> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > QUARTIERS : Culture, Insertion prof., Jeunes, Médias, Sport > Insertion professionnelle > A caractéristiques égales, les jeunes des quartiers prioritaires de la ville (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

A caractéristiques égales, les jeunes des quartiers prioritaires de la ville ont un parcours post-bac et une insertion professionnelle inférieurs aux autres (Cereq)

5 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Les inégalités et discriminations
Céreq Bref, n°391, Juin 2020, 4p.
Que deviennent les jeunes des quartiers prioritaires de la ville après leur bac ?

Les lycéens des quartiers prioritaires font face à des difficultés spécifiques pour décrocher le bac et poursuivre des études supérieures. Au-delà des effets liés à leurs appartenances sociales, le fait de résider en quartier prioritaire a-t-il un impact propre sur leur parcours post-bac et leur insertion professionnelle ? Une collaboration entre le Céreq et l’Agence nationale de la cohésion des territoires permet d’éclairer les trajectoires de formation et d’emploi des jeunes qui, sortis en 2013 du système éducatif, résidaient en quartier prioritaire au moment du bac.

SOMMAIRE
Une poursuite d’études globalement plus faible dans les QPV, mais plus importante chez les bacheliers professionnels
Une orientation vers des filières moins sélectives, des sorties sans diplômes plus fréquentes
Des trajectoires professionnelles moins linéaires et des emplois moins qualifiés

[...] À caractéristiques individuelles des jeunes égales, notamment à diplôme égal, l’effet attribuable au lieu de résidence en QPV au moment du bac s’avère d’ampleur relativement limitée sur les conditions d’accès à l’emploi. C’est surtout le niveau de diplôme atteint qui pèse sur l’insertion professionnelle. Or, ce dernier est lui-même le produit du parcours d’études qu’il couronne, parcours fortement conditionné à ses différentes étapes par le fait de résider, au moment du bac, en QPV .
Décrocher son bac, poursuivre et réussir ses études supérieures relèvent en effet de la gageure pour les résidents de QPV à la fin du lycée. Il leur faut passer le filtre des difficultés scolaires et des processus d’orientation successifs. à cet égard, plusieurs décennies d’éducation prioritaire et d’accompagnement éducatif visant les jeunes de milieux sociaux défavorisés laissent un bilan mitigé au regard des inégalités scolaires massives qui subsistent. Le cas des bacheliers professionnels de QPV est emblématique. Leur vrai appétit pour l’enseignement supérieur se heurte d’un côté à leur affectation massive dans les filières universitaires où ils échouent, et de l’autre à un accès encore trop limité en STS .
De ce point de vue, l’expérimentation dans la procédure d’orientation post-bac Parcoursup de l’accès de droit des bacheliers professionnels à un BTS sur avis favorable du conseil de classe peut constituer une piste intéressante pour l’action publique en matière d’accompagnement et d’orientation des jeunes des QPV .

Extrait de cereq.fr du 04.06.20

 

Voir en bas à gauche la liste des mots-clés de cet article
et ci-dessous les 10 derniers articles de la rubrique Insertion professionnele dans POLITIQUE de la VILLE/Quartiers

Répondre à cet article