> ACTEURS (EP et hors-EP) > Parents > Parents (Etudes univers.) > « On n’y comprend rien ! » Dispositifs pédagogiques en ligne et inégalités (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

« On n’y comprend rien ! » Dispositifs pédagogiques en ligne et inégalités d’accompagnement parental pendant le confinement, article de Romain Delés in RFP, 212 (un autre article sur les CPE et le confinement)

17 décembre 2021

Additif du 21.12.21
Le confinement a révélé la réalité du travail des CPE et l’intérêt des explicitations pédagogiques (Revue française de pédagogie)

"J’ai enfin pu, durant le confinement, faire mon vrai travail de CPE, à savoir le suivi des élèves : téléphoner aux familles, aux élèves, les rassurer. En effet, au sein du lycée, j’ai souvent l’impression d’être dans une situation de travail empêché." Pour la plupart des conseillers principaux d’éducation, la réouverture des établissements "a produit un revirement douloureux", commentent Etienne Douat et Clémence Michoux (U. de Poitiers), après avoir cité l’une d’entre eux. Ils publient dans le dernier numéro de la Revue française de pédagogie un article sur ces "agents scolaires" qui se sont retrouvés "dans l’ombre de la continuité pédagogique" au printemps 2020, "petites mains discrètes" auxquelles "certains enseignants" avaient "délégué "le travail du care (éducatif)".

Le numéro de la RFP, qui ne propose pas de dossier thématique, donne également à lire un autre article, de Romain Delès (U. de Bordeaux) consacré aux difficultés qu’ont rencontrées les parents durant cette période pour accompagner les enfants. Le chercheur donne l’exemple d’un travail donné en français pour une classe de 6ème, avec un court extrait d’une vidéo présentant Shrek. Pour un père d’élève, "la prof a mis ça sur le site pour détendre les enfants". En réalité, il s’agissait de définir les caractéristiques d’un personnage monstrueux dans un récit. Quand elle est en présentiel, l’enseignante donne aux élèves, en début de séance, un document "résumant des problématiques de travail et les compétences visées", ce que ne permet pas la plateforme utilisée. Résultat : "On a eu beaucoup de mal à savoir quoi faire", ajoute une mère d’élève.

Les deux articles mettent en évidence certains traits de la situation de travail des CPE et de la pédagogie explicite qui restent, le plus souvent, invisibles, et que la période de confinement a révélés.

Le numéro 212 de la Revue française de pédagogie propose également des "variations internationales" sur les classes de niveau d’Anna Mazenod (Lyon 2) dont "la mise en place exacerbe les inégalités existantes, surtout les inégalités liées au genre et à l’origine ethnique" et augmente les risques, pour les élèves des classes de niveau plus faible, d’obtenir des résultats scolaires inférieurs". Quant à Marianne Blanchard (INSPE de Toulouse), elle dresse un état des lieux de la place des filles et des femmes dans les cursus scientifiques : si elles accèdent moins souvent à ces domaines d’études, "c’est parce qu’ils ouvrent la voie à des positions dominantes dans notre société".

Extrait de touteduc.fr du 21.12.21

 

"On n’y comprend rien" : Les parents et la continuité pédagogique
Comment les parents se sont-ils débrouillés avec les cours en ligne postés durant le confinement ? Comment ont-ils déjoué, ou non, les pièges de présentation de ces contenus ? Dans la Revue française de pédagogie (n°212), Romain Delès (Université de Bordeaux) suit 5 parents dans la découverte d’une séquence de français de 6ème. Alors que l’étau se resserre à nouveau autour de l’Ecole, il est très utile de mettre en évidence les obstacles que les parents doivent surmonter. Pour R Delès, la "fracture numérique" ne se réduit pas à l’absence de matériel. " La fracture numérique reste avant tout une fracture pédagogique".

"On n’y voit rien !"

Tout part d’une séquence de français de 6ème mise en ligne sur un site connu par un enseignant sur une célèbre plateforme. La séquence en ligne comprend tous les documents d’apprentissage correspondant aux heures d’enseignement en présence. On est au printemps 2020 et les parents sont mis dans la situation "d’endosser le posture d’enseignant" et d’accompagner leur jeune collégien dans son cours de français. Des études montrent que durant le confinement 93% des parents ont suivi le travail scolaire de leurs enfants (contre 73% d’habitude) et qu’ils y ont consacré plus de temps et d’attention.

"On n’y voit rien", s’exclame un des 5 parents suivis par R. Delès. A la différence du manuel scolaire, la plateforme affiche les documents les uns à coté des autres, sans qu’il soit possible d’identifier les informations prioritaires. " Franchement, j’ai mis un moment à comprendre comment ça marchait ce machin ! J’ai compté, il y a quatorze menus. C’est beaucoup, c’est dur de s’y retrouver", dit une maman. Et c’est accentue, relève R Durès, par une grande variété de documents. Il y a des textes mais aussi des images et même une vidéo. R Durès relève que celle ci a un statut différent selon les parents. Pour certains elle est u document à utiliser pour le travail, pour d’autres elle est là pour détendre l’élève...

" Les parents me confient tous la difficulté qu’ils ont éprouvée à identifier les objectifs d’apprentissage", relève R Durès. Il leur faut du temps pour repérer les objectifs de travail. Et encore du temps pour trouver une ligne de travail. Que faire en premier ? Avec quel document ? Ce n’est pas évident comme dans le manuel.

Fracture pédagogique

Pour Romain Durès, " Les inégalités de rapport au savoir déjà largement documentées semblent donc trouver une caisse de résonance dans l’enseignement à distance, dans l’usage des plateformes pédagogiques en ligne et, peut-être, dans l’usage du numérique plus généralement... Ce résultat nous invite alors à nous interroger sur la nature exacte de ce que l’on dénomme la « fracture numérique ». On pourrait avoir tendance à penser que l’origine des inégalités devant le numérique ou devant l’enseignement à distance est matérielle : en la matière, les différences d’équipement sont bien souvent pointées du doigt. Mais une inégalité moins visible, une inégalité d’ordre pédagogique, se cache derrière la fracture numérique. Même équipées, les familles, les parents et leurs enfants, n’accèdent pas aux mêmes apprentissages par la voie numérique. Le « on n’y comprend rien ! » des familles face aux plateformes pédagogiques en ligne traduit moins des difficultés d’accès ou même de lecture du support numérique que des entraves à l’appropriation du savoir scolaire. La fracture numérique reste avant tout une fracture pédagogique".

Alors qu’Omicron arrive et que la possibilité d’une nouvelle fermeture ou du retour de demi jauges revient avec le variant, ce rappel des difficultés de la continuité pédagogique fait sens.

François Jarraud

Romain Durès, "On n’y comprend rien !" Dispositifs pédagogiques en ligne et inégalités d’accompagnement parental pendant le confinement, Revue française de pédagogique n°212

Extrait de cafepedagogique.net

 

 

SOMMAIRE DU NUMERO

Varia
Alexandra Arnaud-Bestieu
Mieux comprendre le développement de la créativité de l’élève : apports d’une analyse micro-didactique du couple milieu-contrat en danse Résumé
For a better understanding of the development of pupils’ creativity : Findings from an investigation into dance teaching

Marie-Sylvie Claude et Patrick Rayou
Fictions d’enfants, fictions d’élèves. Rencontres avec des sculptures contemporaines en 6e Résumé
Children’s fiction, students’ fiction. Encounters with contemporary sculpture in the first year of secondary education

Romain Delès
« On n’y comprend rien ! » Dispositifs pédagogiques en ligne et inégalités d’accompagnement parental pendant le confinement Résumé
“We don’t understand anything !” Online teaching devices and inequality in parental support during lockdown

Étienne Douat et Clémence Michoux
Les conseillers principaux d’éducation saisis par la « crise ». Enquête sur des agents scolaires dans l’ombre de la « continuité pédagogique » Résumé
Résumé Prenant principalement appui sur une enquête auprès de Conseillers principaux d’éducation (CPE) réalisée au cours de l’épidémie de coronavirus au printemps 2020, cet article analyse la manière dont cette séquence a reconfiguré les pratiques professionnelles de ces agents scolaires à l’heure de la « continuité pédagogique ». Oubliés dans les discours publics et n’ayant pas reçu de consignes officielles sur le rôle qu’ils devaient jouer lors de la fermeture des établissements, les CPE se sont pourtant retrouvés en première ligne pour faire face aux élèves mis le plus en difficulté par « l’école à la maison ». Le travail relationnel qu’ils ont accompli (l’écoute, le soin et la prise en compte renforcée des conditions matérielles d’existence d’une partie des familles) a produit une confrontation exacerbée avec des situations déstabilisatrices et parfois éprouvantes. Sa montée en puissance a néanmoins permis de renouer avec ce que les CPE considèrent comme leur « cœur de métier », ce dont témoigne une certaine satisfaction professionnelle qu’ils ont pu exprimer pendant la période.

Codé Lo et Pierre Mendy
Pauvreté multidimensionnelle et enfants hors du système scolaire au Sénégal : une étude empirique Résumé
Multidimensional poverty and out-of-school children in Senegal : An empirical study

Cécile Mathou
Vers un curriculum global ? Une perspective comparative sur les transformations curriculaires en France et au Québec Résumé
Towards a global curriculum ? A comparative perspective on curricular changes in France and Quebec

Anna Mazenod
Classes de niveau : variations internationales dans les regroupements d’élèves et la constitution de classes au collège Résumé
“Ability” grouping : A review of international research and practices in grouping students by attainment in secondary schools

Note de synthèse
Marianne Blanchard
Genre et cursus scientifiques : un état des lieux Résumé
Gender and science education : An appraisal

Notes critiques
Olivier Vanhée
LIGNIER Wilfried. Prendre. Naissance d’une pratique sociale élémentaire [Texte intégral]
Paris : Éd. du Seuil, 2019, 336 p.

Denise Orange Ravachol
SANTINI Jérôme. Comprendre des concepts. L’articulation jeu didactique et jeu épistémique dans une théorie de l’action conjointe en didactique [Texte intégral]
Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2021, 178 p.

Benoît Falaize
SEGUY Jean-Yves. Des idées à la réforme. Jean Zay et l’expérience des classes d’orientation, 1937-1939 [Texte intégral]
Mont-Saint-Aignan : Publications des universités de Rouen et du Havre, 2019, 308 p.aria

Extrait de RFP, 212, 2021

Répondre à cet article