> POLITIQUE EDUCATIVE DE LA VILLE > PLAN ESPOIR BANLIEUES 2008-2009 (archives) > Déclarations gouvernementales sur l’ensemble du plan Banlieues > Communiqué du 19.08.09 du Premier ministre sur le volet éducation de la (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Communiqué du 19.08.09 du Premier ministre sur le volet éducation de la dynamique "Espoir banlieues"

20 août 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait du site du Premier ministre le 19.08.09 : Le volet éducation de la dynamique "Espoir banlieues"

La dynamique interministérielle "Espoir banlieues", lancée en février 2008, se décline en plusieurs volets : gouvernance, emploi, éducation, transport, sécurité, habitat et cadre de vie, vie associative et rénovation urbaine. Pour l’Education nationale, cette dynamique se concrétise à travers plus d’une dizaine de mesures qui sont autant de réponses données aux difficultés majeures rencontrées par les élèves et leurs familles.

Accompagner les parcours éducatifs en visant la "réussite éducative" et l’"excellence", tels sont les maîtres mots du volet éducation de la dynamique "Espoirs banlieues"

Les mesures du volet éducation

- L’accompagnement éducatif dans les écoles élémentaires et secondaires de l’éducation prioritaire
L’accompagnement éducatif permet d’accueillir, sur la base du volontariat, des élèves (écoles élémentaires et secondaires de l’éducation prioritaire) n’ayant pas la possibilité d’être aidés pour leurs devoirs et leur suivi scolaire ou qui n’ont pas accès à des activités culturelles et sportives. Ces élèves bénéficient d’une prise en charge de deux heures, quatre jours par semaine, pour une aide au travail scolaire, la pratique d’activités multimédias, artistiques, culturelles ou sportives.

Les académies ont identifié 200 lycées accueillant un nombre important d’élèves ayant des difficultés sociales et scolaires. Depuis la rentrée 2008, le dispositif expérimental de "réussite scolaire au lycée" offre à 36 000 élèves un accompagnement spécifique destiné à favoriser leur réussite et leur accession aux études supérieures. Ces élèves bénéficient d’un appui individualisé tout au long de l’année et sous forme de stages, notamment en langue anglaise, durant les vacances scolaires.

La liste (format PDF) des 200 lycées du dispositif "réussite scolaire au lycée"

- Favoriser la mixité scolaire grâce au "busing"

Depuis la rentrée scolaire 2008, des élèves de CM1 et CM2 des quartiers qui concentrent les plus grandes difficultés sociales sont emmenés en bus (le "busing") vers des écoles d’autres quartiers. Le "busing" vise à favoriser la mixité sociale et à permettre aux enfants de découvrir un nouvel environnement de travail susceptible d’accroître leurs chances de réussite dans la perspective de l’entrée au collège. Une expérience qui sera menée pendant trois ans dans 50 quartiers prioritaires en rénovation urbaine (classés en Réseaux "Ambition réussite").

La liste (format PDF) des huit villes ayant mis en place le "busing"

- Démocratiser l’offre de stages en entreprise
Réduire la fracture sociale en rendant plus équitable l’accès aux stages en entreprise pour les jeunes de quartiers prioritaires, tel est l’objectif de la création de banques de stages dans chaque académie pour favoriser l’insertion sociale et professionnelle. Public prioritaire : les élèves de troisième, de la voie professionnelle et étudiants en STS .

-  Prévenir et lutter contre le décrochage scolaire

Les jeunes sortant du système scolaire sans diplôme ou qualification font l’objet d’une attention particulière de la part de l’Éducation nationale. Celle-ci effectue un repérage individuel des enfants déscolarisés afin de leur apporter des solutions adaptées en lien avec les différents partenaires concernés (collectivités locales, centres de formation des apprentis...). Cette action est menée dans 215 quartiers prioritaires de la politique de la ville.

Pour lutter contre "l’absentéisme", première cause du décrochage scolaire, 2 000 "médiateurs de réussite scolaire" agissent pour rapprocher les familles de l’école. Les médiateurs sont des acteurs majeurs des "dispositifs relais" en collège. Au nombre de 400 aujourd’hui, ces structures accueillent quelque 5 000 élèves par an.

- Multiplier les dispositifs "École de la deuxième chance"

Les "écoles de la deuxième chance" (E2C) s’adressent aux jeunes, de 18 à 21 ans, sortis depuis au moins deux ans du système scolaire, sans diplôme ni qualification. Elles ont pour but de leur donner les moyens de réussir leur insertion sociale et professionnelle grâce à un parcours adapté. L’objectif est de multiplier les dispositifs "deuxième chance" sur 100 quartiers prioritaires. Pour la rentrée 2009, 4 000 places supplémentaires seront créées. À terme, chaque département possédera son école deuxième chance.

Depuis 2008, une expérience est menée pour accueillir des jeunes de 16-18 ans dans cinq écoles de la deuxième chance (dans les régions Champagne-Ardenne et Lorraine, dans les villes de Mulhouse, Tours et Châtellerault). Après évaluation, cette expérimentation pourra être étendue à l’ensemble des E2C.

- Augmenter l’offre de places en internat, et créer des "internats d’excellence"

En offrant un cadre structurant et un accompagnement éducatif renforcé pour des élèves en situation de fragilité, les internats scolaires constituent un atout pour leur réussite et leur intégration sociale. Une nouvelle impulsion est donnée afin d’accroître l’offre de places en internat.

L’internat scolaire de droit commun est relancé. Des places y sont réservées aux élèves des zones urbaines sensibles. La mesure phare est la mise en place d’internats labellisés "Internats d’excellence" destinés à des jeunes qui ne trouvent pas chez eux les conditions de travail optimales dont ils auraient besoin pour exprimer leur potentiel scolaire. En 2008, 700 élèves de l’éducation prioritaire ont bénéficié de cette mesure. Un chiffre qui doublera pour la rentrée 2009 avec un effort particulier pour l’Île-de-France, région actuellement déficitaire en places. Quelque 2 500 places en "Internats d’excellence" seront créées d’ici à 2011 et 4 000 d’ici à 2013.

- Créer des "sites d’excellence" pédagogiques

Les établissements scolaires des quartiers souffrent d’une mauvaise image alors qu’ils comptent de très bons élèves. Afin de faire mieux connaître le potentiel de ces établissements et de donner aux jeunes une ambition de réussite dans leur parcours scolaire, 30 "sites d’excellence" sont créés dans les quartiers prioritaires. Ils auront pour vocation de développer des activités éducatives (section internationale, filière d’excellence artistique et culturelle, lycée des métiers...). Ils pourront également nouer des partenariats de haut niveau avec, notamment, une institution culturelle, un complexe sportif de haut niveau, un laboratoire d’université, un organisme de recherche... Dans chaque site, sera mise en place une équipe dite "de soutien" chargée de rétablir la qualité de la vie scolaire, définir les démarches pédagogiques appropriées, assister les équipes de direction dans l’élaboration de partenariats ou la résolution de crises.

Parmi ces 30 sites, les lycées professionnels acquièrent le label "lycée des métiers", indicateur d’excellence pour les voies technologique et professionnelle. Les établissements labellisés mettent en cohérence l’offre de formations en prenant en compte les attentes des élèves et l’adaptation aux besoins des employeurs. Une palette étendue de formations et de services grâce, notamment, à un partenariat actif tant avec le milieu économique qu’avec les collectivités territoriales.

La liste (format PDF) des 30 sites d’excellence

- Améliorer l’accès aux études supérieures et aux classes préparatoires aux grandes écoles (CPGE)
Les élèves dont le mérite scolaire a été obtenu dans un contexte social et culturel défavorisé s’autocensurent trop souvent dans le choix d’une orientation positive vers des études longues et en particulier vers les formations sélectives.

Afin de dépasser cette barrière psychologique, les chefs d’établissement et les équipes enseignantes accompagneront ces élèves à toutes les étapes de la procédure et sécuriseront leur démarche sur le plan pédagogique. Ils informeront et encourageront les élèves en capacité de poursuivre leur scolarité en CPGE. Objectif : qu’au moins 5 % des élèves de terminale puissent présenter un dossier en CPGE. De plus, 25 % des élèves intégrés seront boursiers en 2009 et 30 % en 2010 (soit plus de 20 000 bénéficiaires).

Au 30 mai 2008, plus de 14 % des élèves de terminale en quartiers défavorisés - dont 7 % de filles - avaient déposé un dossier de candidature pour la prochaine rentrée.

- Reconstruire les collèges les plus dégradés

Démolition-reconstruction des 30 collèges les plus dégradés, véritables ghettos scolaires n’offrant aucune perspective de réussite scolaire. La destruction et la reconstruction des collèges identifiés seront intégrées dans le programme national de rénovation urbaine. Quelque 10 projets seront lancés d’ici à 2010.

Lire le texte sur le site du Premier ministre

 

Voir sur notre site

- Le commentaire détaillé du Quotidien des ZEP du texte du communiqué

- Le volet "Education nationale" de la dynamique "Espoir banlieues" (I) : la phase de lancement (février 2008, pour la rentrée 2008)

- Le volet éducation de la dynamique "Espoir banlieues" (II) : la deuxième phase (à partir de la circulaire du 28.04.09)

Répondre à cet article