> TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Etudes, Déclarations (...) > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq > "ZEP : le grand bal des données disparues". Le site "demain l’école" développe (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"ZEP : le grand bal des données disparues". Le site "demain l’école" développe une analyse critique du rapport annuel "L’état de l’Ecole", qui, selon lui, réduit depuis 2 000 le volume de données sur les ZEP, notamment celles concernant les efforts de l’État en leur faveur (un commentaire)

8 mars 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les pages "éducation prioritaire" 2009 sont presque uniquement centrées sur les résultats des élèves. Les choses n’ont pas toujours été présentées de cette façon.

Si on se reporte à la plus ancienne version disponible, datant de 2000, on trouve une toute autre vision de la réalité des ZEP.

En effet, les données relevées il y a dix ans offraient des informations précises sur les élèves concernés par l’Éducation Prioritaire, les enseignants qui y exerçaient, les efforts consentis par l’état en termes d’effectifs de classe etc...

Ces paramètres disparaissent l’un après l’autre au fil des brochures. Cet appauvrissement sensible des informations accessibles à tous peut sembler singulier. Il oriente en tout cas fortement le regard porté sur les établissements des quartiers populaires, et réduit les possibilités d’une analyse fine de leur fonctionnement.

 

(...) Depuis 2000, les données concernant les efforts de l’État en faveur de l’Éducation Prioritaire ont disparu une à une : plus de tableaux présentant les différences d’effectifs des classes ou le nombre d’heures attribuées en Éducation Prioritaire ; plus de graphiques concernant les enseignants, la structure des équipes, le coût réel des salaires, la pénibilité du travail.

A partir de 2007, les données publiées s’attachent presque uniquement à mettre en valeur les différences de performance entre les établissements d’Éducation Prioritaire et les autres. Cette forte mise en évidence des (sous)-performances des établissements d’Éducation Prioritaire met en valeur une obligation de résultat qui peut sembler louable. Elle s’accompagne cependant de la disparition de toute transparence sur l’obligation de moyens qui devrait accompagner cette exigence d’efficacité.

Extrait de ecole.demain.free.fr du 05.03.10 : ZEP : le grand bal des données disparues

 

Note du QdZ
Voir-ci dessous le fichier PDF de L’etat de l’Ecole, octobre 2009, avec pages 21 et 22 les données et les commentaires sur l’Education prioritaire, indicateur 5 de cet état de l’Ecole.
Le dernier paragraphe du commentaire relève un point important pour l’appréciation des différences de résultats scolaires entre RAR, RRS et hors-ZEP : "De tels écarts correspondant pour une large part
à des différences de composition sociale, il ne faut
pas en déduire une appréciation négative des effets
de la politique d’éducation prioritaire.
"

 

Voir les commentaires récents déposés sur l’ensemble du site

Documents joints

Répondre à cet article

2 Messages de forum

  • Merci de votre message, précis et documenté.

    Vous avez raison, outre la baisse des taux de redoublement, l’augmentation de la différence des effectifs RAR/hors RAR fait partie des indicateurs de la loi des finances 2010. (cela peut s’obtenir par une baisse du nombre d’élèves en RAR et/ou une hausse de ce nombre ailleurs)

    Mais pas d’objectif chiffré sur la composition des équipes.

    Par ailleurs, la grève administrative des directeurs du primaire ne suffit pas à expliquer l’absence de publication des effectifs de classes en maternelle et élémentaire. Ceux-ci sont bien connus de tous quand il s’agit de fermer des classes.

    Les courbes d’évolution de ces paramètres sont à consulter dans l’article cité.
    Comme vous le notez, la plupart des indicateurs ne sont plus renseignés après l’apparition des RAR.

    Qui peut infléchir les consignes pour revenir à des données plus complètes ? Peut-être faut-il en référer à nos députés ?

    moka63

    Répondre à ce message

  • 1 - De fait, depuis 2007, l’indicateur ZEP ne propose plus rien sur les moyens (différence de
    moyens entre ZEP et REP (ou RAR et RRS) et hors EP pour les seuls collèges étant donné la grève administrative dans le 1er degré, ni sur les personnels (% de jeunes, % "d’anciens" dans l’établissement). Il semble que la DEPP ait fait le choix alors de privilégier les données sur les résultats (puisque pour la première fois l’indicateur "compétences de base" était disponible.)

    2 - Les données sur les moyens en personnels sont présentées dans le PAP associé au
    budget, en termes de taux d’élèves par classe (E/D). Seul l’indicateur collège est renseigné (grève administrative dans le 1er degré.)

    Cliquer sur le lien

    Cliquer sur le lien

    Il n’y a effectivement plus rien sur les personnels (alors que ces éléments sont toujours calculables.)

    Qu’en penser ? On a l’impression, comme le dit d’ailleurs cette étude, que plus personne à la DEPP ne s’occupe vraiment de suivre l’éducation prioritaire. Comme, depuis sa réorganisation, la DEPP répond aux commandes des autres directions, c’est donc la DGESCO qui semble concernée.

    L’OZP ne pourrait-elle pas demander à celle-ci un suivi des séries de données (toujours difficile à interpréter au demeurant, étant donné le périmètre fluctuant de l’EP).

    En tout cas, il est important que l’état de l’Ecole continue à dire quelques mots sur l’évaluation de la politique d’éducation prioritaire.

    Répondre à ce message