> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > Dispositifs LYCEE PRIORITAIRE et ENSEIGNT. PROFESS. > Lycée et éducation prioritaire > B* Un guichet emploi au service de l’insertion des bacheliers ; SAS (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Un guichet emploi au service de l’insertion des bacheliers ; SAS d’intégration et de remobilisation, au LP ECLAIR Romain Rolland à Amiens

30 avril 2012 Version imprimable de cet article Version imprimable

Un guichet emploi au service de l’insertion des bacheliers,
L..P. Romain Rolland, Amiens, ECLAIR, ex-DERS, ZEP

Nombre d’élèves et niveaux concernés :
50 élèves de baccalauréat professionnel sont concernés par la phase expérimentale
avant d’étendre la démarche à l’ensemble de nos élèves sortant de terminale.

Dans un contexte où de plus en plus de bacheliers professionnels
se dirigent vers l’enseignement supérieur, avec des réussites
diverses, qu’advient il de ceux qui recherchent une intégration
rapide dans la vie active ?
Nous travaillons désormais cette finalité du baccalauréat professionnel et préparons l’élève à réussir cette étape primordiale de son parcours, en :

  • en lui proposant une meilleure compréhension du monde professionnel, de ses attentes et de ses paradoxes ;
  • en développant une connaissance des différents circuits d’intégration qu’il aura à emprunter pour réussir son insertion ;
  • en développant sa maîtrise des outils d’accès à l’emploi ;
  • en l’accompagnant dans sa recherche d’emploi faisant du lycée le lieu référent de cette démarche.

Plus-value de l’action : La plus-value de l’action est intrinsèque à son existence, elle est surtout présente dans la démarche d’accompagnement de l’élève au sortir de sa formation.

A l’origine
Environ 50% de nos bacheliers postulent dans l’enseignement supérieur. Les
autres se destinent à la vie active. Jusque maintenant nos efforts se concentraient
sur les apprentissages dans le but de les amener à la validation du baccalauréat en
négligeant la préparation à l’entrée immédiate dans une vie professionnelle.
Nous
voulons au travers de ce projet accompagner cette nouvelle étape difficile pour eux,
en faisant de l’établissement scolaire un des lieux référents de leur recherche
d’emploi.

Objectifs poursuivis
L’ensemble des actions vise la création d’un guichet emploi au sein du CDI de
l’établissement. Un lieu lui est dédié, il offre l’accès aux outils informatiques
nécessaires à la navigation sur les bases de données constituées tout au long de
l’opérationnalisation du projet. Des moyens d’édition et un accès au téléphone lui
sont associés.
Ce guichet est le résultat de l’investissement des élèves et des
équipes dans la construction du contenu. Chacune des étapes permet une
formalisation appropriée qui complète la base de données en construction. La mise
en forme informatique est réalisée par un technicien spécialiste. Le développement
des connaissances des élèves se font à la fois au travers des différentes
rencontres prévues dans le phasage de l’action mais aussi dans l’investissement
qu’ils mettent dans leur participation à la construction de la base de données du
guichet emploi. L’utilisation pratique de la base se fait ensuite par les bacheliers de
l’année N-1 qui peuvent librement la consulter tout en ayant un accompagnement
méthodologique sur la meilleure attitude à adopter dans une recherche d’emploi. [...]

Partenariat et contenu du partenariat :

  • La mission locale du grand Amiens.
    • En N-1 elle agit à trois niveaux en présentation des métiers sur le territoire de la métropole régionale, sur un focus de la filière vente avec ses débouchés et ses opportunités d’emploi sur le même territoire.
    • En N+1, elle est chargée de l’animation d’une partie de l’atelier de
      mobilisation pour les jeunes en recherche d’emploi, leur permettant
      d’appréhender précisément les fonctions de la mission locale et en les mettant en relation avec les opportunités d’emploi. Une intervention à destination des enseignants permet d’approfondir avec eux les points précédents et de compléter leur expertise sur ce sujet.
  • Cabinet conseil, formation, développement de la personne, Sophie Cazalienski. En N+1, il prend en charge le travail de positionnement de l’élève dans sa démarche d’insertion professionnelle en renforçant sa capacité d’affirmation personnelle, posture essentielle de la
    réussite d’une recherche d’emploi.
  • Les CRIJ, le Conseil Régional, la CCI et la CRCI, la chambre des métiers, la liste n’est pas exhaustive et se compléte en
    fonction des besoins. En N-1, l’ensemble de ces structures est sollicité pour
    présenter leurs démarches en direction des secteurs d’activités du commerce que
    ce soit pour l’analyse des opportunités, la description des métiers, les aides à la
    recherche d’emploi, à la création d’entreprise.
  • Les collectivités territoriales nous
    présentent leurs axes politiques en direction des jeunes en recherche d’emploi.
    CARREFOUR, AUCHAN, CONFORAMA auxquels nous ajoutons des enseignes
    plus modestes avec lesquelles nous avons l’habitude de travailler. En N-1, nous
    sollicitons ces structures pour participer à des simulations d’entretien d’embauche.
    Les plus importantes d’entre elles peuvent aussi être amenées à nous présenter
    leur politique de recrutement et les perspectives d’emploi à moyen terme. Ces
    entreprises sont à la base d’un réseau privilégié qui nous alerte sur les besoins de
    recrutement que nous pouvons transmettre aux anciens élèves. [...]

Projet proposé aux Journées de l’Innovation 2012 (28 et 29 mars 2012).

Extrait du site Respire : Liste des projets proposés (p. 20 du PDF)

Voir aussi :

 

SAS d’intégration et de remobilisation

Expérimentation article 34 du 01.09.2011 au 01.09.2012
Public : 70 élèves sur l’ensemble de l’année

Cette année, le lycée Romain Rolland a accueilli 64 élèves entre le 9 septembre et le 18 novembre sur les niveaux initiaux de formation (1ère année de CAP, 2nde professionnelle). Il s’agit d’affectations tardives dont on remarque souvent chez ces élèves un manque de motivation et d’implication par rapport à leur orientation. Aujourd’hui, 30% d’entre eux sont partis ou jamais venus, 58% sont en absentéisme lourd et uniquement 12% sont dans un parcours de formation positif. Les effets sur le climat de l’établissement sont désastreux. Les arrivées tardives sans projet sont souvent source de tension par des comportements déviants et de l’absentéisme.
Ce projet de « sas » se justifie simplement par la motivation de donner à ces jeunes en difficulté le temps de construire ou confirmer leur projet pour pouvoir ensuite intégrer un cursus avec motivation.
De plus, nous voudrions aussi utiliser ce dispositif pour permettre de réguler, en cours d’année, des situations dont on pressent qu’elles peuvent mener au décrochage. En cela, une articulation étroite sera construite avec l’ensemble des dispositifs de lutte contre l’absentéisme et le décrochage de l’établissement (GAIN, préfet des études, investissement de la vie scolaire, etc.)

Objectif
Accueillir les élèves en situation difficile d’intégration.

Objectifs
Trois niveaux d’intervention selon les moments de l’année :

  • Septembre-octobre-novembre : Préparer l’intégration d’élèves en mal de projet dans une section professionnelle
  • Décembre-janvier-février : Renforcer le projet pour permettre aux élèves en phase de décrochage de se stabiliser
  • Mars-avril-mai : Construire un projet de réorientation avec les élèves qui désirent en changer

Organisation de la formation
Horaire hebdomadaire : 28 heures
Nombre de semaines prévues sur l’année : 28 semaines

  • En établissement : La formation sera construite sur un principe d’entrées-sorties permanentes et les périodes en entreprise sont intégrées dans le parcours en fonction de l’évolution du projet de l’élève. La durée du parcours ne pourra excéder 6 semaines, il s’agit d’un dispositif transitoire pour aider à une meilleure (ré)intégration dans un dispositif permanent. Le groupe sera constitué de 12 élèves et chaque départ pourra être compensé par une nouvelle entrée. [...]
  • En entreprise : Nombre de semaines en entreprise : variable et en fonction de l’évolution de la construction du projet de l’élève. Ces périodes doivent lui permettre de conforter un choix d’orientation pour pouvoir ensuite s’insérer dans un parcours de formation. [...]

Extrait du site Expérithèque du 20.04.2012 :SAS d’intégration et de remobilisation

 

Site du lycée

Répondre à cet article