> TYPES DE DOCUMENTS : Annuaires, Textes et Rapports officiels,... > RAPPORTS OFFICIELS > Rapports interministériels : C. Comptes, Fr. Stratégie > Plan numérique : la Cour des comptes estime que l’équipement en tablettes a (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Plan numérique : la Cour des comptes estime que l’équipement en tablettes a accentué les inégalités entre établissements et souhaite que l’aide publique aux élèves soit ciblée sur critères sociaux (exclusif le Café)

29 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

Exclusif : Le rapport accablant de la Cour des comptes sur le plan numérique
"La conception de cette politique doit être profondément revue". Dans un rapport à paraître que le Café pédagogique s’est procuré, la Cour des comptes fait le bilan du plan numérique lancé en 2015 et plus globalement de la politique numérique menée depuis 2013. Doté d’un milliard, appuyé par la création d’une Direction du numérique éducatif , ce plan aurait du faire basculer l’Ecole dans une nouvelle ère numérique. La Cour en dresse pourtant un bilan très sévère. Alors que le ministère semble avoir abandonné depuis 2017 le terrain numérique, la Cour appelle à une autre politique qui prend le contre pied de celle menée entre 2013 et 2017. Elle s’oppose à celle des collectivités locales. Cette réorientation des investissements numériques tire un trait sur 6 années de fort développement numérique et renvoie les élèves à leur smartphone.

[...] Le choix du BYOD

Le principal reproche de la Cour c’est d’avoir sacrifié les réseaux et l’investissement à l’équipement des élèves , les fameuses tablettes. L’objectif était de doter chaque élève de 5ème d’une tablette ou de financer des classes mobiles. Finalement pour la Cour, ce plan a été une aubaine pour les collectivités locales qui ont saisi l’occasion pour équiper leurs établissements avec le soutien financier de l’Etat. On est passé de 2 millions dépensés en achat de tablettes par les départements à 20 millions en 2016 et 2017. Des départements ont atteint la tablette par élève (comme la Corrèze, les Bouches du Rhône ou les Landes). Pour la Cour cette politique était inutile car les jeunes sont déjà équipés de smartphones et tablettes. Il aurait suffi de cibler sur des publics spécifiques et de faire appel au BYOD. " La Cour suggère de mettre en place des dispositifs d’aides ciblées, en faveur des élèves qui en font la demande, et qui satisfont à des critères sociaux".

De ce fait l’Etat a accentué les inégalités entre établissements. Pour la Cour le choix de la méthode d’appels à projet pour équiper les collèges "connectés" a accentué les inégalités. Pour la Cour, " le ministère aurait pu rechercher davantage d’homogénéité, et viser la mise en place d’un socle minimum d’outils et pratiques numériques dans l’ensemble des établissements, en favorisant leur convergence... A l’heure actuelle, l’accès au numérique n’est pas garanti pour tous les élèves, et au cours de son parcours scolaire, un élève n’a pas l’assurance, tant s’en faut, de bénéficier d’une continuité pédagogique : le numérique est peu développé à l’école élémentaire, puis inégalement déployé au collège et au lycée".

[...] Un socle numérique de base

Tout cela amène la Cour à demander de "réorienter la politique numérique" et à faire des recommandations. Pour assurer un déploiement égal du nuémrique, la Cour recommande de définir un "socle numérique de base" pour chaque catégorie d’établissement. Elle souhaite le rétablissement de la certification numérique des enseignants. Elle souhaite aussi que le soutien public à l’achat d’équipements individuels soit ciblé sur critères sociaux. La principale recommandation concerne la politique d’ensemble : " S’inscrire dans la doctrine d’emploi du programme d’investissements d’avenir en ne mobilisant ses financements, dans le domaine du numérique éducatif, que vers des actions traduisant une véritable logique d’investissement ou de soutien à l’expérimentation et à l’innovation pédagogiques". Et donc abandonner le plan tablettes, de fait d’ailleurs déjà mort.

Extrait de cafepedagogique.net du 28.06.19

 

Voir aussi dans le Café du même jour a chronique de Bruno Devauchelle :

Bruno Devauchelle : C’est quoi être compétent dans le domaine numérique et informatique ?
Un ensemble d’échanges entre enseignants et autres éducateurs, repéré sur les réseaux sociaux, amène à s’interroger sur les compétences réelles de chacun de nous dans le domaine de l’informatique et du numérique. Savez-vous utiliser votre messagerie électronique sur votre smartphone ? A priori tout le monde répond oui, mais à une condition, que l’appli ait été installée (souvent par défaut) et surtout que l’on ait "configuré" sa boite aux lettres électronique pour qu’elle soit active. Certains ajoutent, dans leur commentaire, que l’on peut aussi demander à ses enfants de l’aide... quand d’autres pensent qu’un adulte, de plus enseignant, devrait être capable de le faire, cela serait professionnel. Si l’ordinateur impose, de par son fonctionnement, un apprentissage minimal permettant de se faire une représentation mentale suffisante, le smartphone est conçu pour diminuer au maximum cet apprentissage minimal : on doit d’abord utiliser pour ensuite, éventuellement, approfondir les paramètres, les réglages... Quand vous changez de smartphone, les entreprises vous proposent (parfois) le transfert automatique de vos réglages et de vos contenus de manière à ce que vous ne soyez pas en difficulté.

Extrait de cafepedagogique.net du 28.06.19

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES de cet article,
en particulier
le mot-clé du groupe 2 : Rapp. interministériel : C. Comptes, Fr. Stratégie.../
le mot-clé du groupe 4 *Numérique-Robotique (gr 4)/

Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article : Rapports interministériels : C. Comptes, Fr. Stratégie

Répondre à cet article