> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES (en EP) > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Français et Langues) > La dictée géante des élèves de SEGPA du collège REP J. Jaurès de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

La dictée géante des élèves de SEGPA du collège REP J. Jaurès de Saint-Ouen

1er décembre 2022

La dictée géante des élèves de SEGPA du collège [REP] J. Jaurès de Saint Ouen

L’orthographe et les mots, qui sont des enjeux essentiels pour chacun d’entre nous, peuvent être un jeu mais surtout un moment fédérateur.
(Rachid Santaki)

La Dictée géante est une initiative portée depuis 2013 par Rachid Santaki, romancier et scénariste. L’objectif est de démocratiser les grands textes classiques français, de renverser le rapport à la dictée, de "se retrouver autour d’un jeu d’écriture pour rassembler les gens. Ils se rassemblent aussi dans la difficulté des mots qu’ils ne comprennent pas". Il s’agit "d’un espace de dépassement de soi dont l’enjeu est la langue française".
Tels sont les principes fondateurs qui ont guidé les ateliers que M. Santaki a proposé aux élèves de toutes les classes de SEGPA du collège Jean Jaurès de Saint-Ouen en ce début d’année scolaire.

Le temps de l’appropriation des mots

M. Santaki est intervenu dans les classes pour rencontrer les élèves et leur raconter son parcours de vie assez compliqué, mais un parcours qu’il a su transformer en réussite. Il leur a dit les difficultés qu’il avait rencontrées lors de ses années d’école, un discours qui a beaucoup intéressé les élèves de SEGPA qui sont eux aussi confrontés à des problèmes d’apprentissage.

Il leur a également confié combien les mots étaient importants, qu’ils étaient des outils fondamentaux pour la communication et donc pour la création du lien social, et il a insisté sur la place que le langage avait pris dans sa propre vie. Il a su les mettre en confiance par rapport à cet exercice bien souvent appréhendé par les élèves qu’est la dictée et leur a ensuite présenté les consignes d’une dictée qui s’inscrivait dans une démarche formatrice puisque les élèves allaient devoir en construire eux-mêmes le texte à partir de cinq mots imposés.

Si certains mots faisaient partie d’un vocabulaire assez commun, d’autres étaient extrêmement peu usités : beauté, gribouille, coccyx, graphophobie et... smaragdin (qui signifie vert émeraude), car M. Santaki a pour habitude de sélectionner les textes qu’il propose pour ses dictées en fonction de quelques mots pièges dans le but de fédérer les participants dans la difficulté. Ces mots rares et complexes furent bien évidemment source d’interrogation pour les élèves et ils ont effectivement eu l’effet escompté : ils ont déclenché la parole et par là l’échange au sein du groupe.

Ce temps de préparation a été fondamental dans l’apprentissage des élèves car, si la dictée est généralement un exercice qui se réalise seul, ils ont pu à cette occasion en faire un exercice collaboratif et ludique qu’ils ont apprécié et ainsi prendre confiance en eux tous ensemble.

À l’issue de cet exercice préparatoire, c’est la dictée créée par la classe de 6e 1 qui a été retenue et qui allait donc constituer le texte sur lequel allaient composer les classes participantes accompagnées de l’équipe encadrante.

Vous aviez dit "graphophobie" ?

La dictée s’est déroulée au PHILANTRO-LAB de Paris, un lieu dédié à la philanthropie et à l’engagement et qui accompagne des associations d’intérêt général.
Ce fut tout d’abord l’occasion pour les élèves de découvrir ce lieu particulier, premier laboratoire philantropique qui a ouvert ses portes en octobre 2021, mais également de partager avec les adultes un moment qui s’est révélé très convivial. Les élèves ont alors pu constater que tous les efforts qu’ils avaient fournis lors de la phase de préparation n’avaient pas été vains et ainsi se sentir valorisés. Car c’est bien au terme de cet exercice final que les élèves se sont rendus compte qu’ils avaient réussi à déconstruire leurs idées reçues sur la dictée ; leur réticence devant un exercice qui les effrayait quelque peu - certains avaient même évoqué le stress et l’angoisse que l’annonce d’une dictée pouvaient susciter chez eux - s’était transformée en fierté car ils avaient su s’approprier l’exercice et ainsi surmonter l’appréhension qui les bloquait.

Cette dictée là n’a pas souligné les erreurs et les difficultés des élèves, bien au contraire, car elle a mis en évidence leurs capacités d’apprentissage en les impliquant de façon active dans leur progression et, surtout et avant tout, ils y ont pris plaisir.

Et pour partager avec les élèves ce moment d’écriture en images :
Vidéo
 
Extrait de dsden93.ac-creteil.fr du 25.11.22

Répondre à cet article