> 8 - POLITIQUE DE LA VILLE > OUVERTURE SOCIALE > Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publ. > Ouverture sociale (Position de chercheur) > Parcoursup. Elever les aspirations ou reconnaître le mérite des très bons (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Parcoursup. Elever les aspirations ou reconnaître le mérite des très bons élèves ? (Jacques Donzelot, en avant-propos au colloque du Monde)

11 juin Version imprimable de cet article Version imprimable

« Parcoursup ouvre la question de la démocratisation des études post-secondaire »

Nombre de questions soulevées par Parcoursup seront au cœur du colloque organisé le 26 juin à Paris, au siège du Monde, sur le thème « Démocratiser la réussite dans l’enseignement supérieur ». Un événement porté par l’Observatoire de la responsabilité sociétale des universités (ORSU) et l’Afev (Association de la Fondation étudiante pour la ville) en partenariat avec « Le Monde » Campus.
Le sociologue Jules Donzelot s’interroge, en particulier, sur « la capacité du système à satisfaire ou non les aspirations des élèves », un « système » moins démocratique, selon lui, que celui des Anglo-Saxons.

[...] Cette politique d’élévation des aspirations se retrouve aujourd’hui dans les programmes de nombreux pays : Aimhigher au Royaume-Uni (rebaptisé NNCO en 2014, National Networks for Collaborative Outreach), Prometheus à Barcelone, Pathways to Education au Canada, le HEPPP en Australie (Higher Education Participation Partnership Program), Upward Bound aux Etats-Unis, etc. Elle diffère de l’approche qui domine en France avec les Cordées de la réussite et les Parcours d’Excellence, et qui privilégie la reconnaissance du mérite des très bons élèves au détriment de la construction du projet d’études et de vie des autres – une étape pourtant nécessaire à certains pour s’engager sur le plan scolaire et entrer dans un cercle vertueux de réussite – au lieu, comme le font les autres pays, d’aborder simultanément ces deux enjeux.

Extrait de le monde.fr du 08.06.18 : Parcoursup ouvre la question de la démocratisation des études post-secondaires

Répondre à cet article