> EDUCATION PRIORITAIRE > POSITIONS > Positions de chercheurs (ZEP) > Mise en place à la rentrée 2016 de "parcours d’excellence" pour les élèves de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Mise en place à la rentrée 2016 de "parcours d’excellence" pour les élèves de 3ème volontaires en éducation prioritaire

13 janvier Version imprimable de cet article Version imprimable

Lutter pour l’égalité c’est soutenir les élèves méritants ou aider tous les élèves à réussir ? En plein débat à l’Assemblée nationale sur le rapport Salles - Durand sur la mixité sociale à l’école, le 12 janvier, N. Vallaud Belkacem a annoncé le lancement de "parcours d’excellence" réservés aux collégiens volontaires des REP. Le dispositif sera mis en place dès la rentrée 2016. La ministre s’est aussi exprimée sur ses positions sur la mixité sociale dans l’éducation. Au final l’a-t-elle rendu plus claire ? Ce n’est pas sur...

[...] De nouveaux "parcours d’excellence"

Mais le 12 janvier, N Vallaud Belkacem est venue pour faire connaitre une nouvelle proposition. " Les parcours d’excellence permettront demain aux collégiens de troisième des REP qui seront volontaires – nous commencerons par les REP + à la rentrée 2016, avant d’étendre le dispositif à l’ensemble des REP – de préparer avec ambition la poursuite de leurs études, l’accès à l’enseignement supérieur, l’insertion professionnelle, grâce à un véritable accompagnement "

Ces jeunes bénéficieront dès la rentrée 2016 d’un accompagnement. " Ce dispositif s’appuie sur la mise en place de partenariats entre ces collèges REP, les établissements d’enseignement supérieur et de grandes entreprises. Nous construisons ces partenariats pour que se tisse un premier réseau, en un sens celui des élèves qui n’en ont pas", dit la ministre.

"Il s’appuiera également sur un accompagnement solide puisque les élèves, dès la troisième, seront regroupés en petits groupes de travail d’une dizaine de collégiens, encadrés par un tuteur chargé de renforcer la maîtrise des connaissances et des compétences, mais aussi de travailler la motivation, la confiance en soi, le travail personnel, et d’organiser des visites, qu’il s’agisse de visites culturelles, dans des entreprises ou des lieux de formation, ou de rencontres avec des étudiants. Toutes ces rencontres auront pour objectif d’élargir les possibles et de rassurer les élèves qui ont parfois le sentiment de se retrouver dans des impasses. Ces parcours doivent donner à ceux qui en témoignent l’envie et qui mettent leurs efforts et leur travail au service de leur réussite, les moyens d’accéder à des filières.. qu’ils ne connaissaient pas".

Le modèle sous-jacent c’est celui des dispositifs imaginés pour donner l’impression d’une certaine démocratisation des filières sélectives du supérieur et dont Sciences Po a été le pionnier. La ministre y fait allusion en rappelant qu’ils sont " restés en marge du système éducatif avec un impact très limité sur les élèves".

Elle entend prolonger le dispositif au lycée. Ces élèves méritants seront accompagnés jusqu’au bac avec un suivi individualisé donné par des étudiants. On pense bien sur à l’obligation qui pourrait être faite aux étudiants d’assurer un service civique comme cela a été annoncé le 11 janvier par F Hollande.

Une mixité sociale exigeante ?
Lors de l’échange avec les députés, la ministre a précisé sa conception de la mixité sociale. Par exemple elle a défendu l’idée qu’il ne suffit pas de donner plus de moyens aux écoles ghetto , ce qui se fait aux Pays Bas. " On ne peut pas se satisfaire de donner plus à certains établissements, comme nous le faisons aujourd’hui avec l’éducation prioritaire, en considérant que c’est dans ces établissements que se concentrent les difficultés sociales. On ne peut pas se satisfaire de laisser les élèves entre eux, même si on leur accorde plus de moyens pour avoir la conscience tranquille. Certes, il faut poursuivre cette politique..Mais il nous faut également nous demander comment faire en sorte.. que les nouvelles classes d’âge qui intègrent ces collèges soient mieux réparties sur le territoire pour mettre fin à la ségrégation qui existe aujourd’hui".

Quelle place pour le privé ?
La ministre a aussi évoqué la place que le privé doit prendre dans la mixité sociale. " Concrètement, dans les quelques territoires où le privé pourra être impliqué, il sera possible d’établir des objectifs et des stratégies partagés, par exemple pour rééquilibrer la composition sociale des établissements, y compris privés, sur plusieurs années", affirme-t-elle. "Il s’agira aussi de veiller à ce que plus aucun élève ne fasse l’objet d’une éviction du privé vers le public en cours de scolarité, car ces évictions alimentent la machine négative, ou encore de négocier le développement de tel ou tel établissement en le conditionnant à une réduction de la ségrégation."

Avec ces déclarations, N Vallaud-Belkacem semble pencher pour un effort réel de répartition des moyens et des mesures qui aillent dans le sens de casser la ségrégation pour renforcer la cohésion nationale.

Mais des incohérences ?
Quelle cohérence avec les futurs "parcours d’excellence" ? On sait peu de choses des "parcours" , de leur encadrement et de leurs articulation avec la classe. La ministre rejoint l’idée d’aider les "élèves méritants" dans des chemins particuliers, une logique largement utilisée sous N Sarkozy pour les internats d’excellence.

C’est croire que le "mérite" est indépendant des conditions sociales de l’enfant. C’est aussi croire qu’avec un accompagnement et des sorties culturelles on va résoudre les difficultés d’apprentissage. Or l’essoufflement des dispositifs d’excellence existants, leur faible efficacité évaluée ne plaident pas en ce sens. P Rayou, dans "Aux frontières de l’école" montre par exemple comment les dispositifs de soutien associés aux internats d’excellence ont finalement porté peu de fruits. Il montre que concevoir une aide en dehors des cours est peu pertinent. Que les visites culturelles se sont fortement réduites car vides de sens. Et aussi que les apprentissages ont à avoir avec leur sociologie.

Le lancement d’un vaste plan de service civique va probablement créer un vaste vivier d’accompagnants et d’étudiants que les administrations, dont l’éducation nationale, va devoir utiliser. Ils trouveront certainement leur place dans les parcours d’excellence.

Extrait de cafepedagogique.net du 13.01.15 : Des "parcours d’excellence" pour les collégiens méritants des REP

 

C’est vendredi prochain, 22 janvier, que Najat Vallaud-Belkacem présentera la carte académique des langues vivantes. La ministre de l’Education nationale l’a annoncé hier aux députés lors de la séance de questions au Gouvernement organisée après la remise du rapport sur les mixités sociale et scolaire. Il s’agit de construire "dès le primaire" de "véritables classes bilangues". Elle annonce aussi pour les élèves des collèges REP+ dès l’an prochain, et de tous les collèges REP l’année suivante, la possibilité de suivre des parcours d’excellence. Ces établissements noueront des partenariats avec des établissements d’enseignement supérieur et les élèves volontaires bénéficieront, par petits groupes, d’un accompagnement pour des travaux tutorés, de visites dans ces établissements, de sorties culturelles... L’année suivante, ils bénéficieront d’un suivi individualisé par des étudiants. Elle évoque aussi la création d’internats de proximité parmi "les éléments de solution"

La ministre a été interrogée sur l’expérimentation d’une nouvelle carte scolaire, où les élèves auraient le choix entre plusieurs établissments. Elle a notamment indiqué que 25 territoires de 20 départements étaient volontaires pour expérimenter ce dispositif. Annie Genevard (LR) conteste, le Doubs aurait appris par la presse qu’il figurait dans la liste des départements volontaires.

Le débat a aussi porté sur la participation des établissements privés sous contrat à la lutte pour davantage de mixité sociale et à leur implantation dans des territoires difficiles. Yves Durand, l’un des deux rapporteurs, a indiqué que ce ne pouvait être qu’à la condition qu’ils ne fragilisent pas les établissements publics, et qu’ils se situent en complémentarité et non en concurrence. Najat Vallaud-Belkacem ajoute que cela suppose des "objectifs partagés", et l’engagement de ne pas éjecter d’élèves du privé vers le public. Elle précise que "des pistes commencent à se dessiner" sur les territoires concernés pour déterminer les conditions de cette participation du privé.

Extrait de touteduc.fr du 12.01.15 : Mixité sociale. Najat Vallaud Belkacem annonce des parcours d’excellence pour les élèves de REP

La vidéo de l’Assemblée nationale

[La vidéo sur Dailymotion : Intervention de Najat Vallaud-Belkacem lors du débat sur les politiques publiques en faveur de la mixité sociale dans l’Éducation nationale, ce mardi 12 janvier 2016

 

Note du QZ : Ces annonces diverses rappellent les problématiques d’excellence, d’ouverture sociale des grandes écoles, d’internat et d’accompagnement au lycée qui constituaient les éléments essentiels du plan "Espoir Banlieues" lancé en 2008 à l’initiative du président Nicolas Sarkozy
Les 10 mesures du volet éducation de la dynamique "Espoir banlieues
Voir les mesures suivantes :
- Les cordées de la réussite
- Les internats d’excellence
- Un accès aux classes préparatoires aux grandes écoles
- Les sites d’excellence
- Le dispositif expérimental de réussite scolaire au lycée

Voir la grande rubrique du site OZP : Plan Espoir banlieues 2008-2009 (archives)

Répondre à cet article