> PILOTAGE, MIXITE SOC., ACCOMPAGNEMENT, ÉVALUATION... > Pilotage national, académ., local > Pilotage académique > Bilan / Projet académique > Le bilan 2011-2015 du projet académique Versailles fait ressortir en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le bilan 2011-2015 du projet académique Versailles fait ressortir en éducation prioritaire l’interdegrés, l’EIST, la prévention du décrochage et de l’illettrisme, l’orientation, l’innovation, le lien avec les parents..

7 décembre 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Nouveau site : Bilan du projet académique

Au terme des quatre années de mise en œuvre du projet académique « Horizon 2015 », ce bilan présente les actions menées dans l’académie de Versailles. Il tire enseignement des avancées produites tout autant que des marges possibles de progrès.

Fruit d’une large concertation, il est le résultat des contributions de l’ensemble de la communauté éducative. Des centaines d’acteurs ont été consultés pour présenter les différentes actions engagées. Il en ressort des analyses et des commentaires qui dessinent aussi les perspectives à venir.

Cette synthèse, sans être exhaustive, articule textes, éléments chiffrés, interviews, sites internet et prolongements pour chacun des quatre axes du projet « Horizon 2015 ».

Restitution du travail accompli, le site "Bilan du projet académique" dresse le portrait d’une académie vivante et riche de sa diversité.

Bilan du projet académique« Horizon 2015 »

Consulter le site académique "Education prioritaire

 

Plan du site

Sont relevés dans les 4 grandes rubriques les extraits qui concernent l’Education prioritaire.

I – Performances de l’académie

1. Conforter les apprentissages de base (1er degré – collège) et installer le socle commun

1.1. Développer le travail en réseau premier degré - collège
Des avancées : l’émergence d’une culture commune et d’un pilotage partagé

Témoignages du REP+ Leopold Sedar Senghor de Corbeil-Essonnes
Séminaire inter-académique REP+ (Corbeil-Essonnes)
Interview de Philippe Jégu, chef d’établissement

1.2. Renforcer l’intégration du premier degré dans la stratégie académique

1.3. Renforcer les apprentissages de base et le socle commun
L’accompagnement des élèves : un travail collaboratif renforcé et des stratégies territorialisées

Bilan Enseignement Intégré Sciences et Technologie 2014 (6 pages) :

Extraits :
[p.2]
Bilan chiffré
L’EIST dans l’académie de Versailles est actuellement mis en place dans quatorze collèges dont treize appartiennent à l’enseignement public. Il existe une forte disparité dans leur répartition géographique avec sept établissements dans les Yvelines, quatre établissements dans l’Essonne, trois établissements dans le Val d’Oise mais aucun dans les Hauts de Seine. Parmi ces quatorze établissements cinq sont en zone d’éducation prioritaire.

[p. 5]
La formation aux compétences du socle et leur évaluation
La réflexion n’est pas débutée ou balbutiante (6 collèges sur 14). Dans ces collèges hors éducation prioritaire sauf un, l’évaluation est très classique fondée sur la restitution de connaissances et leur utilisation. Les compétences ne sont identifiées ni dans la formation ni dans l’évaluation. Le cas du collège en éducation prioritaire est particulier, il n’y a pas de compétences scientifiques travaillées mais ils travaillent la maitrise de la langue et de l’outil informatique

[p. 6
Bilan général
[...] Le travail le plus important qui reste à accomplir concerne les compétences. En ce domaine, l’EIST joue moins son rôle de « laboratoire pédagogique » qu’espéré. La réflexion de l’équipe EIST correspond généralement à celle observée dans le collège où elle est implantée.
Les collèges en « éducation prioritaire » sont souvent plus innovants. Dans les autres établissements, il suffit qu’un des professeurs de l’équipe soit formé à l’utilisation des compétences (conseiller pédagogique, formateur…) pour que le champ des compétences soit investi. Un travail d’explication et de formation des équipes est donc nécessaire. Le prochain séminaire académique que nous envisageons devrait y participer.

Lettre académique maternelle (7 pages)

1.4 Améliorer les performances des élèves en langues vivantes et développer l’ouverture internationale
Langues vivantes.
Continuité des apprentissages et diversité linguistique : une équation à résoudre

Bilan GTI LV 14-15 Actions et perspectives (3 pages)

Extraits :
[p. 1]
[...] Le GTI LV s’est attaché tout au long de l’année scolaire 2014-2015 à renforcer la place des langues vivantes dans l’académie de Versailles. Il a veillé à la stabilité, à la diversité et à la représentativité des différentes langues. Il a contribué au développement des sections et au renforcement des effectifs, notamment dans la nouvelle carte de l’éducation prioritaire. [...]

2. Favoriser l’élévation des niveaux de qualification et réduire les sorties sans diplôme

2.1. Développer et aménager les poursuites d’études
Parcours scolaires :fluidifier et sécuriser

2.2 Diversifier les modes de formation
Assurer la continuité entre formation initiale et formation continue dans le cadre du droit à la formation tout au long de la vie
Apprentissage : une voie de formation, clé d’une réponse adaptée

2.3 Réduire les sorties sans diplôme
De la lutte contre le décrochage à la persévérance scolaire

La question du décrochage a connu un changement de paradigme. Elle est passée du traitement externalisé de situations avérées à l’identification en amont des élèves en risque de décrochage et à leur accompagnement individualisé.

Si l’académie a enregistré une baisse régulière des jeunes sortis sans qualification, elle conserve néanmoins une proportion de jeunes décrocheurs de plus de seize ans.
Une politique de lutte contre le décrochage scolaire a été développée dans les champs de la prévention, de l’intervention et de la remédiation. Elle repose sur une organisation institutionnelle et partenariale territorialisée composée des vingt-deux plates-formes de suivi et d’appui aux décrocheurs (PSAD) ainsi que des vingt-quatre réseaux Formation QUALification Emploi (FOQUALE), soit un par bassin.

Depuis trois ans, l’opération de la Semaine de la persévérance scolaire renouvelle la dynamique de l’accrochage scolaire. De manière connexe, la prévention et l’intervention dans ce domaine passent par des actions visant à l’amélioration du climat scolaire et à la lutte contre le harcèlement.

Par ailleurs, les dispositifs relais (classes, ateliers et internats) contribuent à atteindre l’objectif de réduction de l’abandon scolaire. Cette réponse éducative à la diversité des profils des jeunes en voie de déscolarisation, pilotée au niveau départemental, gagnerait à relever de procédures davantage harmonisées à l’échelle académique, à l’instar de celles adoptées pour les internats.

◦ nterview de Jean-Charles Royer, enseignant

◦ Site académique « Lâche pas l’École ! »

2.4 Tendre à résorber les disparités
et assurer l’équité de l’offre de formation sur le territoire académique
Offre de formation, poursuite d’études et insertion : enjeux territoriaux

En lien avec le Conseil régional, la carte des formations a fait l’objet d’un travail de concertation visant la poursuite de la mise en cohérence et l’adaptation de l’offre en recherchant un équilibre entre les différents niveaux et voies de formation (générale, technologique, professionnelle) et entre les différentes filières. De manière opérationnelle, il s’est agi de poursuivre la baisse des taux de redoublement, des réorientations par défaut et de favoriser l’accrochage scolaire en améliorant la fluidité des parcours entre les voies de formation. Un renforcement de la cohérence entre les lycées et l’enseignement supérieur a eu pour ambition d’élever le niveau de qualification en créant les conditions de réussite après le baccalauréat. Enfin, un développement de l’apprentissage en EPLE a visé une diversification des modalités d’accès aux diplômes.

La complémentarité et la mise en synergie entre établissements de différents statuts a permis de réorganiser l’offre de formation afin de répondre au contexte démographique des territoires de l’académie et de renforcer l’offre de structures sélectives. À cet égard, le développement de sections européennes et de classes bi-langues au sein de certains territoires a contribué à la lutte contre les inégalités sociales et territoriales.

L’évolution de la carte des formations demeure cependant intimement liée aux ressources humaines dont dispose l’académie, aux plateaux techniques dont les établissements sont dotés, ainsi qu’à leurs capacités d’accueil. La nécessaire diversification de l’offre de formation invitera à être attentif aux formations qui procurent une insertion durable.

 

II - Accompagnement

1. Mettre en place un accompagnement de proximité

1.1 Aider au diagnostic et à la mise en cohérence des instances de concertation
Le bassin : un bain de culture commune, un creuset de projets communs

Prolongement :
Projet de bassin : REP préfigurateur du collège de Guinette d’Étampes (91) (13 pages)

1.2 Mettre en place un accompagnement des réformes
Mobilisation des acteurs, proximité, initiative et numérique

1.3 Mettre en place un accompagnement des expérimentations
Des processus de diffusion, de mutualisation et de valorisation

Prolongements : Les publications de la M.A.E. :
Expérimenter l’école du socle
Accompagner les élèves

2. Des organisations tournées vers les écoles et les établissements
2.1 Améliorer les liaisons entre les entités administratives et entre les entités administratives et pédagogiques
Communauté d’actions et culture commune : conditions d’un pilotage académique et de proximité

2.2 Accompagner les établissements dans la prévention des situations de tension
Des équipes mobiles pour des interventions évaluées et concertées

2.3 Mettre en cohérence les relations avec les différents partenaires
Une politique partenariale, ciment de la communauté éducative

3. Renforcer la communication
3.1 Développer la connaissance réciproque des missions et des métiers
La formation intercatégorielle pour se connaître et agir ensemble

3.2 Développer l’académie numérique

 

III - Réussite des élèves

1. Donner du sens à la vie scolaire
L’engagement lycéen : une dynamique à poursuivre

[...] Une expérimentation de mise en place de Conseils de la Vie Collégienne, conduite depuis 2013, vise à impulser une dynamique pérenne et à installer de manière plus marquée une culture participative.

◦ Interview de Philippe Jégu, chef d’établissement ( REP+ Leopold Sedar Senghor de Corbeil-Essonnes)

2. Personnaliser le suivi des élèves

2.1. Renforcer quantitativement et qualitativement l’accompagnement des élèves à besoins éducatifs particuliers
Favoriser une École inclusive

CASNAV 78
◦ [CASNAV 95 http://www.cddp95.ac-versailles.fr/casnav/]

2.2. Développer les dispositifs de prévention de l’illettrisme
Un travail de consolidation des compétences langagières des publics prioritaires

Le développement des dispositifs d’accompagnement individualisé des élèves (cf. infra), a eu pour corollaire la dissémination de ceux dévolus précisément à la prévention de l’illettrisme. Deux orientations sont cependant demeurées pérennes au plan académique. L’une, concernant le segment CE2 – 6e, s’appuie sur une action phare, le Marathon orthographique, qui fournit aux enseignants l’opportunité d’exercer une nécessaire vigilance dans ce domaine. L’autre implique les élèves de la voie professionnelle rencontrant des difficultés dans la maîtrise de la langue, ceux de CAP et de 3e préparatoire à la voie professionnelle d’une part, parfois certains élèves de baccalauréat professionnel, d’autre part, grâce à des projets pluridisciplinaires axés sur l’amélioration des compétences langagières écrites et orales.

Prolongement :
Marathon orthographique

2.3. Développer et mettre en cohérence les différents dispositifs d’accompagnement des élèves
Un accompagnement personnalisé, des dispositifs qui gagnent en cohérence

Les Programmes Personnalisés de Réussite Educative dans l’académie de Versailles :

Pour l’année 2014-2015
Dans le 1er degré :
7,0 % des élèves hors EP ont bénéficié d’un PPRE
15,2 % des élèves en EP ont bénéficié d’un PPRE
À plus de 50 % ce sont des élèves redoublants
Au collège
3,6 % des élèves hors EP ont bénéficié d’un PPRE
4,8 % des élèves en EP ont bénéficié d’un PPRE
À plus d’un tiers ce sont des élèves redoublants hors EP
À 22 % ce sont des élèves redoublants Hors EP

◦ Interview de Philippe Jégu, chef d’établissement (REP+ Leopold Sedar Senghor de Corbeil-Essonnes)

Page Programme Personnalisé de Réussite Éducative (PPRE) de la DSDEN des Yvelines
Diaporama de l’accompagnement personnalisé en LP

3. Aider à construire des projets d’orientation
3.1. L’élève acteur de son parcours de formation
L’orientation : vers un processus d’apprentissage intégré

Interview de Philippe Jégu, chef d’établissement (REP+ Leopold Sedar Senghor de Corbeil-Essonnes)

3.2. Lutter contre les inégalités d’orientation entre filles et garçons et intégrer les publics prioritaires
Les études supérieures : une ambition légitimée

Les inégalités entre filles et garçons en termes d’orientation au sein de l’académie sont la résultante de deux facteurs principaux. Jusqu’en classe de seconde, le taux de redoublement des garçons – très supérieur à celui des filles – produit des effets néfastes sur les poursuites d’études, et, partant, les sorties sans qualification. À partir de la classe de seconde, la relative inappétence des filles pour les orientations vers des sections scientifiques demeure une question vive.
Sur la base de ce constat, l’académie de Versailles a mis en place plusieurs dispositifs. Dans le cadre de la liaison collège-lycée sont proposées des interventions de pairs auprès des élèves de 3è ainsi que des tutorats entre élèves de 3è et de 2nde. Cette problématique est intégrée dans le travail engagé autour du décrochage, notamment lors de la Semaine de la persévérance.

Au-delà, afin de donner de l’ambition pour les études supérieures à des élèves issus de milieux défavorisés et d’accompagner leur entrée dans l’enseignement supérieur, trois dispositifs – Cordées de la réussite, Classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE) en partenariat avec les universités et Résidences pour la réussite – ont été développés.
Adaptées géographiquement aux potentiels partenariaux, les Cordées s’organisent autour de l’acquisition de codes sociaux, de l’aide à l’orientation et de l’accompagnement aux démarches sociales par le biais de tutorats personnalisés et de parrainages. En aidant les élèves concernés à exprimer une ambition légitime, ce dispositif contribue à la liaison bac-3/bac+3. À ce titre, il a vocation à s’élargir aux élèves de lycée professionnel et à accueillir davantage de collégiens.

Inscrit dans la continuité des Cordées de la réussite, le dispositif des « Classes préparatoires aux grandes écoles en partenariat avec les universités » a quant à lui pour objectif de permettre à des élèves qui n’auraient pas eu l’ambition d’aller en CPGE d’intégrer une grande école. Construit autour d’un partage pédagogique entre des enseignants de classe préparatoire et de l’université, ce partenariat permet de sécuriser le parcours des élèves. Les résultats aux concours, couplés à l’information auprès des élèves des lycées source sont susceptibles de susciter davantage de candidatures d’élèves boursiers issus des Cordées de la réussite.

Deux Résidences pour la réussite viennent compléter au niveau académique l’ambition en direction de publics prioritaires. Ouvertes aux néo-bacheliers, elles proposent un accompagnement éducatif et pédagogique. Un renforcement de leur visibilité permettrait d’en faire bénéficier un nombre d’étudiants plus important.

Prolongement :
Cordées de la réussite

4. Développer le lien avec les familles
Ouvrir l’école aux parents

Dans l’académie de Versailles comme ailleurs, des liens existent traditionnellement entre l’institution scolaire et les familles. La diversité des modèles familiaux et des représentations de l’école qui y sont attachées constituent une richesse mais également une source de difficultés. Afin de développer – voire, parfois, de créer – des liens pérennes, il incombe aux acteurs du monde de l’éducation d’aller au-devant des familles, de les accueillir et de les convaincre que l’institution scolaire a besoin d’eux.

C’est dans cet esprit que le dispositif « Ouvrir l’école aux parents pour la réussite des enfants » (OEPRE) s’est développé dans les quatre départements de l’académie. Visant plus particulièrement les adultes migrants parents d’élèves, il repose sur des ateliers mettant en exergue la compréhension des enjeux de la scolarité et le renforcement de la coopération entre les parents et l’école. Il poursuit trois objectifs : mieux maîtriser la langue, s’insérer dans la société française par la connaissance de ses usages et valeurs, faciliter la connaissance de l’institution scolaire et permettre aux bénéficiaires de cette opération de jouer pleinement leur rôle de parents d’élèves en ouvrant un réel espace d’échange et d’information au sein des établissements.

Un renforcement du lien école-famille pourrait utilement reposer sur une mutualisation de ce type d’expériences afin d’augmenter le nombre de familles concernées en fonction des contextes et problématiques propres à chaque niveau d’enseignement. Contribuerait à cet objectif le développement de partenariats avec les associations et les institutions qui œuvrent à la prise en charge des familles les plus éloignées de l’école.

Mallette des parents, du CP à la 3e

 

Parcours des personnels

1. Réussir le recrutement et l’intégration dans l’emploi des nouveaux personnels
1.1 Réussir le recrutement des nouveaux personnels
1.2 Conforter les dispositifs d’accueil et de professionnalisation des nouveaux personnels
◦ Interview de Philippe Jégu, chef d’établissement (REP+ Leopold Sedar Senghor de Corbeil-Essonnes)
1.3 Intégrer dans l’emploi les personnels handicapés

2. Adapter et faire évoluer les compétences
2.1 Adapter les pratiques professionnelles aux nouveaux enjeux du système éducatif
2.2 Professionnaliser les enseignants référents et développer le recours aux dispositifs de tutorat

3. Favoriser les parcours de carrière
3.1 Favoriser une approche qualitative des carrières : vers une individualisation du suivi
3.2 Favoriser une approche qualitative des carrières : faciliter l’évolution et la diversité des parcours professionnels
3.3 Valoriser l’engagement des personnels

4. Préserver et garantir les compétences
4.1 Renforcer la place du dialogue social et la médecine de prévention
4.2 Préserver et garantir les compétences – personnels en difficulté

 

Le projet Horizon 2015

Répondre à cet article