> PILOTAGE, ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION, ORIENTATION > Evaluation (généralités) > Serge Pouts-Lajus (Education et territoires) réagit à un échange entre Ph. (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Serge Pouts-Lajus (Education et territoires) réagit à un échange entre Ph. Meirieu et P. Ramuz sur "les données probantes" en éducation (le Café)

2 mars Version imprimable de cet article Version imprimable

Serge Pouts-Lajus : Qu’est-ce qui fait preuve en éducation ?

" Le quantifiable est actuellement en vogue dans le monde de l’éducation. Mais d’où vient ce goût, comment s’explique cette préférence ? D’où vient qu’une preuve fondée sur des nombres, sur une mesure, paraisse « supérieure », plus convaincante, qu’une preuve basée sur un argumentaire qualitatif ?"
Serge Pouts-Lajus réagit à un échange entre P Meirieu et F Ramus en donnant raison au premier. "Donner au nombre, à la quantité et aux méthodes qui lui sont associées, un pouvoir de preuve supérieur est tout sauf scientifique... Face à cette avalanche d’expériences probantes, celles sur lesquelles Franck Ramus attire mon attention, celles sous lesquelles les partisans de la pédagogie explicite nous ensevelissent ou celles dont regorgent les travaux de John Hattie, quel autre choix qu’applaudir ou se taire ? Car c’est bien là l’objectif inavoué des producteurs de « données probantes » : mettre un terme à toute controverse, clouer définitivement le bec des contradicteurs, camper sur une position que Philippe Champy qualifie très justement d’impériale. Il n’est pourtant rien de plus contraire à l’esprit de la science que de fuir les controverses".

Sur son blog

Extrait de cafepedagogique.net du 280.2.20

Répondre à cet article