> 8 - PÉDAGOGIE, FORMATION > Dispositifs LYCEE PRIORITAIRE et ENSEIGNT. PROFESS. > Enseignement professionnel, Apprentissage > Erasmus. J.-M. Blanquer veut développer les mobilités européennes pour les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Erasmus. J.-M. Blanquer veut développer les mobilités européennes pour les futurs enseignants et pour les élèves de l’enseignement professionnel (La Croix)

28 mai Version imprimable de cet article Version imprimable

Erasmus, Jean-Michel Blanquer veut muscler les mobilités européennes
Les faits Le ministre de l’éducation dévoile dans La Croix un nouveau système d’équivalence pour conduire, à terme, « plus de la moitié » des futurs professeurs à faire un stage ou un séjour dans un autre pays d’Europe.De même, les élèves de CAP ou de bac pro pourront obtenir des points supplémentaires s’ils effectuent une mobilité.

Encourager les mobilités européennes, les valoriser et les rendre plus accessibles à des jeunes souvent issus de milieux modestes. C’est le but du ministère de l’éducation, qui pérennise et étend aux autres cursus de la voie professionnelle (CAP, brevet professionnel, brevet des métiers d’art) un dispositif expérimenté en « bac pro » : les élèves qui effectuent un séjour court – trois semaines en moyenne –, dans un autre pays européen pourront passer, dans le cadre de leur diplôme, une option « mobilité » affectée d’un coefficient 1.

« Cet oral, passé pour partie en France, pour partie à l’étranger, sera l’occasion d’aborder des aspects linguistiques, culturels, professionnels », indique Jean-Marc Huart, directeur général de l’enseignement scolaire. « Seuls compteront les points au-dessus de la moyenne. »

Un « Bologne » de l’enseignement professionnel
Aujourd’hui, sur les 18 000 jeunes de la voie professionnelle qui partent chaque année, 7 000 jeunes passent cette option. « Nous voulons qu’ils soient 20 000 d’ici à trois ans », annonce à La Croix Jean-Michel Blanquer, qui compte « sur le triplement des bourses Erasmus », envisagé par le Parlement européen pour 2021-2027, pour aider à financer ces projets de mobilité. Le ministre dit rêver, à terme, d’un « Bologne » de l’enseignement professionnel, en référence au processus de Bologne qui, en offrant des équivalences par-delà les frontières, contribue à créer un espace européen de l’enseignement supérieur.

Extrait de lacroix.com du 23.05.19

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES de cet article,
en particulier le mot-clé du groupe 5 : *Voyage, Echange/

Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article

Répondre à cet article