> FORMATION et ACTES > Formation(s) et Actes hors EP > Formation (hors EP). Textes et Rapports officiels, Déclar. gouver. > Le ministère avance sur son projet de classes préparatoires au professorat (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le ministère avance sur son projet de classes préparatoires au professorat des écoles (ToutEduc)

14 octobre Version imprimable de cet article Version imprimable

Le ministère avance sur son projet de classes préparatoires au professorat des écoles

Le ministère de l’Education nationale présentait aujourd’hui 8 octobre aux organisations syndicale son projet de création de "parcours préparatoire au professorat des écoles". Il s’agit pour partie de classes implantées dans les lycées, sur le modèle des CPGE (classes préparatoires aux grandes écoles).

Ce projet est porté par Mark Sherringham (voir ToutEduc ici) et le cahier des charges de cette formation a été adressé hier en fin de journée aux organisations syndicales. Selon Laurent Alexandre (SGEN-CFDT), il leur a été présenté ce matin "en visio" comme le fruit d’une concertation entre les directions des deux ministères (Education nationale et Enseignement supérieur), en moins d’une heure, sans que le président de la CPU ni celui du réseau des INSPE aient pu dire un mot. Les syndicats qui avaient de nombreuses questions à poser seront reçus en bilatérales plus tard. Le projet doit être présenté mardi 13 au CNESER, un "appel à manifestation d’intérêt" sera lancé avant la fin du mois, l’idée étant de trouver dans chaque académie (ou au moins dans chaque région académique) un lycée et une université qui soient prêts à démarrer ensemble dès la prochaine rentrée.

Selon le cahier des charges qui en permettra la labellisation, il s’agit en effet d’identifier "des binômes université-lycée capables de développer un parcours de licence PPPE co-construit, dans une stratégie de site cohérente". Ce parcours aboutira "à un diplôme national de licence généraliste". Pour ceux qui ne poursuivront pas en master MEEF, la suite "doit être posée en termes soit de réorientation, soit d’insertion professionnelle".

Le parcours "sera pluridisciplinaire", il "comprendra un socle d’enseignements fondamentaux" et "devra préparer à la polyvalence du métier de professeur des écoles" avec une initiation "aux méthodologies et aux apports de la recherche appliqués aux mécanismes d’apprentissage chez l’enfant" et "une sensibilisation" au "cadre de la fonction publique d’éducation (système et gouvernance, éthique et déontologie, entrée juridique, carrières, etc.)".

Ce parcours sera "de type ’hybride’, avec des étudiants recevant des enseignements en lycée et en université, ainsi que des stages dans des classes ou en milieu éducatif". "Les équipes enseignantes du lycée et les équipes pédagogiques du supérieur travailleront conjointement." Le parcours de licence sera "adossé prioritairement à une licence de mathématiques ou de lettres". Il sera proposé sur Parcoursup dès cette année.

Les équipes enseignantes pour la partie "lycée" seront "constituées par les corps d’inspection" et "des praticiens du premier degré, par exemple des conseillers pédagogiques ou des IEN" pourront intervenir "sous forme de conférences ou d’ateliers". Pour la partie université, les "équipes pédagogiques seront constituées par les établissements universitaires porteurs en fonction des licences proposées et des enseignements définis. La présence d’enseignants chercheurs est nécessaire mais non exclusive."

En L1, les élèves auront 75% de leurs enseignements en lycée et 25 % à l’université, en L2 "50% lycée – 50% université", en L3, "25% lycée – 75% université", avec 3 semaines de stage en L1 et L2 et 4 en L3. Sont prévus en lycée des enseignements de français (étude de la langue et littérature, 6h/semaine en L1, 5 en L2, 4 en L3) , de mathématiques (mêmes horaires), de "philosophie morale et politique (laïcité, valeurs de la République…)(2h), d’EPS (2h), d’Histoire-géographie (2h puis 3h), de Sciences et technologie (2h puis 3h), de Langue vivante (2h puis 3h), d’arts plastiques et éducation musicale (2h puis 3h) ainsi qu’un "accompagnement individualisé" (3h), chacun de ces enseignements donnant droit à un certain nombre d’ECTS, 82,5 au total (une licence est composée de 180 ECTS, l’unité de compte européenne, ndlr).

Ce projet suscite les interrogations des organisations syndicales. Pour Laurent Alexandre, interrogé par ToutEduc, il s’agit d’un "nouveau rebondissement" dans le feuilleton de la réforme de la formation des enseignants et la conférence en visio de ce matin n’est qu’une "opération de communication" puisque tout est ficelé. Il s’interroge sur la place des INSPE dans ce dispositif. Ni le sigle ni le développé, instituts nationaux supérieurs du professorat et de l’éducation ne figurent d’ailleurs dans le cahier des charges.

Ghislaine David (SNUIPP-FSU), également interrogée par ToutEduc, fait remarquer que n’y figurent pas non plus les mots pédagogie ni didactique, le projet apparaissant "très disciplinaire", "scolaire". Elle ajoute qu’on ne sait rien des contenus des ECTS de français et de maths, mais pour elle, il est clair que ce projet s’inscrit dans "l’obsession de Jean-Michel Blanquer pour les fondamentaux". Elle s’inquiète des possibilités de réorientation qui pourront être offertes aux étudiants qui ne seront pas admis en master MEEF (puisque les masters disciplinaires ne leur seront pas accessibles), mais aussi de la motivation de jeunes qui seront pris dans un parcours dès leur bac obtenu, un peu comme dans les écoles normales d’instituteurs autrefois. Elle dénonce une volonté d’agir à marche forcée, pour tout faire passer avant 2022.

Extrait de touteduc.fr du 08.10.20

Répondre à cet article