> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES... > DISCIPLINES (doc. généraux) > Disciplines : EAC. Ed. Art. Cult. (doc. généraux) > Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité, par Philippe (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Culture de masse et société de classes. Le goût de l’altérité, par Philippe Coulangeon, PUF, sept. 2021

2 novembre 2021

Culture de masse et société de classes
Le goût de l’altérité

Philippe Coulangeon

Puf, 22 septembre 2021, 336 p.

Résumé
Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles la diffusion de l’éducation et les transformations de l’économie des biens culturels semblent produire une certaine uniformisation des goûts et des styles de vie. Un peu partout dans le monde, alors que les classes supérieures diplômées conservent un accès privilégié aux répertoires culturels les plus légitimes, elles sont aussi partie prenante à l’univers de la culture de masse et des médias.

Cette transformation n’est pourtant pas à proprement parler synonyme de démocratisation culturelle. L’éclectisme des préférences et des pratiques tend à devenir l’expression contemporaine du privilège culturel de catégories immergées dans une grande variété de répertoires savants et populaires, lettrés et audio-visuels, locaux et cosmopolites. L’ouverture à la diversité apparaît comme la norme émergente du privilège et de la légitimité culturelle, morale et politique, qui s’inscrivent dans une reconfiguration plus vaste des rapports sociaux mettant en jeu l’accès inégal aux ressources de la confrontation à l’altérité. C’est ce que montre cet ouvrage, qui s’appuie sur les recherches les plus récentes et les résultats d’enquêtes approfondies.

Philippe Coulangeon est directeur de recherche au CNRS, membre de l’Observatoire sociologique du changement à Sciences Po, spécialiste de sociologie de la culture. Ses recherches portent notamment sur la démocratisation de la culture et de l’éducation.

Extrait de puf.com de septembre 2021

 

« Culture de masse et société de classes », de Philippe Coulangeon : métamorphoses de l’inégalité culturelle
Dans un essai bienvenu, le sociologue démontre que la culture est toujours un facteur de distinction des classes supérieures.

Les sociologues ont tendance à se méfier du mot « culture ». Celui-ci est en effet souvent employé d’une manière qui semble figer le rapport des individus à l’art, au livre, à la musique mais aussi à la nourriture ou au vote, dans des répertoires limités et presque immuables, à l’image de l’opposition entre culture savante et culture populaire, par exemple. L’usage quotidien de ce mot semble aussi souvent suggérer que la culture flotte au-dessus de nos têtes indépendamment de la façon dont elle est mobilisée dans les relations entre individus.

Prolonger jusqu’à nous la logique de Bourdieu
Les sociologues préfèrent donc mettre l’accent sur l’usage que ceux-ci font des ressources culturelles. Le goût, comme l’avait montré magistralement Pierre Bourdieu dans La Distinction (Minuit, 1979), n’est en effet pour eux qu’une des facettes du sens du jugement dont nous faisons preuve en société pour percevoir mais aussi entretenir inégalités et hiérarchies. De ce fait, comme l’écrit Philippe Coulangeon dans Culture de masse et société de classes, dont l’ambition est de prolonger jusqu’à nous la logique du maître livre bourdieusien, « si les faits culturels ne sont pas hiérarchisés par leurs propriétés intrinsèques, ils le sont en revanche par les propriétés sociales des groupes dont ils émanent ».

Peu de théories sociologiques ont cependant fait face à autant de critiques que le modèle mis en œuvre dans La Distinction. Les plus importantes sont celles qui visent l’idée selon laquelle chaque groupe social serait associé à une forme de culture repérable dans de nombreux domaines. Le modèle de l’omnivorité culturelle théorisé par Richard Peterson (1932-2010) dans les années 1990 a longtemps été lu comme une réfutation de cette thèse, dans la mesure où le sociologue américain associait le fait d’appartenir aux classes les plus aisées à la diversité des pratiques culturelles plus qu’au choix de pratiques distinctives. Mais la diminution de la place de la culture élitiste ou les travaux de sociologues mettant en évidence, comme Bernard Lahire, la multiplicité des influences pesant sur les individus ont aussi contribué à effriter l’édifice bourdieusien.

Extrait de lemonde.fr du 28.10.21

Répondre à cet article