> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique ville (Actes) > Projets éducatifs locaux (PEL). "ToutEduc" revient une nouvelle fois sur les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Projets éducatifs locaux (PEL). "ToutEduc" revient une nouvelle fois sur les journées organisées à Brest sur ce thème par les Francas

7 décembre 2011 Version imprimable de cet article Version imprimable

"Les enfants passent, chaque semaine, 40 à 50 heures dans diverses institutions à qui on demande d’avoir une visée éducative. Comment une collectivité s’empare-t-elle de cette question ? Les rencontres de Brest sur les PEL [projets éducatifs locaux, ndlr] permettent qu’on pose ce type de questions." Didier Jacquemain, délégué général adjoint des Francas revient pour ToutEduc sur ces 4èmes rencontres, qui étaient organisées avec la Ville les 15 et 16 novembre.

ToutEduc : Quelle est pour vous la principale leçon de ces rencontres ?

Didier Jacquemain : Les PEL sont désormais inscrits dans l’histoire de l’éducation. Ce sont les 4èmes rencontres, la participation est stable, et l’intérêt des participants ne se dément pas. Mais surtout, cette année, trois syndicats d’enseignants, SNUIPP-FSU, SE-Unsa et Sgen-CFDT, étaient là, de même que les mouvements d’éducation populaire, les mouvements pédagogiques, le CRAP-Cahiers pédagogiques notamment, et la FCPE.

ToutEduc : Voulez-vous dire que les acteurs de l’école sont davantage impliqués que les autres années ?

Didier Jacquemain : Effectivement, on part du hors-scolaire, mais des questions telles que les compétences, les rythmes scolaires, la complémentarité des intervenants, la connexion des divers espaces, amènent à intégrer le scolaire dans la réflexion, et donc les diverses parties prenantes à dialoguer.

ToutEduc : L’Ecole est restée trop longtemps en dehors de la réflexion commune ?

Didier Jacquemain : Certains élus ont réalisé à Brest combien des choix en matière d’aménagement, d’implantation et de gestion des équipements publics, ou de participation des citoyens aux décisions avaient un impact sur l’éducation, y compris sur l’enseignement. C’était pour nous un axe fort cette année, faire le lien entre l’éducation et le développement territorial, qu’il s’agisse de citoyenneté, d’urbanisme et même d’économie.

ToutEduc : Un PEL n’est-il pas un dispositif, un mode de rencontre des divers intervenants ?

Didier Jacquemain : Nous avons dépassé ce stade. Les débats ne portent plus sur les moyens, mais sur les enjeux les plus profonds de l’éducation, et ils sont de plus en plus partagés par les acteurs de terrain, indépendamment des postures qu’ils prennent par ailleurs dans le débat politicien, pour autant qu’on en puisse juger. Il s’agit de voir comment la collectivité s’engage dans un projet éducatif sur son territoire.

Sur ces rencontres de Brest, lire aussi ToutEduc : ici et ici.

Extrait de touteduc.fr du 06.12.11 : Projets éducatifs locaux : "les débats ne portent plus sur les moyens, mais sur les enjeux" (D. Jacquemain)

Répondre à cet article