> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Rapports officiels) > Comment sera organisée l’inspection générale (Exclusif ToutEduc)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Comment sera organisée l’inspection générale (Exclusif ToutEduc)

25 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

EXCLUSIF : comment sera organisée l’IGESR, l’Inspection générale de l’Education, du Sport et de la Recherche

C’est début juillet que devrait être arrêtée l’architecture de la future IGESR (Inspection générale de l’éducation, du sport et de la recherche). Selon les informations de ToutEduc, tout n’est pas encore tranché, et même le nom, IGESR ou IGERS, peut encore bouger. Mais le document provisoire (daté du 15 mai) que s’est procuré ToutEduc, donne une idée des bouleversements attendus et de la "philosophie" qui les sous-tend, notamment en ce qui concerne l’expertise disciplinaire, appelée à davantage de transversalité, l’école primaire, avec un programme de travail spécifique, et l’enseignement professionnel qui y associerait l’apprentissage et les contrats de qualification.

La nouvelle inspection réunira les actuelles IGEN, IGAENR, inspection des Bibliothèques, inspection Jeunesse & Sports.

Elle serait organisée en cinq collèges : "Expertise disciplinaire et pédagogique", "Enseignement supérieur, recherche, innovation", "Établissements, territoires et politiques éducatives", "Bibliothèques, documentation, livre et lecture publique", "Jeunesse, sport et vie associative".

Y seraient associés trois missions, "Enseignement primaire", "COAC" (suivi des académies, ndlr) et "audit interne" ;

six pôles : "Voie professionnelle et apprentissage", "Suivi de la fusion", "Ressources humaines et formation", "Coordination des missions", "Affaires juridiques et contrôle", "Affaires internationales" ;

et un groupe "Inspection santé et sécurité au travail".

Si cette organisation peut donc encore changer, certains éléments devraient rester. En ce qui concerne les actuels groupes disciplinaires "permanents et spécialisés" de l’IGEN, ils devraient voir leur rôle évoluer au sein du collège "Expertise disciplinaire et pédagogique" puisqu’il faudrait dorénavant "penser la contribution des disciplines aux grands enjeux pédagogiques et éducatifs, y compris dans leurs liens, leurs intrications, voire leur dépassement". Les groupes "peuvent être mono-disciplinaires", mais fonctionner "le plus souvent" de façon "transversale".

Les inspecteurs devraient choisir une majeure et une mineure, par exemple une majeure pour le niveau collège et une mineure niveau école élémentaire.

Les groupes peuvent accueillir, "à côté d’experts de la discipline, toute personne désireuse d’apporter sa contribution et son regard à l’une ou l’autre des thématiques abordées", "en mode majeur ou mineur".

Le collège Établissements, territoires et politiques éducatives devrait regrouper les missions de l’actuel groupe "Etablissements et vie scolaire" de l’IGEN et celles de l’IGAENR pour l’enseignement scolaire.

Le collège Enseignement supérieur, recherche et innovation (ESRI) devrait "couvrir toutes les questions relatives à l’enseignement supérieur, y compris les CPGE et STS".

Les collèges Jeunesse, sport, vie associative et Bibliothèques, documentation, livre et lecture publique devraient retrouver peu ou prou les prérogatives des deux inspections générales actuelles correspondantes.

La mission Enseignement primaire est "transversale" et les inspecteurs qui la composent sont par ailleurs rattachés à l’un des cinq collèges "en mode mineur ou majeur". Le groupe spécialisé "enseignement primaire" de l’IGEN devrait disparaître. La mission elle-même serait rattachée au pôle "Coordination des missions", et non pas à l’un des collèges, mais son pilote participerait aux réunions des deux collèges "Expertise disciplinaire et pédagogique" et "Établissements, territoires et politique éducative".

Cette mission se verrait "attribuer un programme de travail spécifique", "pour exemples, une mission sur l’enseignement des sciences en cycle 2 ou sur la mise en oeuvre du dédoublement des classes" (une précision du même type ne figure pas pour les autres collèges, ce qui donne à penser que leur programme de travail serait moins cadré. Le document ne précise pas si c’est le ministre ou le.la doyen.ne de la l’IGESR qui lui attribue ce programme de travail spécifique ndlr).

Quant au pôle Voie professionnelle et apprentissage, son champ d’action "couvre les trois modalités d’alternance : scolaire, apprentissage et par contrat de qualification". Il participera "aux productions de ressources pédagogiques spécifiques à la voie professionnelle" dans le cadre des "nouveaux programmes de l’enseignement général et des onze prochaines familles de métiers". Le document évoque des "innovations pédagogiques modifiant le point d’équilibre entre le renforcement d’un socle de culture générale et l’ancrage des activités dans les référentiels d’activités professionnelles, dans le but de permettre au jeune de maitriser des compétences reconnues par les professionnels".

Extrait de touteduc.fr du 23.06.19

Répondre à cet article