> Accompagnement, Évaluation, Orientation > Devoirs à la maison, Enseignement à distance, Covid > Travail personnel et inégalités : " Ce que l’extraordinaire du confinement (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Travail personnel et inégalités : " Ce que l’extraordinaire du confinement révèle des difficultés ordinaires" (Centre Alain Savary, février 2023)

7 février 2023

Ce que l’extraordinaire du confinement révèle des difficultés ordinaires

Au-delà de l’épreuve considérable qu’a été la crise sanitaire et les périodes de confinement pour les élèves et les enseignants, ce bouleversement a paradoxalement aussi révélé la complexité des savoirs scolaires, des gestes de soutien à l’apprentissage dès lors qu’il fallait enseigner dans le contexte dégradé du distanciel. Nous rendons compte dans cette ressource de quatre situations emblématiques, en prenant appui sur le travail des chercheurs de cinq laboratoires qui ont enquêté sur l’école française durant le confinement 2020-2021. Ils ont observé des classes virtuelles aux cycles 1 et 2. Ces situations sont présentées ici pour servir de support à l’analyse des effets du distanciel sur les difficultés ordinaires d’enseignement et d’apprentissage.

[...] Contexte de la recherche
Le GTnum Pléiades, financé par le ministère de l’Éducation nationale, porté par le laboratoire Circeft Escol de l’Université Paris Est Créteil et la DANE de Créteil, est centré sur l’étude des inégalités d’apprentissage pouvant découler de la transformation des pratiques enseignantes lors du passage à l’enseignement à distance. Avec la crise sanitaire du Covid 19, les enseignants qui, dans leur majorité, ne pratiquaient que l’enseignement en classe, ont basculé massivement, et du jour au lendemain, dans l’enseignement à distance.

Dans le premier degré, des pratiques qui n’étaient pensées que pour le « présentiel » ont été adaptées pour permettre l’utilisation d’outils pour communiquer à distance avec les élèves. C’est ainsi une transformation obligée du métier qui a eu lieu, les discours sur la révolution numérique de l’école semblant brusquement prendre corps dans le quotidien scolaire sans que les enseignants soient toujours préparés à l’usage de ces outils.Ce point de bascule a conduit à une transformation radicale des modes de communication et de régulation des activités des élèves. Ne pouvant plus reposer sur les possibilités offertes par la co-présence physique des membres des classes, la communication et la régulation des activités doivent se faire à distance.

Or, ces modalités relèvent typiquement des usages de l’écrit les plus scolaires, auxquels les élèves ont été plus ou moins familiarisés dans leurs milieux familiaux. Des inégalités peuvent alors se faire jour ou se creuser, notamment pour ce qui concerne la façon dont les élèves les plus faibles scolairement interprètent les situations d’enseignement-apprentissage, dont ils se saisissent des signes, des activités, des disciplines en jeu, activités essentielles qui ne peuvent plus être accompagnées de la même manière par les enseignants. Et la classe à distance éclaire, en retour, les pratiques ordinaires en classe.

Dans le GTnum Pléiades, des chercheurs de cinq laboratoires enquêtant sur des écoles primaires dans trois académies ont cherché à documenter ces transformations et leur articulation avec la question des inégalités scolaires grâce au recueil de réponses à deux questionnaires (n=49 et n=859), à une série d’entretiens avec des enseignants (n=27) et d’observations de classes virtuelles (n=23), pendant le premier ou le second confinement des écoles françaises en 2020 et 2021, dont certaines servent ici de support.

Extrait de centre-alain-savary.ens-lyon.fr du 06.02.23

Répondre à cet article