> 9 - POLITIQUE DE LA VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Textes officiels) > Une Charte partenariale pour les centres de ressources de la politique de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Une Charte partenariale pour les centres de ressources de la politique de la Ville, qui distingue "animation" et "pilotage managérial" des équipes et réseaux

3 avril 2017 Version imprimable de cet article Version imprimable

LE NOUVEAU CADRE DE RÉFÉRENCE
DES Centres de ressources politique de la ville
MARS 2017

Les Centres de Ressources de la Politique de la Ville (CRPV) existent désormais depuis plus de 20 ans. Issus d’initiatives territoriales et labellisés par l’Etat, ils sont aujourd’hui particulièrement utiles pour l’action publique, dans un contexte qui évolue
profondément :

 La loi du 21 février 2014 rénove en profondeur la politique de ville, en réformant la géographie prioritaire. De nouveaux territoires entrent ainsi dans le champ de la politique de la Ville. Elle met également en exergue la mobilisation renforcée des politiques de droit commun. Dans cette perspective, la politique de la Ville est plus que jamais conçue comme une politique « transversale » devant impliquer de multiples partenaires : les EPCI, qui dorénavant sont les maîtres d’ouvrages de
s contrats de ville, mais également les collectivités territoriales, Régions et Départements, qui sont signataires de plein droit des contrats de ville.
Par ailleurs, la loi met particulièrement l’accent sur la nécessaire prise en compte du développement économique et de la participation citoyenne dans le cadre de la politique de la Ville.

 La réforme territoriale redéfinit les périmètres des régions et crée une nouvelle donne territoriale.

 L’Etat, comme l’ensemble des collectivités, travaille à l’optimisation des moyens existants.

Ce nouveau contexte plaide pour la définition d’un cadre de référence renouvelé de l’action des CRPV, mais également pour une vision partagée de leur rôle et de leur
plus-value attendue.
Cette charte accompagne le cadre de référence technique élaboré par l’Etat, et
définissant le service attendu des CRPV. Elle permet à ses signataires :
1. De formaliser une vision partagée des CRPV, et d’accroître la lisibilité de leur
action et de leur valeur ajoutée (article 1) ;
2. De poser des grandes orientations sur leurs missions prioritaires (article 2) ;
3. De définir les principes directeurs en termes de gouvernance (article 3) ;
4. D’identifier les grands engagements des partenaires pour soutenir l’activité des
Centres de Ressources (article 4).

 

[Extrait page 10]

10 1.1.Les trois missions socle
Mission 1 : Contribuer à l’animation des réseaux d’acteurs

Les centres de ressources inscrivent leurs actions dans une approche multi-acteurs, et ont vocation à instituer des espaces de rencontre et d’échanges entre professionnels intervenant sur un même territoire.
Leur première mission est donc de contribuer à l’animation des réseaux de professionnels. Elle consiste à stimuler l’échange d’expériences et de pratiques entre acteurs locaux par le croisement des savoirs, en leur proposant des temps de rencontre réguliers.
Cette fonction est distincte du pilotage managérial effectué par les institutions dont dépendent les acteurs participants.

On distinguera donc bien :
L’animation d’un réseau ouvert de professionnels, fondé sur l’échange libre d’expériences et de pratiques, sans autorité hiérarchique, et sans fonction managériale (pas de « pilotage »). C’est dans cette définition qu’est comprise la fonction de « mise en réseau » des acteurs locaux. Il peut s’agir d’un réseau spécifique aux professionnels de la politique de la ville, ou de réseaux thématiques plus larges et ouverts aux acteurs de droit commun (exemple éducation, santé, lutte contre les discriminations, développement d
urable etc.).
Leur configuration s’adaptera aux besoins exprimés par les professionnels du territoire, pour répondre au mieux à leurs attentes.

Le pilotage managérial des équipes d’une institution, supposant une autorité hiérarchique (au sens où un sous-préfet en charge de la politique de la ville rassemble et pilote les délégués du préfet par exemple), qui ne relève pas des missions d’un centre de ressources.

Extrait de cget.gouv.fr de mars 2017 : Le nouveau cadre de référence des Centres de ressources de la politque de la ville

Répondre à cet article