> EDUCATION PRIORITAIRE > PILOTAGE DES RESEAUX (tous niveaux) > Pilotage académique > Bilans / Projets / Assises académiques > L’éducation prioritaire dans le Projet académique 2016-2019 de l’académie de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’éducation prioritaire dans le Projet académique 2016-2019 de l’académie de Créteil (extraits)

15 septembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

132 réseaux d’éducation prioritaire dans une académie socio-économiquement contrastée

Si l’académie de Créteil présente globalement des caractéristiques socio-économiques proches de la moyenne nationale, elle montre de forts contrastes, avec des fragilités cumulées qui se concentrent dans la partie ouest de la Seine-Saint-Denis, mais également dans certains pôles urbains des deux autres départements et dans quelques territoires semi-ruraux de la couronne Est de la Seine-et-Marne.

Ces écarts se retrouvent dans la répartition des 132 réseaux d’éducation prioritaire de l’académie : ils représentent 30 % de la population scolaire, chiffre plus élevé que la moyenne nationale (20 %) et qui recouvre de très fortes disparités. En effet, les REP et REP+ concernent 27 % des élèves dans le Val-de-Marne, 60 % des élèves en Seine-Saint-Denis et 13 % des élèves en Seine-et-Marne.

Pour autant, les perspectives de l’académie de Créteil ne peuvent se résumer à la prise en compte de zones à risque d’échec scolaire. Le territoire cristolien offre partout des opportunités de réussite qu’il est nécessaire d’exploiter, les marges de progrès existant à tous les niveaux

[...] Une croissance démographique importante et inégalement répartie
Dans un contexte national de ralentissement démographique, la croissance globale de la population scolaire dans l’académie de Créteil fait figure d’exception. Elle est particulièrement marquée en Seine-Saint-Denis.
Comme au niveau national, on note une baisse de la population scolaire au niveau pré-élémentaire en Seine-et-Marne et Val-de-Marne, alors que la Seine-Saint-Denis se caractérise par une hausse de ses effectifs. Cette particularité impose de réfléchir à une adaptation forte des structures et des pratiques pour les années à venir.
Dans le second degré, la hausse démographique est notable dans les trois départements mais, là encore, la Seine-Saint-Denis se distingue par une augmentation très importante de sa population scolaire. A ce titre, les prévisions
d’effectifs indiquent qu’une forte proportion de nouveaux collégiens (70 %) sera accueillie à la rentrée 2016 en Seine-Saint-Denis.

[...] Une académie encore peu attractive malgré l’augmentation du nombre des enseignants et des équipes administratives et d’encadrement stables.

Plusieurs mesures ont été mises en place pour répondre aux besoins spécifiques de l’académie en termes de ressources humaines : les concours supplémentaires de professeur.e.s des écoles (en 2015 et 2016) et l’augmentation du nombre de postes ouverts depuis 2012 ont notamment permis de contribuer à renforcer son attractivité.

La population enseignante de l’académie présente des caractéristiques particulières par rapport au territoire national, avec des équipes plus jeunes et qui restent moins longtemps en poste. L’âge moyen des enseignant.e.s en collège est de 38 ans au niveau académique et de 42 ans au niveau national. En outre, la part des non titulaires reste importante, surtout en lycée professionnel, et apparaît non négligeable dans le premier degré, notamment en Seine-Saint-Denis, le département de France qui recrute le plus de contractuels.
On note en outre une stabilité relative des personnels de direction, dont l’ancienneté en 2015 était de quatre ans. Les personnels administratifs ont, eux, sept ans d’ancienneté en moyenne.

[...] Un accès à l’éducation qui ne cesse de progresser mais des points de vigilance

Avec un taux de 78,5 %, les chances pour un élève de sixième d’accéder au diplôme national du brevet (DNB) n’ont cessé de progresser depuis 2011 (+ 4 points), même si elles restent encore de presque 4 points inférieures au niveau national.

L’accès au baccalauréat constitue un facteur d’insertion sociale et professionnelle, tout en favorisant la poursuite des études. Dans l’académie de Créteil, l’espérance pour un élève de sixième d’obtenir le baccalauréat est de 75,3 % en 2014, soit la quatrième place au niveau national. En outre, bien que les résultats au baccalauréat, toutes séries confondues, restent en dessous de la moyenne nationale, l’écart entre les résultats académiques et les résultats nationaux a été divisé par deux entre 2014
et 2015 (avec un taux de réussite de 87,7 % dans la voie générale et de 89,5 % dans la voie technologique), et plus d’un bachelier sur deux est reçu avec mention.
Le taux de réussite des bacheliers cristoliens en lycée professionnel (73,5 %) continue à progresser, même si l’augmentation du taux de réussite enregistrée dans le secteur de l’industrie (+ 2,1 points) n’a pas compensé la baisse éprouvée dans le secteur des services (- 3,4 points).
L’accès des bacheliers professionnels en BTS a progressé de 3,9 points entre 2011 et 2015, contre 3 points au niveau national. En revanche, celui des bacheliers technologiques en IUT n’a crû que de 0,8 point, contre 1,8 point au niveau national.

La scolarisation des moins de trois ans est de 8 points en deçà du niveau national. Une identification précise des freins rencontrés permet aujourd’hui à l’académie de mettre en œuvre une politique adaptée vers les publics prioritaires.

[...] (page 17) Levier 2 - Promouvoir les pratiques pédagogiques pertinentes, analyser les difficultés des élèves et faire évoluer la relation d’apprentissage

[...] L’éducation prioritaire, priorité académique
• Une structuration des actions autour des six priorités du référentiel de l’éducation prioritaire
• Le travail en réseau sur l’explicitation des attendus et des méthodes d’enseignement
• Une concertation sur les écarts de résultats et de parcours entre filles et garçons pour faire évoluer les pratiques pédagogiques, en intégrant dans cette réflexion la question de la vie scolaire
• Le développement de la scolarisation des moins de trois ans
• Le développement et le bilan du dispositif « plus de maîtres que de classes »
• Le développement de l’observatoire des pratiques en éducation prioritaire

Extrait de cache.media.education.gouv.fr : Académie de Créteil (25 pages)

Répondre à cet article