> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > PEDAGOGIES (LES) > Pédag. et Numérique (généralités) > Numérique éducatif : un groupe parlementaire fait 15 propositions (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Numérique éducatif : un groupe parlementaire fait 15 propositions (ToutEduc)

30 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Numérique éducatif : le groupe de travail éducatif sur le numérique de la commission des affaires culturelles et de l’éducation fait 15 propositions

11 députés LREM de la commission des affaires culturelles et de l’éducation ont travaillé sur 15 propositions "pour le numérique éducatif de demain". Élaborées dans le prolongement des "rendez-vous du numérique éducatif", organisés en septembre dernier par cette même commission, ces propositions nourriront la discussion à l’occasion des états généraux du numérique éducatif programmés les 4 et 5 novembre 2020 à Poitiers. Elles constituent, selon le groupe de travail, une réponse "à l’urgence de repenser notre stratégie du numérique éducatif, pour répondre aux enjeux d’égalité, de souveraineté, de lutte contre la fracture numérique et de formation de la communauté éducative", en particulier depuis que le confinement a montré la dépendance "à l’égard d’outils commerciaux, essentiellement anglo-saxons, et mis en lumière la persistance d’une fracture numérique en France". Si certaines propositions ne sont pas nouvelles, l’une d’elles, la première, se distingue de par sa nature : l’invitation, pour "s’assurer que la stratégie nationale du numérique éducatif soit pensée et organisée par la République", à "nationaliser l’entreprise Index Éducation", entreprise qui conçoit des outils numériques pour l’enseignement, à l’instar du logiciel de vie scolaire PRONOTE, et "premier partenaire numérique" de l’Éducation Nationale, pour laquelle elle a équipé plus de 10 000 établissements.

Cette toute première recommandation s’inscrit dans l’une des principales orientations visées par ces propositions, réduire la fracture numérique, alors que les députés indiquent qu’actuellement seules 14 % des écoles sont équipées en très haut débit en zone rurale et 13 % seulement des écoles primaires disposent d’un accès à un espace numérique de travail.

Nationaliser l’entreprise Index Éducation pour homogénéiser les outils de vie scolaire ?

Cette proposition est justifiée, selon les députés, par "des enjeux de souveraineté" mais aussi "d’équité". Ainsi, écrivent-ils, "pour des raisons d’équité territoriale et de souveraineté, il est indispensable de reprendre la maîtrise de la gestion de la vie scolaire à une échelle nationale grâce à un outil public. La nationalisation de l’entreprise Index Éducation et l’extension de ses attributions permettrait une homogénéisation à l’échelle nationale des outils de vie scolaire, notamment dans les écoles primaires". Une recommandation peu commune, sachant qu’en France les nationalisations sont rares ou temporaires et utilisées pour sauver des grandes entreprises en difficulté économique. Le gouvernement avait d’ailleurs évoqué ce type de possibilités pour sauver de grandes entreprises de la crise économique au moment du confinement.

Les députés appellent aussi à équiper individuellement élèves et enseignants, les premiers par une mise à disposition, les seconds en via une prime dédiée (confirmée par le ministre au lancement du Grenelle de l’éducation, lire ici). Avec pour chacun des formations aux usages. Pour les enseignants, ce doit être dans le cadre de leur formation initiale et continue, mais leurs compétences numériques devraient déjà être évaluées avant l’entrée dans le métier, selon les députés, dans le cadre d’une épreuve qu’il faudrait intégrer dans les concours de l’éducation nationale.

Une formation pour les élèves soumise à un cadre de référence des compétences numériques

Pour les élèves, ils recommandent aussi une formation "soumise à un cadre de référence des compétences numériques à définir selon les cycles" et pour les parents de faire de l’Espace Parents, obligatoire dans chaque établissement depuis la Loi pour la Refondation de l’École, "un lieu d’accompagnement et d’entraide entre parents d’élèves sur les usages numériques scolaires, et un lieu de distribution du pass numérique", afin que ces derniers puissent s’approprier davantage les outils scolaires numériques.

Enfin, ils proposent de mettre en place une ressource financière destinée aux établissements scolaires pour l’achat de ressources numériques éducatives, un soutien fiscal aux familles souhaitant bénéficier de soutien scolaire en visioconférence et de reconduire à l’échelle nationale un modèle qui avait été testé durant le confinement dans les DROM / COM (Départements et régions d’outre-mer / collectivités d’outre-mer) : déduire des visites d’un certain nombre de sites web institutionnels des abonnements en données des offres télécom.

Camille Pons

Extrait de touteduc.fr du 28.10.20

Répondre à cet article