> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Etudes) > "Les habitants des quartiers de la politique de la Ville. La pauvreté côtoie (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"Les habitants des quartiers de la politique de la Ville. La pauvreté côtoie d’autres fragilités" (Insee première, mai 2016), avec des chiffres par région sur les retards scolaires et une carte de la pauvreté

4 mai 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les habitants des quartiers de la politique de la ville
La pauvreté côtoie d’autres fragilités

En France métropolitaine, 4,8 millions de personnes vivent dans les 1 300 quartiers
de la politique de la ville. La population de ces quartiers, de par leur définition même,
est fréquemment touchée par la pauvreté. Les habitants sont plus jeunes qu’en moyenne dans la population urbaine. Il s’agit également plus souvent de familles nombreuses ou monoparentales ou d’étrangers. Au-delà de la pauvreté monétaire, la population des quartiers de la politique de la ville présente des fragilités dans plusieurs domaines.

Notamment, elle s’insère difficilement sur le marché du travail et manque de formation et de qualification. Dans les quartiers de la politique de la ville, le logement social est très présent : 8 logements sociaux pour 10 ménages, soit trois fois plus que dans l’urbain englobant ces quartiers.

[...] Plus de jeunes et de familles monoparentales que dans l’urbain proche
La population des quartiers de la politique de la ville est jeune (bibliographie).
La part des habitants de moins de 15 ans y dépasse de 6 points celle des unités urbaines « englobantes ». À l’inverse, les personnes âgées de 75 ans ou plus y habitent un peu moins fréquemment (– 3 points).

[...] Les difficultés d’insertion sur le marché du travail sont concomitantes avec un déficit de formation et de qualification dans les quartiers de la politique de la ville
(figure 4)
. La réussite scolaire y est plus faible qu’ailleurs. Le retard scolaire à l’entrée en sixième pour les élèves y est plus fréquent (22 %) que pour ceux des unités urbaines les contenant (12 %). Ainsi, 29 % des élèves en retard scolaire des unités urbaines « englobantes » vivent dans un quartier de la politique de la ville. Au niveau régional, l’écart entre les quartiers concernés et les unités urbaines les « englobant » est élevé en Pays de la Loire, Bretagne, et Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Dans les quartiers de ces régions, les trois quarts des habitants de 15 ans ou plus (non scolarisés) sont sans diplôme ou bien ont un diplôme inférieur au baccalauréat contre un peu plus de la moitié de ceux des unités urbaines englobantes ».

Dans les quartiers de la Normandie, de la Bourgogne-Franche-Comté et de l’Alsace-Champagne-Ardenne-Lorraine, 80% des habitants non scolarisés de 15 ans ou plus sont concernés
Extrait de insee.fr de mai 2016 : Les habitants des quartiers de la politique de la ville

 

La carte des habitants dans les quartiers de la politique de la ville et le taux de pauvreté par unité urbaine, selon l’Insee

Extrait de boursorama.fr du 03.05.16 : La pauvreté dans les quartiers de la politique de la ville

 

Voir aussi
Le rapport annuel 2015 de l’Observatoire national de la politique de la ville (ONPV) comprend une analyse sur l’enseignement secondaire qui fait un lien étroit avec l’éducation prioritaire. Les commentaires de la presse spécialisée

Répondre à cet article