> 6 - DISPOSITIF > VIE SCOLAIRE (climat, décrochage, pauvreté, rythmes, santé) > CLIMAT SCOLAIRE > Climat (Communication officielle) > Violences scolaires : 184 établissements scolaires et 25 quartiers retenus (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Violences scolaires : 184 établissements scolaires et 25 quartiers retenus par Nicolas Sarkozy

28 mai 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de lemonde.fr du 28.05.09 : M. Sarkozy veut "sanctuariser les établissements scolaires"

(...) Après avoir énuméré les incidents des dernières semaines, Nicolas Sarkozy a annoncé, jeudi 28 mai, en fin de matinée à l’Elysée, une série de mesures, qui reprennent les propositions du ministre de l’éducation Xavier Darcos, à l’exception des sanctions financières infligées aux parents.

(...)

184 établissements parmi les plus sensibles vont faire l’objet d’un "diagnostic de sécurité à l’issue duquel seront adoptées toutes les mesures nécessaires", qu’il s’agisse de l’installation de portiques ou de mesures de vidéo-surveillance. L’idée est de faire du cas par cas.

Lire la suite de l’article

 

Note du QdZ :
Il est difficile de savoir actuellement si ces 184 établissements "sensibles" (qualifiés ainsi sur le site du MEN) ont un rapport avec les "établissements sensibles" créés en 1992.
En 2003, on recensait 171 établissements sensibles, dont 112 (environ 65%) étaient en ZEP (mais la liste n’était pas rendue publique pour éviter un effet de stigmatisation).

Depuis plusieurs années, cette catégorie n’est plus guère utilisée que pour l’attribution de primes spécifiques aux personnels qui y travaillent.
Le rapport Armand Gille des deux Inspections générales (nov. 2006, pages 19-22) soulignait l’empilement historique de ces incitations financières et de carrière (NBI,ASA) et émettait des doutes sur leur efficacité pour assurer la stabilité des enseignants.

Voir sur le site de l’OZP 3 fiches détaillées de la série « Pour tout savoir sur l’éducation prioritaire » (2006)

Les établissements sensibles

Les "zones violence"

Education prioritaire et violence

 

A relever en particulier dans cette dernière fiche le Rapport de l’Inserm "Violences des collégiens et lycéens : constats et évolutions", publié en 2005 (pages 87 à 91), qui aboutissait à deux conclusions :

1) « A la question « Les collégiens de ZEP sont-ils plus violents que les collégiens hors ZEP ? » la réponse est « GLOBALEMENT NON ».

En effet, pour la majorité des conduites de violence étudiées, il n’a a pas, en 2003, de différences entre ZEP et non ZEP . Toutefois, la revente des objets volés tout comme le racket sont plus fréquents parmi les élèves ZEP. Mais la violence verbale et la dégradation des biens publics et privés sont moins fréquents en ZEP qu’ailleurs. »

2) "A la question « Entre 1999 et 2001, la violence a-t-elle plus augmenté parmi les collégiens ZEP que les parmi les collégiens non ZEP », la réponse est « NON ».

On a même observé le contraire. Ainsi les différences qui existaient en 1999 se sont estompées en l’espace de 4 ans, et ce à cause un double mouvement : une diminution de certaines violences (vol, faire partie d’un groupe qui commence une bagarre) parmi les élèves ZEP et une augmentation de certaines violences (provoquer des bagarres, voler des objets d’une valeur >15 euro, abîmer des biens publics ou privés) parmi les élèves non ZEP."

Répondre à cet article