous pouvez joindre à ce dossier tous les documents que vous jugerez utiles
pour éclairer le projet.

&nbsp ;

 Fiche d’identité Action 2 : Amélioration de l’efficacité de l’école par l’autoévaluation régulière des dispositifs mis en place au service des apprentissages

L’expérimentation doit débuter en septembre 2013 pour 5 ans (suivi d’une cohorte d’élèves du CP au CM2)
Porteur de projet : Bavière Véronique, Directrice de l’école
06 87 57 59 92 / ce.0754695w@ac-paris.fr
Membres de l’équipe :
Aude Delatouche : Maître E
Flavie Delarue : Professeur de Cycle 3
Delphine Morain : Professeur de Cycle 3
Sarah Domingos : Professeur de Cycle 2
Gaelle Puyo : Professeur de Cycle 2
Amélie Zavarella Professeur de Cycle 2
Description du projet

- Constat à l’origine du projet
Depuis neuf ans, afin d’améliorer les apprentissages, nous avons créé différents dispositifs pour résoudre les problèmes auxquels nous étions confrontés. Au fur et à mesure ces dispositifs s’intègrent dans le fonctionnement « routinier » de l’école, au risque d’oublier d’en interroger le bien-fondé et d’en négliger la nécessaire évolution.

- Objectifs poursuivis

• Développer une méthode systémique régulièrement mise en œuvre de récoltes de données afin de pouvoir analyser nos dispositifs et communiquer sur leur efficacité.

• Nous donner les moyens de vérifier les dispositifs qui sont en cours en menant des enquêtes régulières auprès des élèves et /ou des personnels de l’école et/ou des partenaires, pour pouvoir introduire les régulations nécessaires et les faire évoluer.
- Nombre d’élèves et niveaux concernés
180 élèves du CP au CM2

- Description et modalités de mise en œuvre

Notre démarche repose sur quatre piliers : l’engagement partagé, la résolution de problèmes, l’organisation systémique des savoirs, la coopération bienveillante (cf encadré ci-dessous).

L’expérience nous a progressivement enseigné que notre équipe « se met en marche » quand chaque acteur potentiel trouve un rôle actif au service de la réflexion du groupe et de la régulation de l’action collective. Rien n’est possible sans un engagement partagé au service d’objectifs ambitieux pour les élèves. En prenant au sérieux les objectifs du Socle commun, réaffirmé par l’E.N., notre démarche s’élabore le plus souvent par résolution de problèmes. Confrontés à un nouveau problème, nous faisons l’inventaire des savoirs, de chacun, du groupe, en fusionnant savoirs d’expérience et apports plus théoriques ; nous problématisons ce qui pose difficulté, puis établissons un plan d’actions (répartition des tâches et responsabilités, échéances à court, moyen et long terme, critères de réussite). Nous avons éprouvé le besoin de mettre en système nos savoirs acquis à travers la pratique l’analyse et la formation et de les organiser visuellement pour une meilleure lisibilité.

Désormais nous accédons plus facilement à une vision globale de cette complexité, les relations établies entre les différents éléments sont apparentes et les outils ou dispositifs les plus sollicités sont facilement repérables. Les nouveaux collègues ont les moyens de mieux et plus rapidement s’approprier le fonctionnement de l’école. Nous avons nommé le mode de relations que nous essayons d’instaurer : coopération bienveillante. Nous la définissons comme une attitude active, une démarche continue qui n’est jamais acquise. Il s’agit de dépasser ses simples affinités, de se décentrer pour voir et entendre l’autre. Elle nous permet de prévenir les conflits et d’apaiser le climat scolaire.

Notre mode de fonctionnement très concrètement repose sur la bienveillance, la coopération dans l’équipe et l’intelligence des rôles en fonction d’un objectif partagé.
Nous souhaitons créer des outils appropriés et fiables qui pourront être alimentés régulièrement pour permettre une comparaison dans le temps.
Les domaines suivants, à travers les dispositifs mis en place dans l’école, seront interrogés :

▪ LES APPRENTISSAGES
L’Evaluation Partagée des Pratiques (E.P.P) : l’amélioration des enseignements
Les classes multi âges de cycles 3 : la coopération et le tutorat.
Les ateliers de cycles : le travail d’équipe et le croisement des regards sur les élèves
Les progressions et programmations communes par niveau : l’amélioration des enseignements
Les cartes mentales : l’organisation des savoirs des élèves et mémorisation plus facile
Une action du maître E : l’aide aux élèves les plus en difficulté au sein de la classe pour
favoriser l’échange de pratique avec l’enseignant

▪ L’EXPRESSION – LA COMMUNICATION
Le fonctionnement et l’efficacité des différents conseils organisés dans l’école : conseil d’élèves dans chaque classe, conseil d’élèves délégués, conseil de professeurs par cycle, conseil de tous
les professeurs, conseil d’école.
Les ateliers d’expression : écriture, création de chansons, création de chorégraphies, théâtre.

▪ LE CLIMAT DE L’ÉCOLE
L’Aménagement du Temps de l’Enfant (A.T.E) : horaires (8h30 -12h30) (14h- 16h) (16h- 18h) - Activités
Les Ateliers de Réflexion Réparation (A.R.R) : construction du rapport à la loi
Le livret d’échelons (Cinq échelons à gravir pour grandir) : implication des élèves dans l’évolution
de leur comportement.

▪ LE TRAVAIL D’ÉQUIPE
L’implication des membres du RASED dans le travail d’équipe : éclairage différent.
L’organisation de savoirs de l’équipe à l’aide des cartes mentales : accès facile, mémoire
collective, outil de communication.

▪ L’EVALUATION
L’autoévaluation des élèves grâce au tableau de compétences : implication des élèves dans
leurs apprentissages
L’évaluation commune de rentrée par niveau pour tous les élèves : diagnostic partagé
Les évaluations nationales : résultats des élèves par rapport à la demande institutionnelle.
L’inspection des professeurs : évaluation de l’enseignement par rapport à la demande
institutionnelle.
L’évaluation d’école : contribution à la démarche d’autoévaluation

▪ LE PARTENARIAT
Institutionnels : l’école maternelle, le collège.
La Ville de Paris : l’équipe médicosociale, les professeurs de la Ville, les animateurs du temps
périscolaire
Les associations : les ateliers socio-linguistiques, le centre social, l’AFEV,

- Moyens mobilisés

▪ L’équipe des professeurs et le RASED.
Intervention d’experts en fonction des besoins.
Suivi d’un « ami critique ».

▪ Partenariat et contenu du partenariat :
La C.A.R.D.I.E de l’académie de Paris,
L’inspectrice de circonscription

▪ Liens avec la recherche (contacts, travaux engagés, références bibliographiques en appui de l’action…) :
L’autoévaluation de l’établissement scolaire comme moteur du changement, Monica Gather
Thurler, décembre 2000
Auto-évaluer pour mieux innover. L’auto-évaluation comme développement professionnel
continu des enseignants, Romuald Normand, IFE-ENS de Lyon
L’auto-valuation pour accompagner l’expérimentation et le projet d’établissement, Romuald Normand, Éducation & formations n° 81 [janvier 2012]

- Evaluation

▪ Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action (auto-évaluation, évaluation interne, évaluation externe…) :
Le suivi de l’action se fera au fur et à mesure de la fabrication des outils d’évaluation et de la programmation de leur utilisation.
Nous pourrons évaluer notre action en vérifiant la qualité de nos outils selon trois axes :
leur exhaustivité, leur facilité d’appropriation, la fidélité des résultats obtenus.

▪ Effets attendus

• Sur les acquis des élèves :
Progression du niveau de tous les élèves : de 2009 à 2012 le taux moyen de réussite aux évaluations nationales a augmenté 38,31% à 43, 98 % en CE1 et de 29,99% à 44,40% en CM2. Nous continuerons d’observer l’évolution en particulier pour les élèves le plus en difficulté.
Augmentation de leurs capacités à s’interroger sur ce qu’ils vivent, ce qu’ils font, ce qu’on leur demande de faire : évolution (qualité et quantité) dans le temps, des réponses aux questionnaires proposés pour un même élève, en particulier les élèves les plus en difficulté.
Développement de l’esprit critique et augmentation de leur force de proposition : évolution de la quantité et de la pertinence des remarques et propositions (en particulier des élèves les plus en difficulté) pour améliorer la réussite de tous.

• Sur les pratiques des enseignants :
Amélioration de la conception et mise en œuvre de l’enseignement : évolution de la conception des fiches de préparation, (classeur témoin), évolution de la prise en compte des élèves les plus difficulté fiches de préparation, (classeur témoin), évolution de la mise en œuvre des enseignements au sein de la classe (mémoire des adaptations réalisées).
Amélioration de l’évaluation au service des apprentissages : évolution de l’écart réussite des élèves entre les exercices d’application et d’évaluation
Approfondissement du travail d’équipe : bilan de réunion travail, production d’écrits.
Développement professionnel compte rendu des formations suivies et de leur impact.
Sur les relations professionnelles :
Augmentation de la capacité à s’interroger ensemble et en confiance sur ce que nous sommes en train de faire : Journal de bord de l’autoévaluation.

• Sur l’école/l’établissement :
Amélioration de l’efficacité des dispositifs grâce à la régulation : mémoire des modifications apportées suite à l’autoévaluation.

• Sur les relations inter-degrés :
Possibilité de proposer les outils à d’autres établissements : liste des établissements et descriptions des actions menées en leur direction.

• Plus généralement sur l’environnement :
Meilleure lisibilité des effets du travail accompli dans l’école : relevé des formes de diffusion qui auront été mises en place ---> contexte, objectifs, calendrier, retours.

En savoir plus
Présentation école Oran -2,57 Mo
• [Extraits d’un article de Claire Leconte-<ttp ://www.ac-paris.fr/portail/jcms/p1_748251/extraits-d-un-l-article-de-claire-leconte]

Extrait du site de l’académie de Paris : Ecole élémentaire rue d’Oran

Répondre à cet article