> AGENDA > 51- Archives > Revue de presse : archiv. 2008-2001 (non classées en rubriques (...) > Revue de presse. Archives 2008 à 2004 > année 2007 > juillet 2007 > 16.07.07 - Le SNES souligne le flou sur les études de 16 h dans les collèges (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

16.07.07 - Le SNES souligne le flou sur les études de 16 h dans les collèges RAR

16 juillet 2007 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « Libération » du 13.07.07 : Les syndicats de profs s’échauffent

Ils préparent la riposte aux suppressions annoncées de postes.

Face à la succession des annonces, les syndicats de l’Education ont d’abord semblé pris de court. Aujourd’hui, ils préparent la riposte. Les principales fédérations se retrouveront la semaine prochaine pour débattre de la probable suppression de 10 000 à 17 000 postes. La réforme de l’université, examinée au Sénat, suscite, elle, des pétitions et des protestations, notamment chez les enseignants chercheurs.

Options. « Cette réduction de postes », qui se fera par le biais du non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite, « aura automatiquement des conséquences sur la qualité de l’enseignement et sur les horaires », s’inquiète le secrétaire général de la FSU, Gérard Aschieri, « il y aura aussi des hausses d’effectifs dans les classes ». Le ministre de l’Education, Xavier Darcos, a lui- même évoqué la possibilité de regrouper des options et d’alléger le programme.

La FSU prévoit dans l’immédiat « un bras de fer qui risque d’être saignant » entre le ministère du Budget et celui de l’Education nationale. Xavier Darcos a beau répéter qu’il est tout disposé à participer à l’effort national, il sait qu’il lui sera difficile de faire passer 17 000 suppressions de postes - d’enseignants, d’administratifs, etc -, comme l’espère le Budget. Aussi avait- il dès le 28 juin parlé d’un « ordre de grandeur » de 10 000.

Le suspense autour des arbitrages budgétaires finaux fait planer l’incertitude sur tous les autres projets. Le Snes, majoritaire dans le secondaire, souligne ainsi le flou qui règne autour des « études dirigées » que le ministère veut mettre en place dès la rentrée dans les collèges ambition réussite (les plus en difficultés) puis dans tous les établissements. « Qui va les animer ? », s’interroge le Snes, « le ministère a parlé des enseignants qui seraient payés en heures supplémentaires, mais le président avait parlé un temps de jeunes retraités. » Même question pour les activités sportives, auxquelles Nicolas Sarkozy tient beaucoup. « Va-t-on faire appel à des associations ou aux enseignants spécialisés ? » se demande le Snes.

CDD. Alors que le Sénat devrait voter aujourd’hui le texte de loi sur les universités, le Snesup dénonce « la logique de compétition », « comme s’il s’agissait pour les universités de faire des courses et d’arriver en tête ». Un point extrêmement inquiétant, ce sont les droits exorbitants du président d’université dans le recrutement des enseignants-chercheurs, s’inquiète Jean Fabbri, patron du Snesup, ils peuvent aussi moduler les services et embaucher des CDD, ce qui est une mise en cause de nos statuts ».

Le gouvernement, pressé, entend bien que la loi soit adoptée au Parlement d’ici la fin juillet. Il n’est pas exclu que, face à ce grand chambardement et à « l’absence de dialogue social », fin août les syndicats tentent d’organiser une action commune pour cet automne

Véronique Soulé

Répondre à cet article