> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS LOCALES par niveau et discipline/ > Actions locales interdegrés > B* Le projet sac d’histoires à l’école maternelle et élémentaire Buisson Rond (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Le projet sac d’histoires à l’école maternelle et élémentaire Buisson Rond de Villefontaine (Isère) (Journées Innovation 2014 et 2015)

19 mars 2015 Version imprimable de cet article Version imprimable

Le projet sac d’histoires à l’école [RRS] Buisson Rond de Villefontaine (Isère)

Projet sélectionné pour la Journée de l’Innovation 2015.

Circonscription Inspection Education nationale 1er degré Bourgoin-Jallieu II
2 passage Saint-Michel, 38300 Bourgoin-Jallieu
Site de la Circonscription
Auteur : Didierjean Marc
Mél : ce.0382490a@ac-grenoble.fr

Après son élaboration par les élèves, les parents et l’équipe pédagogique, un sac circule dans les familles, ramené par les élèves. Il contient un album en français et traduit dans la langue familiale, un CD, des jeux et des surprises. Afin de faciliter l’apprentissage et l’entrée dans la lecture, le projet participe à amener aux élèves des modèles d’adultes qui parfois ne savent certes pas lire mais vont faire l’effort de s’intéresser à ce que l’écrit peut leur apporter. Le projet vise à renforcer le lien école famille, mais aussi à inciter le langage au sein des familles.

Plus-value de l’action
Les impacts positifs du travail sur la relation école-famille, de l’ouverture de l’école et la mise en place de projets partenariaux, sur les élèves et leurs comportements au sein de l’école.

Nombre d’élèves et niveau concernés
270 élèves de maternelle, cycle 2 et cycle 3

A l’origine
Située dans la commune de Villefontaine, l’école Buisson Rond est une école primaire appartenant au RRS. Elle accueille une population majoritairement socio défavorisée :
• Une part importante des familles est issue d’un environnement social et linguistique différent, voire éloigné, de celui de l’école.
• Un certain nombre de familles montre un faible investissement du langage oral et une maîtrise incomplète des structures langagières y compris dans leur langue maternelle.
• Des familles n’arrivent pas à accompagner la scolarité de leurs enfants et montrent des comportements pouvant parfois être entendus par les enseignants comme un désinvestissement dans les apprentissages scolaires de leurs enfants.

Objectifs poursuivis
• Travailler des objectifs des programmes dans le domaine du français à travers un projet liant l’école et les familles. Chercher à faire aimer la lecture et les livres aux apprenants.
• Valoriser les compétences des familles.
• Rapprocher les familles de l’école et participer à combattre toutes les discriminations à travers un projet reconnaissant la culture familiale comme pouvant être une richesse complémentaire à celle de l’école.
• Valoriser la diversité linguistique de la classe afin de travailler le vivre ensemble, la citoyenneté et l’ouverture culturelle.
• Mieux faire apprendre aux élèves la langue de l’école, ses codes et ses registres comportementaux. Travailler le langage oral à travers la mise en place des actions en lien avec le projet.

Modalité de mise en œuvre
Afin de faciliter l’apprentissage et l’entrée dans la lecture, le projet participe à amener aux élèves des modèles d’adultes qui parfois ne savent certes pas lire mais vont faire l’effort de s’intéresser à ce que l’écrit peut leur apporter. Le « sac d’histoires » est un concept issu de Suisse pour travailler la lecture au primaire. Le projet vise à renforcer le lien école famille, mais aussi à inciter le langage au sein des familles.
Après son élaboration, un sac circule dans les familles, ramené par les élèves, dont le contenu est :
• Un livre bilingue pour enfants : en français et traduit dans la langue familiale.
• Un CD du livre lu dans toutes les langues de l’école. Le CD contient également un passage expliquant le projet dans toutes les langues de l’école.
• Un jeu se présentant sous la forme d’un glossaire à compléter de mots-clefs imagés de l’histoire. Ce jeu consiste à traduire les mots dans la langue première ou dans une langue étrangère pour les familles francophones. Un document explicatif multilingue accompagne celui-ci.
• Un jeu de plateau en lien avec le livre (memory, lotos) créé par des élèves.
• Une « surprise » en rapport avec le livre pour « vivre » l’ouvrage.

A la maison : la famille prend du plaisir autour d’un livre et d’activités issus de l’école. Elle découvre la surprise qui va la suivre dans la lecture. La famille lit avec les enfants le livre en français et dans une autre langue, aidés par le CD audio. La famille s’intéresse, prend le temps, de découvrir, communiquer, jouer avec son enfant. La famille remplit le glossaire dans la langue première ou en langue étrangère.
A l’école : de nombreuses exploitations pédagogiques sont menées dans les classes et un travail important est conduit autour des glossaires multilingues.

Organisation d’un évènement festif au sein de l’école : « Le temps d’un conte » : des familles racontent ou lisent des albums en langue française ou dans d’autres langues. Chorale mixte dans laquelle enfants et familles chantent les comptines et chants appris dans les différentes langues. Ateliers graphisme et écriture du monde. Exposition photo commentée par les élèves de cycle 3 sur le déroulement des ateliers parents-enfants. Exposition des affiches concernant les glossaires multilingues. Installation de coins écoute et possibilité de découvrir les albums mis en libre-service. Atelier cuisine du monde : mis en place par des élèves et des mamans invitées à faire découvrir un patrimoine culinaire mais aussi une autre langue.

Trois ressources ou points d’appui
• Le guide du ministère de l’éducation nationale Agir sur le climat scolaire à l’école primaire, pour saisir la nécessité d’une co éducation, avec les parents et les partenaires locaux.
• Le site http://www.ge.ch/enseignement_prima..., avec le film du projet « Sac d’histoires », réalisé par la conseillère pédagogique Muriel Wacker, canton de Genève, pour envisager l’organisation des ateliers dans un projet sac à histoires.
• Le mémoire de master en FLE de Mariana Dominguez Fonseca Favre, Approches plurielles / Eveil aux langues : Le sac d’histoires dans l’enseignement genevois, pour l’exploitation pédagogique des glossaires multilingues lors du retour des sacs en classe de cycle 2 et 3

Difficultés rencontrées
• Malgré une invitation à l’école pour la réunion explicative du projet sac à histoires rédigée dans toutes les langues des familles et la présence d’interprètes durant cette dernière, l’inscription et la participation des parents dans les ateliers traduction et fabrication a été compliquée à obtenir.
L’école espère que l’installation du projet dans le temps permettra d’augmenter le nombre de participants en augmentant l’entrée dans l’école des parents encore réticents.
• - Les ateliers « parents » trop cloisonnés (dans l’objectif de garder le sac et ce qu’il contenait secret pour que les enfants aient une surprise à la maison) n’ont pas permis une aussi libre circulation des parents dans l’école que l’équipe pédagogique l’aurait souhaité.
• - Le coût du projet a limité le nombre de sacs et d’albums qui a engendré une rotation des sacs dans les familles étendue sur plus de 3 semaines. Les sacs ne restant que 3 jours, certaine famille nous ont fait remonter leur frustration de ne pouvoir jouer autour du livre plus longtemps.

Moyens mobilisés
L’équipe enseignante et particulièrement l’enseignante UPE2A, le RRS, l’enseignant référent TICE et les enseignants en langues et cultures d’origine (ELCO). Des partenaires institutionnels et associatifs comme le Dispositif intercommunal de réussite éducative, le centre, le centre social ou l’Association Dauphinoise Accueil Travailleurs Etrangers (ADATE)

Partenariat et contenu du partenariat
• L’enseignante UPE2A : à l’initiative du projet, elle intervient pour le proposer, le motiver, le partager et le mener à terme. Elle aide à la coordination entre les différents partenaires.
• La coordinatrice du REP : elle coordonne le projet entre les différents partenaires et les demandes de financement.
• Le Dispositif intercommunal de Réussite Educative : il participe au financement du projet.
• Les enseignants et le directeur : ils participent à la conception et la mise en place du projet.
• L’enseignant référent TICE : apporte son expertise pour l’enregistrement des traductions à l’école et la gravure sur CD.
• Les ELCO : Les enseignant-e-s de Cours de langue et de culture d’origine (ELCO) participent activement au projet. Certains traduisent les livres et enregistrent les textes dans leur langue. Certains vont également raconter dans les classes les livres des sacs, offrant aux enfants la possibilité d’entendre d’autres sonorités et de construire le sens de l’histoire en utilisant tous les indices, linguistiques ou non. • L’ADATE : participe ponctuellement au travail d’interprétation.
• Le centre social : les animateurs « couture » du centre social viennent aider et prêtent des machines à coudre afin de fabriquer des sacs supplémentaires.
• Les parents : La confection du sac et de la surprise par un groupe de parents, en tissu (couture) ou en papier, en feutrine, carton (bricolage). La traduction : dans les locaux scolaires, les parents allophones vont participer à des ateliers de langue pour traduire l’album de jeunesse. Ils vont également enregistrer les différentes versions de la lecture de l’album.
• Les élèves : Partenaires actifs du projet, ils vont participer dans les classes à de nombreuses activités d’apprentissages en rapport avec celui-ci.

Modalités du suivi et de l’évaluation de l’action
Les critères d’évaluation du projet sont :
• L’investissement des parents dans les activités scolaires.
• La fréquentation de l’école par les parents.
• L’absentéisme des élèves.
• L’intérêt porté aux livres par les enfants de cycle 2.
• Le niveau scolaire des élèves concernant la compréhension de textes littéraires.

Effets constatés
- Sur les acquis des élèves : Une ambiance d’école sereine et respectueuse des règles du vivre ensemble. Dans cette école située dans un quartier très défavorisé, ces attitudes installées notamment chez les élèves de Cycle 3 ne peuvent que favoriser la liaison avec les attendus du collège. Le sac a permis la valorisation des compétences des familles, et a engendré dans les classes des discussions décomplexées sur les origines et sur les langues maternelles. Ainsi les élèves sont amenés à s’ouvrir à l’autre et respecter les différences
- Sur les pratiques des enseignants : Mutualisation de pratiques pédagogiques Climat de travail en équipe structuré et constructif Relation parents enseignants apaisée et de confiance
- Sur l’école / l’établissement : Cette action participe à installer un cadre de travail et de vie à l’école construit de manière sécurisée et bienveillante.
- Plus généralement, sur l’environnement : Une ambiance d’école sereine et respectueuse des règles du vivre ensemble

Extrait du site Expérithèque : 2014 Acad.Grenoble – « Le projet sac d’histoires » + Ecole Buisson Rond-circonscription Bourgoin Jallieu 2 + Villefontaine + Isère

 

Projet présenté et sélectionné pour la journée Innovation 2015 :

Cahier du TOP 30, sélection officielle mars 2015 (p. 74 à 77 du PDF de 138 pages)

 

Extrait du site Respire du 27.03.2015 :
Vidéo

Répondre à cet article