> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Rapports officiels > EDUC. PRIOR. Rapports statistiques : Depp, Insee, Cereq... > Pour le brevet, la majorité des collèges en éducation prioritaire surévaluent (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Pour le brevet, la majorité des collèges en éducation prioritaire surévaluent leurs élèves en contrôle continu (DEPP)

18 mars 2016 Version imprimable de cet article Version imprimable

Note d’information n°06, mars 2016
n° 06 – Mars 2016

[...] La majorité des établissements ont des notes en contrôle continu et à l’examen
cohérentes. L’écart entre les résultats à l’examen commun et la note attribuée à un
élève au cours de l’année scolaire peut donner une indication sur les modalités d’évaluation prévalant dans les établissements. Dans la majorité des établissements
, moins de 10 % des élèves obtiennent à l’examen de mathématiques une note excédant d’au moins 4 points celle de leur contrôle continu (FIGURE 6).

Par contre, 400 établissements ont des modalités d’évaluation spécifiques plus strictes puisque 30 % de leurs élèves sont dans ce cas. Il s’agit, pour 70 % de
ces collèges, d’établissements privés.
De même, dans 500 établissements, au moins 30 % des élèves réussissent l’examen avec 3,5 points de moins par rapport au contrôle continu. Ces établissements,
publics dans 90 % des cas, relèvent pour près de 60 % d’entre eux de l’éducation prioritaire.

Extrait de cache.media.education.fr de mars 2016 : Diplôme national du brevet 2015 : à partir de 11/20 de moyenne au contrôle continu, la quasi-totalité des candidats réussit aussi l’examen

 

Si 87% des candidats au brevet série générale ont été reçus en 2015, 22% des jeunes de milieu défavorisé ont échoué à l’examen contre 3% des enfants de milieu très favorisé. C’est un des résultats d’une Note de la Depp (division des études du ministère de l’éducation nationale) sur la réussite au brevet 2015. Mais le document s’intéresse aussi à l’impact du contrôle continu...

[...] Dans un ministère peu enclin au maintien des notes, cet intéret pour le contrôle continu a aussi une dimension politique. Dans le nouveau brevet, qui entre en vigueur en 2017, le candidat est déclaré reçu s’il a 350 points. Or 320 points seront donnés au collégien moyen au contrôle continu. Les épreuves de l’examen deviennent donc très secondaires et même une prestation très médiocre aux épreuves obligatoires n’empêchera pas d’avoir le brevet. Légitimer le contrôle continu par rapport à la réussite au brevet prend donc du sens dans cette perspective.

De forts écarts entre établissements
Pourtant la Note révèle de grandes inégalités sur ce point entre les établissements. Dans 400 établissements les élèves sont sous évalués au contrôle continu par rapport à leur évaluation au brevet. Il s’agit pour 70% des cas d’établissements privés. A l’inverse 500 collèges (sur les 7000 collèges publics et privés) surnotent leurs élèves fortement (écart d’au moins 3.5 points de moyenne) au contrôle continu. Il s’agit dans 90% des cas de collèges publics majoritairement de l’éducation prioritaire. Pour un collège sur sept, aux extrêmes, le contrôle continu ne fait donc pas sens pour le brevet.

Extrait de cafepedagogique.net du 17.03.16 : Brevet : Les inégalités et le contrôle continu

Répondre à cet article