> ACTES DEBATS / PRODUCTIONS OZP > Histoire des ZEP. Deux séries de fiches de l’OZP : - Quels sont les apports (...) > " QUELS SONT LES APPORTS DE L’EDUCATION PRIORITAIRE" ? (2016) > LES APPORTS DE L’EDUCATION PRIORITAIRE (4). L’ouverture sociale des grandes (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

LES APPORTS DE L’EDUCATION PRIORITAIRE (4). L’ouverture sociale des grandes écoles et universités. De Sciences Po (2000) aux Cordées (2008) et aux Parcours d’excellence (2016)

9 février Version imprimable de cet article Version imprimable

AJOUTER DERS ?

Série OZP : Quels sont les apports de l’éducation prioritaire à la transformation du système éducatif ?

 

L’OUVERTURE SOCIALE DES GRANDES ECOLES ET UNIVERSITES

Historique des textes officiels charnières (par catégorie)  :

 

Textes spécifiques à l’éducation prioritaire et à la politique de la Ville

- Mise en œuvre de la charte pour l’égalité des chances dans l’accès aux formations d’excellence. Circulaire du 22.08.05 (BO du 6 octobre 2005)

Extrait : La nécessité d’offrir une orientation valorisante et ambitieuse aux élèves scolarisés dans les territoires de l’éducation prioritaire (ZEP/REP) et des zones urbaines sensibles (ZUS), constitue une préoccupation centrale du ministère de l’éducation nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche et du ministère de l’emploi, de la cohésion sociale et du logement.
[...] Afin de contribuer à la démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur, les deux ministères ont signé avec la conférence des présidents d’universités, la conférence des grandes écoles et la conférence des directeurs d’écoles et formations d’ingénieurs une charte relative à l’égalité des chances dans l’accès aux formations d’excellence (cf. annexe I).

I - Public et objectifs visés
Peuvent être bénéficiaires du présent dispositif les élèves des lycées situés en zone urbaine sensible et/ou faisant partie des territoires de l’éducation prioritaire, tel que défini dans le préambule de la charte ci-jointe.
Ce partenariat peut être étendu, à titre dérogatoire et de manière exceptionnelle, à d’autres établissements d’enseignement supérieur ainsi qu’à d’autres lycées. Il vous appartiendra d’apprécier l’opportunité d’accorder ou non cette dérogation, en particulier sur la base des caractéristiques socio-économiques des lycéens concernés, au regard des objectifs de la charte ci-jointe.

- Les cordées de la réussite : un accès pour tous à l’enseignement supérieur : Communiqué de Valérie Pécresse du 19 novembre 2008

Extrait : Les Cordées de la réussite instituent un partenariat entre des établissements de l’enseignement supérieur (grande école, université ou lycée à classes préparatoires) et des lycées situés dans des quartiers prioritaires. Ce partenariat peut prendre la forme d’actions multiples comme le tutorat, l’accompagnement académique et scolaire, l’accompagnement culturel ou l’internat. Il vise à guider les élèves qui en ont la motivation et les capacités vers des parcours d’excellence.
Partenaires de l’opération, des entreprises proposent des simulations d’entretiens de recrutement et des offres de stages aux jeunes impliqués dans le dispositif.

- Plan Espoir banlieues. Deuxième phase du volet éducatif de la dynamique "Espoir
banlieues. Circulaire du 28.04.09 (BO du 7 mai 2009)

Extrait : L’ouverture sociale des classes préparatoires aux grandes écoles doit être poursuivie avec détermination. Dans tous les lycées généraux et technologiques, publics et privés sous contrat, 5 % au moins des élèves de classes terminales doivent présenter un dossier d’admission en C.P.G.E. Il faut, en outre, s’adresser prioritairement aux élèves boursiers pour qu’en 2009 25 % des élèves intégrés en CPGE soient des boursiers du supérieur. La cible est de 30 % en 2010.
Il sera utile d’envisager le repérage des élèves dès la classe de seconde afin de les aider, durant les années scolaires suivantes, à lever tous les obstacles, notamment financiers, qui pourraient freiner leur inscription future en C.P.G.E.

- Parcours d’excellence pour les collégiens de REP+ de la troisième jusqu’à la terminale. Dossier sur le site du MEN

Extrait : Les parcours d’excellence ont vocation à s’inscrire dans la complémentarité avec les cordées de la réussite. Ils viennent les compléter et s’inspirent des démarches existantes les plus efficaces pour élaborer une charte des bonnes pratiques. Ils s’attacheront à développer trois dimensions originales :
• Ils s’inscrivent dans une continuité depuis la 3e jusqu’à la terminale, créant un vrai cycle d’accompagnement vers le post-bac pour l’élève
• Ils construisent avec les élèves un parcours personnel vers une excellence choisie (poursuite d’études post-bac, insertion professionnelle directe).
• Ils s’inscrivent dans la durée en prenant place dans chacun des projets d’établissements

 

COMMENTAIRE
L’initiative est venue des grandes écoles elles-mêmes.
Sciences Po Paris a lancé en 2000 son programme de "conventions ZEP-Sciences Po", qui a connu un fort et durable succès médiatique. Une rencontre de l’OZP en novembre 2001 faisait le point sur le projet

L’Essec a suivi en 2003 en proposant une autre formule, celle du tutorat.
D’autres grandes écoles, privées ou publiques, ont suivi ces exemples : peu à peu cependant, ces dispositifs se sont ouverts aussi à des élèves ou des établissements qui ne relevaient pas de l’éducation prioritaire ou des quartiers prioritaires de la politique de la Ville.

A noter que des entreprises sont également depuis longtemps engagées dans des programmes d’égalité des chances pour l’accès à l’enseignement supérieur
28.05.08 : Renault et Sciences Po s’engagent par une convention pour la diversité et pour les élèves de ZEP
Voir aussi la rubrique du site OZP Les actions des entreprises et fondations

Une "charte relative à l’égalité des chances dans l’accès aux formations d’excellence" est signée en 2005 entre les ministères de l’Education et de l’emploi et trois deux conférences de l’enseignement supérieur. Elle vise expressément les élèves ZEP ou ZUS mais autorise des dérogations à titre exceptionnel.

Le ministère de l’Enseignement supérieur lance en 2008 "les Cordées de la réussite" qui s’adressent au départ à des élèves des quartiers prioritaires.
Le Quotidien des ZEP avait en 2011, après enquête, révélé que le dispositif s’était de fait ouvert à un public de milieu modeste mais ne relevant pas de ces quartiers.

En 2008 et parallèlement aux Cordées, "l’ouverture sociale des classes préparatoires aux grandes écoles", terme apparu à cette époque, est l’une des 9 mesures de la dynamique "Espoir banlieues" lancée par le secrétariat d’Etat à la politique de la ville. Elle vise plus à augmenter le pourcentage général d’élèves boursiers dans l’enseignement supérieur qu’à cibler des élèves scolarisés dans des établissements relevant de quartiers labellisés.

L’abandon du plan Espoir banlieues ne marque pas l’arrêt de ces divers dispositifs d’ouverture sociale.

En janvier 2016, Najat Vallaud-Belkacem crée la surprise en relançant un programme d’inspiration proche, celui des "Parcours d’excellence pour les élèves volontaires en REP+, de la troisième à la terminale ".
Les Cordées de la réussite sont incluses dans ce programme dont elles constituent la prolongation post-bac. La ministre d’ailleurs déplore que "trop peu d’élèves bénéficiaires des Cordées relèvent de l’éducation prioritaire (28%)"

Conclusion : Cette politique, lancée sur des critères territoriaux avec Sciences Po puis prolongée avec les Cordées de la réussite, vient d’être relancée sur des bases similaires avec les parcours d’excellence.
Un autre volet de cette politique repose davantage sur des critères sociaux élargis (boursiers).
Mais ces deux voies constituent bien un acquis de la politique de compensation initiée par l’éducation prioritaire.

 

Des références documentaires :
- sur le site OZP : la rubrique (avec les différents dispositifs) Ouverture sociale (Grandes écoles, universités, entreprises, fonction publique...)
- sur le site OZP : le mot-clé **Ouverture sociale Grandes écoles, univers., entrepr.

 

Voir les fiches de la série "LES APPORTS" déjà en ligne

Répondre à cet article