> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. (Positions) > EDUC. PRIOR. (Positions politiques) > Dans le Contrat présidentiel de Bruno Le Maire (1 012 p.) : expérimentation (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Dans le Contrat présidentiel de Bruno Le Maire (1 012 p.) : expérimentation en maternelle dans "les territoires les plus défavorisés", "collège diversifié", Ecole professionnelle......

19 septembre 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Note : Ce volumineux document de 1 012 p., dont le sommaire ne présente pas de numéro de pageet dont le text n’est pas copiable, comprend un chapitre EDUCATION qui va de la page 301 à 367. (saisir le numéro de page demandé sur le compteur en haut de la page Web)

Nous avons relevé les quelques éléments relatifs à l’éducation prioritaire :

(p.318) Pour le primaire :
"Et pourtant les solutions existent :
[...] En France : "P.A.R.L.E.R (Parler, Apprendre, Réfléchir, Lire Ensemble pour Réussir)mis en place par Michel Zorman, pratiqué dans les zones d’éducation prioritaire à partir de la maternelle et le début du primaire dans huit classes entre 2005 et 2008, a permis de réduire l’échec scolaire par deux par rapport aux classes témoins" ;

p. 320 :
"En septembre 2017 :
Expérimentation du programme en maternelle dans les territoires les plus en difficulté"

p. 320 à 324 Place au collège diversifié
"Nous souhaitons mettre fin au collège unique pour créer un collège diversifié"

p. 325. Créer des écoles professionnelles

Extrait de fr.scribd.com : Projet présidentiel de Bruno Le Maire

Le résultat d’une requête sur le mot zorman sur le site OZP

 

LE RÉSUMÉ DE TOUT EDUC

Pour Bruno Le Maire, l’objectif de l’Ecole "n’est plus d’avoir 80% d’une classe d’âge avec le baccalauréat mais 100% de nos enfants formés pour exercer un métier, qu’il soit manuel ou intellectuel". Il promet, s’il est élu président de la République, d’ "abroger la réforme des rythmes scolaires" et "la réforme du collège de Najat Vallaud-Belkacem" dès l’été 2017.
Le candidat s’engage également à "supprimer toute référence à la ’théorie du genre’ et à toute autre idéologie qui n’a pas sa place au sein d’un établissement de l’Education nationale". Il supprimera aussi le Conseil supérieur des programmes. C’est inscrit dans son "contrat présidentiel".
Selon les informations de ToutEduc, la partie "Education" a été rédigée avec l’appui de Christophe Kerrero. Inspecteur général de l’Education nationale, il est actuellement DGSA d’Île-de-France, et il est l’auteur de "Ecole et Démocratie".

Extrêmement détaillé, ce "contrat" évoque "une réforme d’ampleur (de l’Education nationale) à l’automne 2017 pour "donner à tous les citoyens français un socle commun de connaissances et de compétences tout en les préparant à exercer leur futur métier" tandis que "l’école devra être confortée dans sa mission à former des citoyens et placée à nouveau au coeur du combat culturel et républicain". Voici l’essentiel des mesures que B. Le Maire préconise.
Nous nous sommes efforcés de respecter le texte du candidat, tout en regroupant des éléments épars dans différentes sections de ce document.

Les écoles maternelles
- Recentrer l’école maternelle sur le repérage des lacunes de vocabulaire
- L’objectif prioritaire de la grande section de l’école maternelle devient l’apprentissage lexical (ce qui suppose) de mettre en place des procédures très normées et répétitives

- Des leçons de rattrapage doivent pouvoir être effectuées en petits groupes ; ces leçons pourront être assurées par des contractuels ou par les apprentis professeurs qui doivent tous nécessairement effectuer un stage long à l’école maternelle

Les écoles élémentaires
- Intégrer la grande session de maternelle à la scolarité obligatoire
- Augmentation du volume horaire global d’enseignement de 24h à 26h par semaine (dont) 20 heures d’enseignement des fondamentaux dont 15 heures de français (mais en faisant) preuve de créativité : on peut par exemple faire du français en travaillant un texte qui parle de l’histoire de France
- Diminuer le temps consacré à d’autres apprentissages, comme la “découverte du monde du vivant de la matière et des objets”.
- Redéfinir les fondamentaux (lire, écrire, compter) en termes d’instruction pour un véritable objectif pédagogique : savoir raisonner, interpréter, analyser.
- Revaloriser l’enseignement de l’histoire nationale et revenir à des faits simples, chronologiques, qui donnent des repères à tous.

Les collèges
- Réorganiser le temps scolaire avec une scolarité obligatoire (18 heures), une scolarité diversifiée (8 heures) et (quatre) heures consacrées à l’accompagnement des élèves en difficulté
- Proposer de nouvelles options dès la 6ème pour que chaque élève puisse valoriser ses talents. Le choix et l’organisation de ces options seront confiés aux établissements de manière autonome (...)

L’enseignement professionnel

- Créer des "écoles professionnelles" rattachées aux régions, pilotées en lien étroit avec les entreprises, qui renforcent l’apprentissage et l’alternance en remplacement des différentes structures existante (lycées professionnels et CFA, ndlr) (pour) rompre avec la scolarisation des apprentissages.

Le lycée général et technologique

- Mettre fin à la segmentation S, ES et L. En première et terminale, la scolarité s’organise autour de 3 cours obligatoires (français puis philosophie en terminale, histoire-géographie et anglais), 5 cours supplémentaires, au choix dans l’un des deux menus, humanités ou sciences
- Redonner sa valeur au baccalauréat (...) en intégrant une part de contrôle continu

Les élèves et les parents
- Les familles doivent s’adapter aux exigences de l’école de la République et non pas l’inverse
- Généralisation de l’opération “La mallette des parents”
- Module d’apprentissage des valeurs de la République pour les parents qui ne les maîtrisent pas
- Interdiction de porter des signes ostentatoires pour les accompagnateurs de sorties scolaires
- Les élèves sont responsabilisés car ils peuvent être exclus de leur établissement quand leur comportement le justifie
- (Il faut) rompre avec la culture de l’excuse et le dogme de l’école nécessairement inclusive

L’administration
- Recentrer le ministère de l’éducation nationale sur sa mission régalienne
- Renforcer l’autonomie des établissements en matière de recrutement, d’évaluation et de contractualisation
- Créer un corps unique d’encadrement regroupant les chefs d’établissement, les recteurs, les inspecteurs et les principaux responsables du ministère

Les enseignants
- Recentrer la politique RH sur le mérite et la reconnaissance de la valeur professionnelle du corps professoral
- Les directeurs d’école et les chefs d’établissement évaluent et recrutent leurs professeurs
- Modifier le temps de travail des enseignants en fonction du niveau d’enseignement et non du corps : 26 heures en primaire, 20 heures au collège, 18 heures au lycée (avec) une augmentation salariale en contrepartie (de l’augmentation du temps de travail)
- Titulariser les professeurs après une période de cinq ans
- A l’école élémentaire, affecter les professeurs les plus compétents sur les niveaux les plus stratégiques (grande section, CP). Cela signifie un chef d’établissement à la tête des écoles primaires

Leur formation
- Supprimer les "Ecoles supérieures du professorat et de l’éducation" (ESPE) et les remplacer par des écoles professorales qui fonctionnent sur le modèle de l’internat en médecine
- La maturité civique des professeurs stagiaires devra être évaluée. Cette évaluation sera obligatoire et réalisée par le professeur formateur en fin de stage
- Écrire des programmes qui mettent l’accent sur l’importance des valeurs, à transmettre sans concession (...) Ne pas accepter la tendance actuelle qui consiste à donner de moins en moins de directives précises.
- Importance du récit national et de l’enseignement de la civilisation européenne, apprentissage de la chronologie, grandes dates, grands hommes, particulièrement au primaire et au collège.

La pédagogie
- Aucune méthode pédagogique n’est imposée a priori (mais) elles doivent avoir été évaluées au préalable par le ministère (Le candidat souligne l’intérêt du "Abecedarian Carolina project", du "Perry Preschool" ou de P.A.R.L.E.R., mis en place à Grenoble par Michel Zorman
- Valoriser l’apprentissage sur le mode de la répétition et de la mémorisation : récitation, calcul mental, tables d’addition et de multiplication. Les exercices de remédiation (vocabulaire, stimulations cognitives, etc.) seront établis en collaboration avec les spécialistes de neurosciences durant l’année 2017.
- L’Education culturelle et artistique au collège, B. Le Maire souhaite remplacer l’heure de musique et l’heure d’arts plastiques au collège "par une heure d’histoire des arts" assurée par un professeur d’arts plastiques ou de musique, ou d’histoire, ou de français, et "par une heure obligatoire (minimum) de pratique d’une activité artistique ou d’une activité culturelle pouvant être confiée à des structures extérieures à l’EN (centres d’art, associations, conservatoires, écoles de musique, théâtres)." Un plan de 100 M€ permettra "l’accompagnement des collectivités pour développer l’offre d’enseignements artistiques en musique, danse et théâtre"

JEUNESSE ET SERVICE MILITAIRE
- Créer un grand mouvement de jeunesse, les cadets de la défense, en proposant aux jeunes de 12 à 18 ans des activités éducatives, culturelles et sportives dans un cadre militaire
- Créer un service militaire pour l’emploi, en fusionnant le service militaire adapté et le service militaire volontaire, pour former, en six à douze mois, les jeunes les plus en difficulté à un métier
- Les lycées de la défense deviendront des écoles professionnelles militaires.

Extrait de touteduc.fr du 17.09.16 La "révolution" préconisée par Bruno Le Maire pour l’éducation

 

[...] Votre projet va renforcer les inégalités : les enfants de milieu défavorisé vont se retrouver dans les options professionnelles…

Mais regardez ce qui se passe actuellement ! La reproduction sociale est de plus en plus forte. Je veux essayer autre chose. Et d’abord garantir à chacun la maîtrise du socle indispensable : le français. Ensuite, je parie sur une revalorisation de la voie professionnelle. C’est une vraie transformation culturelle. Depuis trente ans, on considère que la libération passe par le diplôme. Plus il est élevé, plus on est libre. Ce système a échoué. Je construis un modèle différent, où l’excellence se retrouve dans chaque filière. Cela prendra au moins dix ans.

Extrait de brunolemaire.fr : Je combats la vision égalitariste de l’école !

Répondre à cet article