> 5 - TYPE DE DOCUMENT, ACTEUR, POSITION - PROTESTATION > ACTEUR > PARENTS > Parents (Etude) > "École et familles. Une approche sociologique, par Jean-Paul Payet. De Boeck (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"École et familles. Une approche sociologique, par Jean-Paul Payet. De Boeck éditeur, coll. «  Le point sur… Pédagogie  », 2017. Présentation et interview de l’auteur par les Cahiers pédagogiques et par le Café pédagogique

9 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

École et familles. Une approche sociologique
Jean-Paul Payet. De Boeck éditeur, coll. «  Le point sur… Pédagogie  », 2017

Cette synthèse, écrite par un sociologue, parait dans une collection de pédagogie, cela vaut la peine d’être souligné. De fait, le livre ne cherche pas à résumer tout ce qui s’est écrit sur la question des relations entre familles et école. Jean-Paul Payet est un sociologue dont les méthodes s’inspirent de l’ethnologie, et c’est à cette aune qu’il choisit ses observations (voir aussi, dans la même collection, le petit ouvrage de Michèle Guigue, Ethnographies de l’école. Une pluralité d’acteurs en interaction). De plus, à la faculté de psychologie et de sciences de l’éducation de l’université de Genève, il a développé une expérience de l’accompagnement des futurs enseignants de l’école élémentaire en formation initiale. Ce livre est le produit de cette position fort intéressante, encore rare en France, mais dont les ESPE (École supérieure du professorat et de l’éducation) pourraient devenir le foyer.

Dès lors, il articule l’érudition sociologique avec une orientation pragmatique, et scrute particulièrement les dynamiques dans le triangle d’acteurs que constituent ensemble les enseignants, les parents et les enfants élèves. Il s’agit de décrypter les logiques sociales dans lesquelles ils évoluent, de sorte que les enseignants soient à même de réguler les relations qu’ils entretiennent avec les parents, en gardant le cap de l’idéal démocratique.

Il faut en effet d’emblée questionner le thème du rapprochement entre les parents et l’école. C’est la distance sociale et l’asymétrie qui caractérisent globalement les relations entre familles et école. Celles-ci doivent être identifiées et assumées professionnellement, si l’on ne veut pas les cristalliser, comme dans ces actions de rapprochement volontaristes qui finissent par tourner à la disqualification accrue des parents, une fois dissipé l’enthousiasme initial. Le rapprochement entre les familles et l’école doit être recherché par les enseignants, pose le livre, mais à condition qu’ils (se) soient armés de savoirs et savoir-faire pour «  dépasser les attitudes défensives  » et garder le cap de l’entreprise.

Sur la base de cette conviction, le plan du livre est en entonnoir. Il part des changements sociétaux qui façonnent les stratégies des familles vis-à-vis de l’école, et leur mise à distance par l’école ou, à l’inverse, leur entrisme dans l’école. Puis il resserre progressivement la focale sur le rapprochement des familles et de l’école (élémentaire), en traitant celui-ci comme un processus qui requiert l’investissement actif des uns et des autres. Du côté des enseignants, un tel processus gagne à être soutenu par la médiation d’universitaires ou de chercheurs au sein de dispositifs de recherche-action. Il s’agit de passer d’une «  action sur  » à un «  agir avec  » les parents.

Deux cas illustrent cette ligne d’action. Le premier, animé par Payet lui-même avec une équipe d’école élémentaire REP (réseau d’éducation prioritaire) de Genève, a abouti à clarifier des principes d’action pour des rencontres en face-à-face harmonieuses avec les parents (ces principes sont détaillés dans le livre). Le second fut mené par Gérard et Éliane Chauveau au siècle dernier (début des années 1990), sur l’apprentissage de la lecture. On remarque que ce cas est le seul à avoir donné lieu à une évaluation de son impact sur les apprentissages des élèves, preuve qu’il reste du travail à faire aux sociologues comme aux pédagogues pour baliser les voies du rapprochement des parents et de l’école.
Françoise Lorcerie

Voir ci-dessous "Questions à Jean-Paul Payet"

Extrait de cahiers-pedagogiques.net de décembre 2017 : Ecole et familles, une approche sociologique

 

Jean-Paul Payet : Réinterroger la relation avec les parents
"On entend souvent dire que la proximité entre l’école et les familles est un facteur favorable à la réussite scolaire des élèves. Qu’en est-il réellement ?" Jean-Paul Payet, université de Genève, ose poser la question. Et il la pose en sociologue. Est-ce la même chose de collaborer avec des parents de milieu aisé ou défavorisé ? Les relations sont-elles dépourvues de préjugés ? Les attentes se rencontrent-elles toujours ? L’injonction de collaboration avec les parents interpelle les enseignants individuellement mais elle engage aussi le groupe d’enseignants de la même école. La grande richesse du petit livre de JP Payet (Ecole et familles. Une approche sociologique, de Boeck) c’est d’interroger ce qui est devenu une évidence avec les regards du sociologue et de l’ethnologue. Car là comme ailleurs, les inégalités sociales, les différences culturelles traversent la relation entre enseignants et parents.

Rapprocher l’Ecole et les parents c’est une injonction de l’institution, mais cela semble aussi aller de soi. Pourtant vous dites que c’est "une évidence à revisiter".
Pourquoi ?

C’est devenu une évidence aujourd’hui. Mais on vient d’une Ecole républicaine construite sur le principe d’une mise à distance de la famille. Depuis une vingtaine d’années on a basculé sur un autre paradigme : la collaboration entre l’Ecole et les parents. Et on fait comme si cela allait de soi. Mais la culture de l’Ecole et les mentalités enseignantes n’y sont pas préparés.

Et si on ne revisite pas cette évidence on prend le risque d’effets pervers. Par exemple la collaboration est une belle idée mais qui crée des attentes chez les enseignants. Ils attendent que les parents soient à la hauteur de cette collaboration, qu’ils deviennent de vrais partenaires. Or tous les parents ne sont pas égaux par rapport à ces attentes. Certains sont socialement prêts à être de bons partenaires. D’autres n’ont pas les capacités sociales à répondre à ce type de collaboration. Cet effet pervers peut mettre encore plus les parents défavorisés en difficulté avec l’Ecole.

Est-ce la même chose pour un enseignant d’avoir à collaborer avec des parents favorisés ou défavorisés ?
Très clairement il faudrait former les enseignants au travail avec toutes les catégories de parents. Tous ont les mêmes droits vis-à-vis de l’Ecole. Mais c’est une égalité formelle. Dès qu’on entre dans la réalité c’est différent.
Avec les parents de milieu favorisé les enseignants doivent être préparés à faire face à des revendications très individuelles. Ces parents vont demander un contrôle de l’espace scolaire pour satisfaire des intérêts individuels. Les enseignants devront être compétents pour protéger l’espace scolaire de ces revendications.
A l’autre bout de l’échelle sociale c’est très différent. Les enseignants devraient être capables d’aider ces parents à devenir de vrais partenaires. En amont, cela signifie déjà les reconnaitre comme des partenaires.
Malheureusement on a généralement un discours très général sur l’école et les familles. Mon ouvrage essaie par contre de partir des réalités concrètes.

Dans ce livre vous parlez de professeurs "domestiqués" par certains parents. Le terme n’est pas trop fort ?
C’est souvent le cas avec les parents très favorisés. Le mot fait référence à ces familles très bourgeoises qui ont du personnel de maison et qui finalement étendent ce type de rapport aux enseignants. Dans ce milieu les parents ont une forte capacité à mettre les enseignants en rivalité. Ils disent par exemple que l’an dernier M. X. faisait comme cela. Ou qu’ils préfèrent la façon de faire de Mme Y. Dans ce petit monde de parents il y a un marché des réputations auquel il est difficile de résister. C’est très différent des quartiers défavorisés où les parents se plaignent peu et où les enseignants font plus corps.

Dans ces quartiers les enseignants se plaignent souvent de parents démissionnaires. Qu’en pensez-vous ?
C’est un stéréotype qui me gêne et qui empêche souvent d’aller voir réellement les situations individuelles. Il y a bien des parents qui sont en difficulté. Mais je ne connais pas de parents qui se désintéressent de l’école. Car tous savent qu’il faut des diplômes pour accéder au travail. Tous sont convaincus du rôle fondamental de l’Ecole.
Les parents qui semblent s’en désintéresser sont en réalité en difficulté. Il faut travailler avec ces parents et leur donner les moyens de reprendre confiance dans leur capacité à éduquer leur enfant. C’est un défi qui vaut la peine.

Concrètement sur le terrain comment font les enseignants pour collaborer avec les parents ?
Il y a bien sûr les entretiens individuels. Il y a les relations informelles comme lors de sorties ou d’activités. Une vraie formation à ces entretiens serait nécessaire. C’est pourquoi dans le livre je donne des outils pratiques pour se préparer à ces échanges et mener un entretien individuel collaboratif.

Aujourd’hui les enseignants auraient besoin sur cette question d’espaces tiers d’analyses de pratiques pour arriver à se décentrer et à élaborer des stratégies. Ça me désole de voir que l’institution ne fait pas confiance aux collectifs enseignants.

Il faut donner davantage de droits dans l’Ecole aux parents ?
Je ne pense pas que ce soit le problème. Le problème c’est l’égalité dans l’effectivité des droits. Certains parents utilisent beaucoup leurs droits. D’autres pas du tout. Le problème c’est surtout donner aux parents défavorisés de réels droits de partenariat avec l’Ecole.

La collaboration entre l’Ecole et les parents finalement c’est positif pour les enseignants ?
C’est un plus à condition que les enseignants soient formés à mettre en œuvre cette collaboration avec des parents de milieux différents et qui ont tous une problématique individuelle. Le cœur de la question c’est la formation des enseignants. Mon livre a l’ambition d’y contribuer.
Propos recueillis par François Jarraud

Extrait de [cafepedagogique.net du 06.04.18 : Jean-Paul Payet : Réinterroger la relation avec les parents

Jean-Paul Payet, Ecole et familles. Une approche sociologique, De Boeck, 2017. ISBN 978-2-8041-9645-5

Répondre à cet article