> PILOTAGE, MIXITE SOC., ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Evaluation > Evaluation (généralités) > Des syndicats et organisations s’inquiètent de l’avenir du Cnesco (Le Café, (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Des syndicats et organisations s’inquiètent de l’avenir du Cnesco (Le Café, ToutEduc)

8 février Version imprimable de cet article Version imprimable

Cnesco : Les syndicats demandent des engagements à JM Blanquer

"A l’heure où la Loi pour une école de la confiance, qui prévoit la suppression institutionnelle du CNESCO est examinée à l’Assemblée nationale puis très bientôt votée, nous avons besoin de clarté sur les conditions de son devenir", écrivent tous les syndicats enseignants (Fsu, Unsa, Cgt, Sgen Cfdt), à l’exception du Snalc, ainsi que les deux fédérations de parents d’élèves (Fcpe et Peep), dans une lettre du 6 février. " Dans la loi, il n’est indiqué aucune garantie du maintien du CNESCO, aussi il nous faut des informations précises notamment sur les moyens. En quoi consiste le transfert du CNESCO au CNAM ? Quels seraient les moyens humains ?" Autant de questions précises auxquelles le ministre a refusé de répondre le 31 janvier en commission à l’Assemblée. Les syndicats veulent que l’ambiguïté des réponses de JM Blanquer soit levée avant le débat au parlement.

Extrait de cafepedagogique.fr du 08.02.19 : Cnesco : Les syndicats demandent des engagements à JM Blanquer

 

CNESCO : une intersyndicale, la PEEP et la FCPE demandent que la loi prévoie sa pérennité

"En quoi consiste le transfert du CNESCO au CNAM ? Quels seraient les moyens humains ? Comment assurer la pérennité du CNESCO en le déliant des projets politiques ?" Dans un courrier commun adressé hier, 6 février, au ministre de l’Education nationale, les syndicats FSU, UNSA, CGT, SGEN-CFDT, les organisations étudiantes FAGE et UNEF, les parents de la PEEP et de la FCPE lui rappellent un courrier précédent, du 11 octobre, dans lequel était déjà évoquée leur "inquiétude quant à l’avenir du Conseil national d’évaluation du système scolaire", et son "caractère scientifique et indépendant".

"Nous actons positivement le fait que vous reconnaissiez les missions du CNESCO et que vous assuriez que le CNESCO va pouvoir poursuivre ses activités", mais, ajoutent les signataires, membres du CSE (Conseil supérieur de l’évaluation), "nous avons besoin de clarté sur les conditions de son devenir", alors que la Loi pour une école de la confiance en prévoit "la suppression institutionnelle" sans donner "aucune garantie" sur son maintien. Ils souhaitent que son activité "soit pérennisée" par son inscription dans le texte de la loi.

Le courrier évoque "la richesse des recommandations de l’organisme, précieux outil à l’amélioration des pratiques éducatives sur le terrain et à l’évolution positive des politiques éducatives", le fait qu’il permette "un accès facilité aux travaux sur l’évaluation et la recherche", et qu’il constitue "un lieu de dialogue entre l’ensemble des parties prenantes de l’école".

Extrait de touteduc.fr du 07.02.19 : CNESCO : une intersyndicale, la PEEP et la FCPE demandent que la loi prévoie sa pérennité

Répondre à cet article