> POLITIQUE VILLE > TEXTES, RAPPORTS OFFICIELS, ETUDES... (Politique de la Ville) > Politique Ville (Rapports officiels) > "La population des Zones urbaines sensibles" (INSEE première, décembre (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

"La population des Zones urbaines sensibles" (INSEE première, décembre 2010)

17 décembre 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

La population des zones urbaines sensibles

Corinne Chevalier, Secrétariat général du Comité interministériel des villes, Onzus, François Lebeaupin, division des Études territoriales, Insee
Résumé

En 2006, 4,4 millions de personnes vivent en zones urbaines sensibles (ZUS), soit 7 % de la population française. Cette population est en diminution depuis 1990.

Les caractéristiques des habitants des ZUS ont peu évolué depuis 1999. Ils sont plus jeunes que dans les unités urbaines environnantes, la proportion d’immigrés y est plus élevée, les taux d’activité et d’emploi plus faibles.

60 % des ménages des ZUS sont locataires en HLM. Les grands logements sont plus rares qu’ailleurs, tandis que les familles nombreuses y sont plus fréquentes. Dans le parc locatif privé des ZUS, les habitants déménagent moins souvent que dans le reste de l’espace urbain.

Sommaire

* Depuis 1990, faible baisse de la population des ZUS
* 7 % de la population réside en ZUS
* Une population toujours très jeune
* Familles nombreuses, familles monoparentales
* Un habitat HLM prépondérant, mais souvent inadapté
* Un parc de logements anciens
* Deux tiers des habitants des ZUS y résidaient cinq ans avant
* Un déficit persistant de formation et d’activité

Extrait du site del’INSEE

Note : Ce document, qui concerne la situation en 2006, a été publié avant l’article du monde sur le rapport de l’ONZUS, lequel sera rendu public le 23 décembre 2010

Répondre à cet article