> TYPES DE DOCUMENTS : Textes et Rapports officiels, Etudes, Déclarations (...) > ETUDES (UNIVERSITAIRES) > A propos d’un nouveau référentiel européen, Michel Warren, dans "Recherches en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

A propos d’un nouveau référentiel européen, Michel Warren, dans "Recherches en éducation", appréhende l’éducation prioritaire dans un contexte mondialisé

19 juin 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de Recherches en éducation, n°7, juin 2009 :
Un référentiel nouveau de gestion de la chose publique éducative française, Michel Warren

Plan de l’article :

Pourquoi l’État décide-t-il, à partir des années 1980, d’apporter divers changements dans la gestion des politiques publiques d’éducation ? Dans un contexte de territorialisation politique, gestionnaire et géo-administrative, comment se transforment les rapports entre l’État, l’école et le local ? Comment se pose alors le problème de l’égalité sociale face à l’école de la République ? Quels sont les dynamiques, les enjeux et les concepts émergents structurant les politiques publiques d’éducation ? En outre, quels sont les logiques et les processus qui concourent à construire la conception politique et économique de l’Union européenne en matière d’éducation ?
1. Le modèle d’école français contemporain : une coexistence de l’idéal universaliste
avec les logiques différentialistes
- Des politiques éducatives à caractère national
- Un phénomène néo-décentralisateur
- Un mode nouveau de gestion des politiques publiques d’éducation
- Un enchevêtrement de logiques de territorialisation
- Une démocratisation scolaire pensée en termes de différenciation

2. De la création des ZEP (1981) au processus de Lisbonne (2000) : nouveaux enjeux, nouvelles dynamiques
- Les ZEP :
une légitimité conférée à la différence de traitement dans l’espace public
- L’émergence de nouveaux concepts
- Un processus de déconcentralisation
- Le processus de Lisbonne : vers une société et une économie de la connaissance

Conclusion :

(...) Porté par un référentiel politique d’essence néo-libérale promouvant le développement d’une économie de la connaissance, le processus de Lisbonne concourt à la construction d’un modèle d’éducation référé à l’idéologie de marché.

(...)
Dans un contexte de mondialisation de l’économie de la connaissance, le nouveau référentiel de gestion des politiques publiques d’éducation, porté par la République et l’Union européenne, sera-t-il en mesure de promouvoir un principe politique de solidarité socio-humaine sur un territoire échelonné du local au mondial ?

Lire l’article intégral

 

Note du QdZ : Michel Warren est l’auteur de L’école à deux ans en France (nov. 2008)

Répondre à cet article