> ACTEURS /POSITIONS > ACTEURS > Archives : - Profs. référents et AP - Préfets des Etudes > Archives : - Prof. Référents et AP > Prof. référents et AP (Témoignages) > Témoignage d’une professeure des écoles « enseignante-référente (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Témoignage d’une professeure des écoles « enseignante-référente »

21 octobre 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de « Fenêtres sur cours » du 20.10.06 : Portrait : Maryline Coustel

Maryline Coustel, exerçant depuis toujours en ZEP, est depuis la rentrée enseignante référente en « réseau ambition réussite »

Après avoir enseigné en ZEP dès sa sortie d’Iufm puis passé un CAFIPEMF afin de devenir « formatrice », Maryline Coustel a postulé, au tout dernier moment, à un poste d’enseignant-référent pour le réseau ambition réussite du Mirail, à Toulouse.

Sa grande motivation pour occuper ce nouveau poste, était l’espoir d’améliorer la liaison entre le CM2 et le collège. Notamment sur la maîtrise de la langue, qui correspond à son profil. Elle participe à un groupe de recherche dans ce domaine.

Face aux critiques soulevées envers la réforme, Maryline juge que « ce poste est une nécessité pour créer du lien, mettre en place des projets et des démarches pédagogiques ».

Mais « si ces nouveaux postes persistent à être créés au détriment de ceux d’enseignants au sein des collèges » cela lui posera problème. La prise de fonction des référents se fait au jour le jour, « le cadre existe, mais la mission se définit au fur et à mesure » explique Maryline. Sur les 21 heures de son emploi du temps, la moitié est consacrée à l’enseignement, l’autre moitié, en concertation avec les équipes enseignantes, à un travail, sur les ateliers d’écriture, d’ORL (Observation Réflechie de la Langue) et de littérature. En plus de ses interventions dans le collège, Maryline travaille sur la dizaine d’écoles formant le « réseau ambition réussite ». « À la rentrée, les équipes n’étaient même pas au courant de mon arrivée », déplore-t-elle. « Les écoles n’ont pas encore mesuré l’apport que je peux représenter pour elles. ».

Au collège, les enseignants ont davantage fait preuve de méfiance par rapport au projet « réseau ambition réussite », qui, en dehors des référents, a pourvu le collège d’assistants d’éducation aux tâches peu clairement définies. Sa participation commence à se mettre en place et y sera efficiente totalement à la rentrée des prochaines vacances.

Arnaud Malaisé

Répondre à cet article