> ACTES, PRODUCTIONS OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > La place des chercheurs

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La place des chercheurs

juin 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

La place des chercheurs

Chaque territoire a sa spécificité. Il s’agit, pour les acteurs de terrain, d’inventer un moyen d’y faire réussir scolairement les élèves en créant les outils adaptés. Un regard extérieur de chercheur pour accompagner, créer, évaluer, transférer ce qui peut l’être, théoriser les pratiques, participe d’une dynamique qui peut être utile à l’ensemble du système.

Toutes les circulaires ministérielles insistent sur l’importance du repérage, de la collecte de données, des objectifs, du projet, de l’évaluation, de l’accompagnement et de la formation ; on lit clairement que la solution n’est jamais imposée mais qu’elle est à inventer.
Institutionnellement, c’est une situation qui est totalement nouvelle et en rupture avec le fonctionnement habituel.
Au début du vingtième siècle les instructions étaient sans grande possibilité d’interprétation : la même leçon à la même heure dans chaque école de France. Il s’agissait de renforcer l’unité nationale et de centraliser au maximum. L’éducation prioritaire s’inscrit dans une logique totalement inverse : partir des besoins du terrain pour construire les outils adaptés à la réussite de tous. Le regard du chercheur peut donc apporter une aide précieuse au pédagogue autant qu’au politique.
Les circulaires ministérielles sur l’éducation prioritaire peuvent sembler vagues et dérouter quelque peu une administration de tradition jacobine, plus habituée à faire appliquer qu’à susciter l’initiative créatrice. N’oublions pas cependant que la politique d’éducation prioritaire s’inscrit dans un mouvement plus large de déconcentration du fonctionnement de l’Etat : ici comme pour d’autres missions régaliennes, les initiatives doivent venir du terrain, terrain qui est le plus à même de trouver les solutions les plus adaptées. Se contenter d’affirmations généreuses figerait le dispositif qui deviendrait une « coquille vide », source de dépenses peu productives. Au contraire, analyser finement le terrain pour agir efficacement sur les difficultés des élèves et amener ceux-ci à la réussite scolaire à travers un projet partenarial donne au dispositif tout son sens. Les circulaires les plus récentes réaffirment cet objectif de déconcentration des projets au service de l’objectif national de réussite scolaire pour tous.

De nombreux thèmes sont étudiés par les chercheurs et le champ est largement ouvert. Parmi les thèmes déjà étudiés, on peut relever les suivants :
- Les relations parents école,
- L’éducation et la politique de la ville,
- Les savoirs scolaires,
- Ségrégations urbaines, ségrégations spatiales, ségrégations ethniques,
- La question du périscolaire,
- Les pratiques pédagogiques,
- La maîtrise de la langue,
- Les méthodes d’enseignement et l’évaluation,
- L’enseignement et la didactique des disciplines,
- L’enseignement des sciences (La main à la pâte),
- Les dispositifs relais

Documents

- Rochex, Jean-Yves. Logiques de recherche, logiques d’action : quels apports réciproques ?. Les rencontres de l’OZP n°28, octobre 2001.
- Lorcerie, Françoise. La recherche et l’action en ZEP. Bulletin de l’OZP n°6, novembre 1994.
- Le centre Alain-Savary a mis en ligne un annuaire de chercheurs et d’équipes de recherche
concernés par les inégalités scolaires et les politiques prioritaires d’éducation
- Le centre de ressources VEI (Ville-Ecole-Intégration)
est un service spécialisé du SCEREN-[CNDP]. Il est chargé d’une mission d’information et d’expertise auprès de tous les acteurs de l’éducation au sens large, de la politique de la ville et de l’action sociale.

 

Retour au sommaire des fiches

Répondre à cet article