> ACTES, PRODUCTIONS OZP > Les Journées OZP (Actes) > 2010 : Des réussites remarquables et quotidiennes en éducation (...) > Actes de la Journée OZP 2010. "Education prioritaire : des réussites (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Actes de la Journée OZP 2010. "Education prioritaire : des réussites confrontées" (18 p.), par Françoise Lorcerie (IREMAM-CNRS)

15 juillet 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

Journée nationale OZP : 29 mai 2010

Intervention

Education prioritaire : des réussites confrontées,

par Françoise Lorcerie, IREMAM-CNRS

La question des réussites en éducation prioritaire comporte beaucoup d’inconnues. Pour cet exposé, l’orientation choisie est un centrage sur l’action des professionnels pour adapter leurs pratiques aux besoins cognitifs repérés chez les élèves. La formule “ réussites confrontées ” exprime l’idée que les réussites en éducation prioritaire résultent d’une confrontation à l’adversité.

Pour préparer cet exposé très nourri, Francois Lorcerie a complété ses informations préalables par des entretiens avec des protagonistes de l’éducation prioritaire ayant des statuts différents, de sorte à obtenir des points de vue différenciés sur la réussite qui peut s’y construire et les obstacles qu’elle rencontre.

Il n’est pas banal de poser la question de la réussite des ZEP, comme y invite l’OZP cette année. La question typique de la sociologie de l’éducation, depuis Bourdieu, est celle de l’inégalité – est-ce qu’on analyse l’égalité ? – et celle des difficultés des élèves de milieux populaires. De plus, s’agissant de l’éducation prioritaire, c’est le manque de réussite qui est l’effet général statistiquement renseigné.
La première étude d’évaluation de l’effet ZEP, due à Denis Meuret, en 1994, concluait que pour la plupart des catégories d’élèves, le fait d’être scolarisé en ZEP était associé à des résultats inférieurs à ce qu’auraient été leurs résultats hors ZEP…, sauf pour les meilleurs élèves . Et les dernières évaluations dont on dispose (sur le panel 1995-2002 de la DEP) n’infirment pas ce résultat.
La question posée par l’OZP invite donc à se placer en rupture avec le pessimisme ambiant quand on évoque l’éducation prioritaire : l’idée de souffrances, de vanité des efforts, le côté “ barrage contre le Pacifique ” de la politique d’éducation prioritaire. Dans la difficulté, il y a des réussites et leur analyse nous importe.

Lire ci-dessous le texte intégral en format PDF (18 p.)

Documents joints

Répondre à cet article