> PÉDAGOGIE(S), DISCIPLINES, ACTIONS LOCALES > ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (Sport, EPS) > Le collège en ZEP de Rouvroy dans l’académie de Lille, au championnat de (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Le collège en ZEP de Rouvroy dans l’académie de Lille, au championnat de France UNSS d’escalade

26 mai 2009 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extrait de lavoixdunord.fr du 23.05.09 : Escalade : le collège vice-champion de France !

(...)
Ce podium est à l’évidence le résultat d’une assiduité exemplaire aux entraînements : « Cela représente 3 ans d’investissements soit 300 entraînements » précise Nicolas Planche et « Rouvroy est le seul collège en ZEP représenté en championnat de France ». La fierté s’affiche sur son visage.

Lire l’article intégral

Répondre à cet article

1 Message

  • Quel avenir pour les professeurs d’apuui ?

    11 mai 2009 14:44, par Onzerod - professeur d’appui "ambition réussite"

    A présent que s’achève la troisième année de la mise en place des réseaux "ambition réussite", il semble pertinent de regarder vers la sortie.

    Si les évaluations des progrès réalisés seront menées au niveau des établissements concernés, la question est posée quant au devenir des enseignants supplémentaires recrutés pour les besoins du réseau. Les textes officiels semblent assez lacunaires à ce sujet...

    - Promotion à la hors-classe ? cela fut évoqué... mais personne n’y croit réellement. Beaucoup de professeurs d’appui sont assez jeunes et ne remplissent pas forcément les conditions nécessaires...

    - Bonus en terme de points ? pas évident non plus... que diront les syndicats ?

    - Affectation favorisée dans une autre académie ? dans un autre département ? dans un établissement de son choix ? encore moins évident...

    - Agrégation interne par liste d’aptitude ?... on n’ose imaginer les grincements de dents !

    - Remise des palmes académiques ? ... après tout, cela ne coûterait pas très cher, puisque les récipiendaires doivent acheter leur médaille eux-même...

    - Une accolade virile ? un lopin de terre ? une bourriche d’huîtres ?

    Qu’en est-il au niveau de ces enseignants ?

    Il semble assez consensuel de dire que la plupart n’a pas ménagé ses efforts et a joué le jeu des réseaux...

    Certains voudront sans doute regagner un rythme plus "traditionnel", avec un emploi du temps classique de professeur des écoles ou de professeur de collège... mais qu’en est-il de ceux qui ont pris goût à travailler autrement ? ceux qui ont pu développer l’usage des TICE, participer à une politique de découverte et d’apprentissage des langues étrangères, établir des partenariats avec des entreprises ou des institutions culturelles, animer des groupes de travail et de réflexion interdegré ?

    Ceux qui ont souvent accepté de ne plus pouvoir toucher d’heures supplémentaires (étant à temps réduit face aux élèves)... ceux qui ont affronté l’hostilité de certains de leurs collègues (inquiets, à juste titre, de cette politique consistant à bien habiller le collège A pendant que les collèges B, C, D, E et F perdaient chacun entre 8 à 15 postes)

    Il semble étonnant que le sujet de l’ "après" soit si "RAR"ement évoqué...

    Doit-on attendre un laconique : "c’est bien : vous avez travaillé durement ! vous avez réussi... donc vos postes sautent et vous pouvez vous inscrire au mouvement intra"...

    Monsieur le ministre, si l’un de vos conseillers a la chance de lire cette modeste participation, il serait vraiment apprécié que vous rassuriez un peu vos troupes, au risque de voir s’éteindre par les effets d’une étouffante anxiété, la motivation des professeurs du premier et du second degré qui se sont efforcé de relever le défi.

    Répondre à ce message