> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > DECROCHAGE > Décrochage (Positions politiques et syndicales) > Décrochage, l’un des 3 chantiers de la DGESCO. Compte rendu de l’entrevue (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Décrochage, l’un des 3 chantiers de la DGESCO. Compte rendu de l’entrevue avec les syndicats le 6 mars 2013

9 mars 2013 Version imprimable de cet article Version imprimable

Dossier "Décrochage scolaire" (chantier N° 3 de la Refondation)

Le ministère (DGESCO) a réuni le mercredi 6 mars les organisations syndicales pour présenter la problématique et l’organisation des débats sur le décrochage scolaire.

Dans sa présentation, M. Delahaye, directeur général de l’enseignement scolaire rappelle que cette rencontre s’établit au moment particulier de la préparation des lois, et de la mise en place de Réseaux Objectif Formation Emploi ( ROFE) pour mobiliser les académies, pour raccrocher 20 000 jeunes d’ici fin 2013, avec l’engagement des personnels, notamment MGI, Cop et DCIO.

  Données pour dresser un état des lieux :

- SIEI (système interministériel d’échanges d’informations) mis en place en 2010 permet d’avoir un état des lieux de plus en plus précis des décrochés : mars 2012 : 230 000. Octobre 2012 : 186 000 … analyse à faire sur cette baisse. Sur mars 2012, 20000 jeunes déjà diplômés de niveau V, pris en compte par la plateforme du fait qu’ils n’ont pas achevé leur bac pro. 10 et 15 % des décrochés titulaires d’un diplôme. Les 18 ans et moins représentent 40 % des 230000.

- 2e niveau indicateur de la DEPP : sur sortants de formation initiale sans diplôme ou avec juste le DNB, sur années 2007 2008 2009, flux de 122000 jeunes par an. Soit 17 % d’une classe d’âge.

Si regard sur 18 24 ans , statistique européenne (EUROSTAT) sans diplômes en 2011 : 12 % des sortants précoces (stock). Dans la population active, 680000 jeunes sortis sans diplôme.

Au niveau européen, on est à 14,4% d’une génération ( donc pas une spécificité française). Dans la stratégie Europe 2020, objectif de moins de 10 % d’abandons scolaires. France objectif de moins de 9,5%. Engagement de Hollande de réduire de moitié, atteindre 6% sur le quinquennat, très forte ambition.

  Qui sont les décrochés ?

- Etude parue dans l’IFE : très long cheminement vers l’abandon : a commencé tôt pour ces jeunes, surreprésentation du redoublement en CP. Des jeunes qui ont eu très tôt des difficultés en lecture écriture, (question de la pertinence de mettre des enseignants débutants sur ces postes).

- Signes précurseurs observables.

Processus de décrochage lent, avec très forte imbrication social et scolaire, dérochage multifactoriel,(scolaire, social, territorial, psychologique).

Souvent transition école/collège très délicate : la scolarité en primaire sans heurt apparent, à l’entrée au collège choc frontal avec repli sur soi et indiscipline, pas forcément de rejet de l’institution scolaire. On décroche sans bruit.

- Typologie des décrocheurs : plus un garçon issu d’une famille désunie avec des parents peu scolarisés, qui ont souvent déménagé, avec peu de support familial pour l’aide aux devoirs, plus redoublement (en France). Dans l’histoire de ces décrocheurs, des signaux comme le manque d’investissement dans les apprentissages, qui ne font pas sens, retards, sentiment d’incompétence et mésestime de soi avec une représentation négative de l’école, arythmie scolaire, fatigue, refus du statut d’écolier.

  Deux grands types d’actions :

Prévention : pour éviter ruptures et situations d’échec, pour renouer les liens, bienveillance, pédagogie, attention plus forte à l’absentéisme, lien avec les familles.

Sens de la priorité à l’école primaire.

Traitement : actions en faveur des décrochés qui nécessitent l’implication de l’EN avec 9 autres ministères. 360 plateformes de repérage et de suivi des jeunes décrochés, réseaux objectif formation emploi avec des objectifs par académie.

Le décrochage scolaire : drame pour les personnes et coût insupportable pour la société (200 000 euros pour la vie d’un décroché).

Agir contre le décrochage scolaire est un investissement budgétairement rentable.

 L’intervention du SGEN-CFDT

Dans son intervention, le Sgen-CFDT a insisté sur la nécessité de dépasser les constats qui peuvent faire l’unanimité mais qui . Le décrochage, s’il est multifactoriel, est directement lié à la structure du système éducatif qui produit de l’exclusion, de l’échec et de la mesestime de soi. Trois principes fondamentaux doivent régir les mesures à prendre.

- 1. La construction des parcours des élèves doit être reconnue, dans une dimension non linéaire, qui prend en charge les échecs et les réussites, avec un accompagnement à opérationnaliser dans un processus continu.

- 2. Un décloisonnement des structures et des dispositifs de formation et une possibilité d’engager un projet tout au long de l’année.

- Un maillage autour de l’élève pour activer une expertise collective (ne pas tomber dans la dérive de l’expert unique, qui maintiendrait l’externalisation du problème)

 Les différents points thématiques à aborder dans la suite des travaux : 4 groupes de réflexion

1) rôle du système éducatif et des équipes pédagogiques et éducatives dans la prévention du décrochage.(aspect préventif)
Le problème est aussi pédagogique : Comment on envisage la difficulté scolaire, quel statut de l’erreur, etc., inclure l’innovation pédagogique pour différencier les approches, établissements innovants, etc.

2) Formation des enseignants dans les ESPE
Pas comme module spécifique mais comment prendre en compte cette dimension d’attention, de prévention et de lutte contre le décrochage.

3) Fonctionnement des dispositifs de prévention et traitement
SIEI, Plateformes, ROFE, référents décrochage, MGI qui devient MLDS (Mission de lutte contre le décrochage scolaire) avec réflexion sur les statuts la professionnalisation des personnels, rôle des COP, des AS, des CPE dans cette politique de prévention du décrochage.

4) Partenariat avec les régions, les autres ministères.

Extrait de cfdt.fr du 07.03.13 : Dossier décrochage scolaire

 

Les deux autres chantiers de la refondation

Chantier n° 1 de la refondation : Education prioritaire

Chantier n° 2 de la refondation : Rénovation du collège

Répondre à cet article