> AGENDA > Site OZP. Archives d’articles non indexés (2004-2008) > année 2006 > novembre 2006 > 27.11.06 - Le séminaire sur l’enfance à l’ENA a examiné les ZEP (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

27.11.06 - Le séminaire sur l’enfance à l’ENA a examiné les ZEP (5)

27 novembre 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable
  Sommaire  

Extrait du site de l’ENA, le 19.11.06 : Séminaire de la promotion "République" (2005-2007)

 L’Enfance

 groupe 3

Suite de la présentation d’extraits :

Proposition 12 : Renforcer les liens entre l’école et les parents en généralisant le soutien à la parentalité dans les établissements difficiles

Très en amont, la prévention des comportements absentéistes ou violents passe par le renforcement des liens entre l’école et les parents. La France a crée en 1999, à l’exemple de plusieurs pays de l’Union européenne, les réseaux d’écoute, d’appui et d’accompagnement des parents (REAAP). Ceux-ci ont pour objectif de promouvoir une écoute et un partage d’expériences permettant aux parents d’assumer leur fonction parentale au quotidien, tout particulièrement en ce qui concerne les relations famille-école121.

Grâce à de multiples partenaires, opérateurs et financeurs et à 3 000 micro-projets, les REAAP touchent actuellement entre 130 000 et 200 000 familles. Ils obtiennent des résultats positifs en matière de retour à l’école d’enfants absentéistes d’amélioration des liens entre les parents et l’école.122 Les moyens consacrés à ce dispositif, reposant en grande partie sur le bénévolat, stagnent depuis cinq ans à
9,6 M€ par an.

Nous proposons de généraliser le dispositif des REAAP dans tous les établissements situés en ZEP ou en zone urbaine sensible (ZUS), dont les territoires se recoupent largement. Les critères d’éligibilité seraient ainsi les mêmes que ceux des équipes de réussite éducative mises en place dans le cadre du plan de cohésion sociale.

Il appartiendrait aux rectorats d’identifier les établissements prioritaires, en tenant compte des REAAP déjà existants. L’objectif est d’intégrer 300 000 familles d’ici cinq ans, ce qui permettrait notamment de couvrir toutes celles dont les enfants sont scolarisés dans les établissements de l’éducation prioritaire.

Sur ce thème, lire l’article n°1

l’article n°2

l’article n°3

Et l’article n°4

Répondre à cet article