> VIE SCOLAIRE : Climat, Décroch., Internats, Rythmes, Santé > Climat scolaire, Harcèlement > Climat, Harcélement (Rapports officiels) > Azzouz Begag parle des ZEP (Rapport au ministre de l’Intérieur)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Azzouz Begag parle des ZEP (Rapport au ministre de l’Intérieur)

15 décembre 2004 Version imprimable de cet article Version imprimable

Extraits du rapport d’Azzouz Begag, le 14.12.04 : « La République à ciel ouvert ».

Nous présentons ci-dessous le sommaire du rapport « La République à ciel ouvert » pour Monsieur le ministre de l’Intérieur, de la sécurité et des libertés locales. par Azouz Begag, Chercheur au CNRS, écrivain. Novembre 2004, et les deux paragraphes où il cite les ZEP
La totalité du rapport est disponilble sur le site du ministère de l’Intérieur.

Sommaire
Introduction : la France n’a pas assuré !
I- L’EGALITE DES CHANCES : DU MODELE A LA R EALITE
1- L’esprit de l’égalité des Chances
2- Les biais et les difficultés de la course
II- FRUSTRES DE PRAGMATISME
2.1- Des approches pragmatiques
2.2- Veiller toujours à associer diversité et qualité
2.3- Implications directes sur le cas français
2.4- Plaidoirie pour l’auto-déclaration des origines dans les statistiques en France
2.5- La promotion de l’égalité des chances n’est pas la charité
III- RECONNAISSANCE DE L’INDIVIDU
3.1. Promotion plutôt qu’intégration
3.2. Je républicain contre nous communautaire.
IV- « ALLER CHERCHER » LES CANDIDATS
4.1. Le contentieux historique entre les jeunes d’origine maghrébine et la police
4.2- Campagne de promotion ciblée et offre de stages
4.3. La Brigade anti-discrimination
4.4- Diversifier les jurys d’admission
4.5- Diversifier le contenu des concours
CONCLUSION : vers une culture de la mobilité.

4.2- Campagne de promotion ciblée et offre de stages

Pour cela, nous proposons d’aller chercher les candidatures des jeunes, sans attendre que ces derniers se calent sur les modes traditionnels de diffusion de l’information (supports papier dans les lieux institutionnels) ou Internet... L’idée est d’adapter la diffusion de cette information à la pratique en cours chez ces jeunes pour qui le contact physique et la parole jouent un rôle déterminant dans la communication. Nous suggérons de prendre appui sur les actions mises en place par le Centre de Loisirs Jeunes de la police nationale de Marseille en direction des jeunes des quartiers Nord, qui touchent quelque 9000 jeunes par an, pour diffuser une image moderne de la police et détecter des jeunes motivés par la mission de sécurité.

L’enquête sociologique de Dominique Duprez et Michel Pinet sur les recrutements des jeunes d’origine maghrébine dans les polices de Marseille et de Lille a repéré en 2001 « l’effet de politiques de communication plus offensives en direction des jeunes des quartiers pauvres [à Marseille], qui a conduit à un élargissement de la base des candidature spontanées ». La Direction de la Police Nationale pourrait mieux s’engager dans ces actions pour faire connaître les métiers en envoyant des chasseurs de candidats compétents, en particulier l’été, dans les centres d’accueil des jeunes des quartiers populaires.

On pourrait solliciter systématiquement les « Dérouilleurs » dans tous les domaines (comme les élèves des ZEP admis à Science Po ou à l’ESSEC, des sportifs de renommée, des créateurs d’entreprises) pour médiatiser leur expérience de réussite et la diffuser à grande échelle dans les établissements scolaires, les lieux de rencontres des jeunes dans les quartiers...

(...)

Par ailleurs, il faut accentuer le développement des partenariats avec les grandes écoles, les universités et les établissements situés en ZEP pour familiariser les élèves avec les possibilités d’emploi dans les métiers de l’Intérieur, recruter dans le vivier des candidats aux concours d’entrée dans les grandes écoles. Ces partenariats seraient l’occasion pour le ministère de l’Intérieur de proposer des stages aux jeunes des quartiers. C’est une mesure sur laquelle il faut insister. En effet, dans les établissements scolaires de formation professionnelle où les jeunes français issus de l’immigration sont sur-représentés (filières BEP, Bac Pro), la difficulté, voire l’impossibilité de trouver des stages de fin d’année est patente depuis de nombreuses années.

Elle touche ces élèves dans leur jeune âge, alors même qu’ils sont plein de bonne volonté pour réussir dans leurs études et plein d’espoir pour acquérir un bon métier. La plupart de ces élèves sont conscients des discriminations raciales dont ils sont victimes. Nous suggérons que le ministère de l’Intérieur participe à pallier le déficit d’offre de stages en proposant des conventions aux établissements qui forment ce type d’élèves. Les contacts établis à l’occasion de ces stages constitueraient une bonne occasion de communiquer sur les métiers de l’Intérieur avec cette population et, ainsi, de favoriser le recrutement de fonctionnaires de polices ou des gendarmes issus de l’immigration.

Là encore, il pourrait revenir au Directeur de l’Egalité des Chances d’assurer cette mission. Il s’agirait aussi pour ce coordonnateur de prendre en charge la promotion de l’égalité des chances au niveau national, avec pour mission :

a) l’organisation de la détection de talents chez les jeunes, dans leur diversité, et leur recommandation lors des recrutements.

b) la centralisation et le règlement des questions relatives aux discriminations et aux blocages à la promotion individuelle des compétences, en interne.

c) et en externe, assurer l’interface des grandes écoles, type Science Po Paris, Centrale, ESSEC... pour lancer des passerelles de guidage aux jeunes des quartiers qui veulent s’en sortir.

Enfin, comme l’égalité des chances est le cœur de la République française, nous proposons en outre de réserver un jour de l’année, ou une semaine, pour la célébrer et montrer à la Nation les progrès réalisés dans tous les domaines relatifs à la mixité. La médiatisation de cette célébration pourrait jouer comme un effet de levier pour amplifier la PEC.

Répondre à cet article