> POLITIQUE VILLE > PLAN ESPOIR BANLIEUES 2008-2009 (archives) > Déclarations gouvernementales sur l’ensemble du plan Banlieues > A l’occasion de la signature d’une convention Egalité des chances de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

A l’occasion de la signature d’une convention Egalité des chances de l’université Dauphine avec des lycées du 93, qui concerne pour l’instant 14 élèves, Fadela Amara, interviewée par le Café pédagogique, traite de plusieurs mesures : carte scolaire, cordées de la réussite, busing...

8 juin 2010 Version imprimable de cet article Version imprimable

Les lycées concernés : Auguste Blanqui à St Ouen, Condorcet et Jean Jaurès à Montreuil, Eugène Hénaff à Bagnolet, Jacques Brel à la Courneuve, Louise Michel à Bobigny, Maurice Utrillo à Stains, Olympe de Gouges à Noisy le Sec, Suger à St-Denis, Marcelin Berthelot à Pantin et Feyder à Epinay sur Seine.

[...]

Je suis très attachée à la question des RASED ; ils sont très importants pour les enfants en grande difficulté. Mais en même temps, dans le cadre de la dynamique « Espoir Banlieues », l’Éducation nationale a mis en place l’accompagnement éducatif et la réussite éducative : il faut regarder ce qui existe et l’utiliser mieux pour éviter les doublons. Mais en même temps, dans le cadre de la dynamique « Espoir Banlieues », l’Éducation nationale a mis en place l’accompagnement éducatif et la réussite éducative : il faut regarder ce qui existe et l’utiliser mieux pour éviter les doublons.

[...]

L’assouplissement de la carte scolaire aurait dû permettre d’organiser la mixité sociale ; ce n’est pas le cas, et sa suppression ne le permettrait pas non plus. Il faut donc trouver une nouvelle méthode qui nous permettrait d’organiser volontairement la mixité sociale. Dans le cadre de la politique « Espoir Banlieues », il y a les conventions signées dans le cadre des « Cordées de la réussite » (1), il y a aussi le « busing » : c’était ma volonté d’organiser concrètement la mixité sociale et mélanger les populations. Là où il a été mis en place, ça marche très bien. Mais certains ont refusé de le mettre en place pour des raisons idéologiques.

[...] Dans le cadre des Etats généraux contre la violence dans les établissements scolaires, nous avons proposé à Luc Chatel 30 sites d’expérimentation d’un emploi du temps qui réserverait l’après-midi à des sorties culturelles et des activités sportives. Il en a retenu - tant mieux !

Extrait de cafepedagogique.net : Dauphine passe une convention Egalité des chances avec des lycées du 93

Note du QdZ :
Rappelons que la réussite éducative a été mise en place dans le cadre du plan Borloo, avant le lancement du plan Banlieues.
Quant à l’accompagnement éducatif, Il a été mis en place dans les collèges en éducation prioritaire à la demande de Nicolas Sarkozy quelques mois avant le lancement du plan banlieues. Etendu à tous les collèges l’année suivante (et donc n’ayant plus de caractère territorial), il a été repris au compte du plan banlieues dans les écoles en éducation prioritaire et devait être lui aussi généralisé dans l’élémentaire à la rentrée 2009. S’il ne l’a pas été et si donc il reste théoriquement dans le cadre du plan Banlieues, c’est essentiellement pour des raisons d’ordre budgétaire.

 

Lire les commentaires déposés récemment sur l’ensemble du site

Répondre à cet article

1 Message