> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE (rubriques) > PLAN ESPOIR BANLIEUES 2008-2009 (archives) > Plan Banlieues (Rapports officiels) > Le conseil économique et social (CES) juge le plan banlieues et recommande (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le conseil économique et social (CES) juge le plan banlieues et recommande de "renforcer et mieux cibler les moyens des ZEP"

8 juillet 2008 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de nouvelobs.fr du 07.07.08 : Plan banlieues : Les principaux points du projet d’avis du CES

Voici les principaux points du projet d’avis publié lundi 7 juillet par le Conseil économique et social (CES) et soumis au vote de ses membres mercredi.

- Préparer et accompagner les jeunes vers l’emploi
- Améliorer la connaissance du monde du travail à l’école, renforcer et mieux cibler les moyens des ZEP, soutenir les acteurs de l’accompagnement scolaire.
- Faire de l’orientation un enjeu majeur : service public de l’orientation associant monde de l’entreprise et système éducatif, meilleure adéquation formation initiale-besoins économiques, etc.
- Assurer la transition vers le marché du travail dès la fin de la scolarité, offrir un appui individualisé et durable (techniques de recherche d’emploi, coaching).
[...]

Lire la suite de l’article

Lire le texte intégral du projet d’avis


Extrait du rapport (pp. 27-28)
 :
Renforcer et mieux cibler les moyens dévolus aux ZEP
Les extensions successives de la carte des ZEP ont visé à offrir au plus grand nombre un système d’enseignement renforcé. Le plan de relance de 2006 instaurant les réseaux « ambition réussite » et les réseaux de réussite scolaire a distingué différents niveaux d’éducation prioritaire intégrant une logique de publics à l’intérieur de ces territoires.
Cette situation ne permet cependant pas suffisamment de tirer tous les avantages d’une politique réellement différenciée en concentrant les moyens spécifiques là où les besoins sont les plus importants. Elle conduit de fait pour partie à un saupoudrage des moyens, préjudiciable pour ceux qui présentent le plus de risques en matière d’échec scolaire.
C’est la raison pour laquelle notre assemblée renouvelle ses préconisations tendant à mieux définir les objectifs des ZEP et à évaluer leurs résultats, ainsi qu’à programmer de façon pluriannuelle et assurer des moyens adaptés au vu des objectifs assignés. Au sein même des ZEP, il convient de distinguer selon les enfants et leur niveau de difficultés et d’adapter le suivi et la pédagogie en fonction des besoins. Enfin, il apparaît souhaitable de mieux reconnaître l’investissement des enseignants dans les établissements concernés et d’étudier les possibilités de revalorisation de leur carrière.

Soutenir les acteurs de l’accompagnement scolaire
Notre assemblée soutient l’action des associations oeuvrant en direction des familles les plus démunies pour accompagner leurs enfants tout au long du cursus scolaire. Des entreprises ont également mis en place des initiatives
intéressantes auprès des établissements scolaires.
Le déplacement de la délégation du Conseil à Villiers-Le-Bel a ainsi été l’occasion de rencontrer le directeur de l’entreprise Easyservice jeunesse qui accueille les élèves des collèges ayant fait l’objet d’une exclusion disciplinaire de moins de huit jours. Partant du constat que les enfants en situation de sanction disciplinaire sont vulnérables et que leur déscolarisation, même momentanée, peut conduire à des situations difficiles, un travail est effectué sous l’angle de l’explication de la sanction et du respect des règles ainsi qu’autour de l’estime de soi pour mettre l’enfant en situation de valorisation et non plus en situation d’échec.

Le Conseil soutient par ailleurs les programmes de réussite éducative qui prennent en compte l’environnement global des jeunes et conjuguent individualisation de l’accompagnement et globalité des approches en mutualisant les moyens et les compétences. La poursuite de cette politique, qui fait intervenir une diversité d’acteurs au service des jeunes les plus fragilisés, doit être assurée, notamment au travers de moyens nécessaires.
Ces préconisations ne doivent pas faire oublier qu’au sein des ZEP, existent aussi des parcours de réussite scolaire de jeunes, futurs diplômés de l’enseignement supérieur, dont les effets qui rejaillissent sur les quartiers en termes de dynamisme et d’optimisme sont essentiels.

Répondre à cet article