> ACTIONS PEDAGOGIQUES LOCALES EN EP (par niveau et discipline) > Actions locales AU COLLEGE > Collège (EDD) > B* Habitat bioclimatique, micro-entreprise de développement durable et (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

B* Habitat bioclimatique, micro-entreprise de développement durable et échanges sur la biodiversité et les cultures, trois projets de collèges REP+ en Guyane

2 février 2022

Un habitat bioclimatique en Guyane

QUOI ?

Projet interdisciplinaire visant à sensibiliser les élèves au patrimoine architectural local et d’ailleurs. Les élèves devront s’en inspirer pour réaliser la maquette d’un habitat durable et moderne, respectueux de l’environnement et du bien-être, à partir de ressources exclusivement locales.

Expérimentation

QUI ?

1 membre(s) dans l’équipe - 2 partenaire(s)

Les différentes disciplines permettront d’aborder la question de l’habitat de façon transversale, visant à faire sens pour les élèves.

Le CAUE de Guyane dont la connaissance experte de l’architecture traditionnelle locale mais egalement de l’habitat dit spontanée où vivent beaucoup de nos élèves interviendra lors de visites médiatisées d’un quartier de Charvein et de la ville de Mana.

L’association AQUAA spécialisée dans l’architecture bioclimatique interviendra sur 2 jours pour une sensibilisation

- Les partenaires

Structure Participation Période
AQUAA Intervenant Du : 07/03/2022
Au : 08/03/2022
CAUE de Guyane Intervenant

- Les participants

• 25 élève(s)
• 5 enseignant(s)
• 4 autre(s) participant(s

OÙ ?

PAULE BERTHELOT, MANA, Guyane (033)

Collège - 4ème

Le collège est un établissement rural REP+ avec une mixité ethnique et culturelle (Monghs du Laos et Bushinengué).

Les enseignants porteurs de ce projet aspirent à donner du sens à l’apprentissage avec comme levier une réalisation concrète mettant en œuvre l’ensemble des champs disciplinaires et faire partager un ensemble de savoirs et savoir-faire, respectueux du territoire dans lequel ils s’inscrivent.

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 1 classe(s)

POURQUOI ?

Problème identifié

• De nombreux élèves vivent dans une précarité économique et ressentent comme une contrainte leurs conditions d’habitation et rêvent d’un habitat de type occidental.
• L’abandon des savoirs faire et des matériaux locaux au profit de matériaux et technologie importés, pas toujours adaptés et onéreux.

◦ Constructions à dominante occidentale nécessitant une climatisation énergivore.
◦ Matériaux inadaptés à l’humidité ambiante de l’ordre de 92 %.
◦ Consommation d’électricité en augmentation.
◦ Un bilan environnemental et énergétique éloigné des préconisations des scientifiques au sujet du réchauffement climatique et de l’épuisement des ressources.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

Fracture numérique, difficultés d’apprentissage, manque de motivation et d’estime de soi.

QUAND ?

Du 31/01/2022 Au 20/06/2022

COMMENT ?

Le projet fait intervenir différentes méthodes pédagogiques :

• Recherche, usage d’outil numérique (prises de vues et réalité augmenté), réalisations de la maquette et d’un atlas des habitats vernaculaires du monde, sorties-visites et ateliers, restitution écrite et orale (web radio).

De plus les enseignants de chaque disciplines sont amenés à faire se croiser les connaissances au service des réalisations.

- Modalités de mise en œuvre

• Recherche en salle informatique sur l’architecture traditionnelle dans le monde
suivie de la création d’un atlas en réalité augmentée.(toutes disciplines)

• Découverte sur le terrain de l’architecture traditionnelle locale avec mise en évidence des solutions techniques spécifiques au climat équatoriale de la région.(Intervenants et HG))

• Interventions des architectes, des professionnels du bâtiment et auto-constructeurs pour faire le lien entre architectures traditionnelle et contemporaine (sensibiliser aux techniques et matériaux).

• En parallèle :

a- Définition des fonctions du bâtiment
b- Identification des énergies renouvelables par des visites de sites de production (Sciences physiques)
c- Découverte du fonctionnement d’une station de phyto-épuration des eaux usées.(SVT)

• Conception et réalisation de la maquette par des démarches expérimentales, d’investigation et/ou résolution de problème (Arts plastiques et technologie)

a- Aspects structurel et formel du bâtiment. Esthétique et environnement entrent en dialogue (arts plastiques).
b- L’équipement énergétique du bâtiment (technologie)
c- L’implantation d’une station de phyto-épuration des eaux usées et la végétalisation(SVT)

Réalisation au long cours d’éléments documentaires restituant les phases du projet.(toutes disciplines)

QUEL BILAN ?

- Indicateur(s) qualitatif(s)

Le projet étant à peine débuté, son évaluation n’est pas possible.

ET APRÈS ?

Un bilan n’est pas envisageable en l’état actuel du projet.

Extrait de Innovathèque du 26.01.22

 

Micro-entreprise du cacao au chocolat

QUOI ?

Ce projet intègre des notions de sciences et des notions pluridisciplinaires dans une démarche de micro-entreprise. Le fait d’étudier dans un tel cadre prépare les élèves au monde professionnel et leur permet de faire des liens entre les différentes matières.

Puis, la découverte d’une espèce Guyanaise de Cacaoyer est perçue comme une occasion de développer le territoire Guyanais. En effet cette espèce a une saveur différente du cacaoyer déjà exploité mondialement et il produit plus de fèves par cabosses. Le CIRAD réalise un travail de domestication de ce cacaoyer et prépare le territoire à l’exploitation plus pérenne de cacaoyers guyanais. Le projet présenté ici permet également de préparer le territoire et de présenter cet avenir possible aux élèves et à la ville de Kourou de manière générale.

Pour finir, le jardin pédagogique sera un élément central des actions des éco-délégués et du développement durable au collège.

QUI ?

1 membre(s) dans l’équipe - 5 partenaire(s)

La classe en elle même est dire "à besoin spécifiques". Ce sont des élèves qui pourraient décrocher si ils étaient en classe générale. A travers ce projet les élèves abordent l’école autrement.

Ils découvrent également les ateliers SEGPA avec lesquels ils collabore. Un enseignant d’Horticulture, M Auval, est intervenu avec ses élèves pour tutorer.

Un autre acteur, Fabien Doare, chercheur en agronomie au CIRAD intervient également en classe pour parler cacao et transformation en chocolat. Ce chercheur est au cœur du projet de développement de cacaoyer guyanais sur le territoire !

- Les partenaires

Structure Participation
x Le cacao dans la culture littéraire
x Tutorer les élèves sur la plantation de cacaoyers.
x Le cacao dans le monde
x Co-intervention pour la transformation du chocolat
x Histoire et géographie de l’exploitation de cacaoyer et production de chocolat

- Les participants

• 17 élève(s)
• 6 enseignant(s)
• 1 autre(s) participant(s)

 ?

HENRI AGARANDE, KOUROU, Guyane (033) [REP+]

Collège - 5ème

Cette micro entreprise va toucher des élèves qui se destinent majoritairement à la voie professionnelle. Et dans le cadre du développement du territoire, les filières dans le cacao et le chocolat pourrait bien fleurir. Ainsi ce projet pourrait préparer les futurs entreprise de chocolat Guyanais.

Mais ce projet présente d’autre métiers en lien avec la création d’une entreprise (graphiste, publicité ...). Ceci permet de faire découvrir des métiers qui n’atteignent pas forcement les quartiers où vivent les élèves.

La classe de 5ème est une classe d’élèves à besoins spécifiques, souvent issus d’un environnement social défavorisé.

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 1 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

La redondance des vœux des élèves en 3ème pour les CAP et Bac pro m’a pousser à faire ce projet. Le fait de voir les élèves se suivre ou suivre la fratrie, et finir par entrer en concurrence car les places sont limités après le collège, m’a perturbé. Les élèves ne savent pas où aller, il règne une ignorance et/ou un déni autour des filières possibles, des métiers possibles. Ce projet de micro-entreprise permet de mettre plus en valeur certains métiers dans le cadre de l’agriculture et de la promotion d’une marque.

Le fait que ce soit le cacao est également motivant, surtout lorsque j’ai réalisé lors d’une formation que c’était un des avenirs possible du territoire Guyanais. J’ai trouvé cela fou : une variété de cacao guyanais. Quelque chose qui pourrait être plus précieux que l’or et plus durable pour les écosystèmes locaux.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

• Les élèves ne savent pas quoi faire après la troisième et prennent des vœux par défaut, les choses "à la mode" que les amis prennent.

• Les métiers autour de l’agricultures sont mal compris et chargés de stéréotypes rabaissant.

Sources d’inspiration

• Séminaire Du cacao au chocolat et vice-versa, Maison pour la science, 2019

QUAND ?

Du 19/09/2021 Au 08/07/2022

COMMENT ?

Dans cette micro-entreprise nous essayons de reproduire les différentes étapes de création d’une entreprise. Cette démarche est différente d’un cours classique. Les élèves se sont partagés les tâches et chacun avance en petit groupe tout en soumettant leurs travaux au reste de l’entreprise.

Certaines étapes mobilisent tous les élèves (plantation, interventions, moments d’échanges).

Parmi les rôles il y a l’équipe de tournage, deux élèves ont en charge la prise de vidéo et de sons. Ainsi ils sont là pour les publicités mais aussi et surtout pour enregistrer une vidéo qui présente l’entreprise et la manière dont ils ont mené leur projet !

Une partie des élèves a un rôle important dans la communication, car les autres élèves et personnels de l’établissement s’interrogent sur ce jardin pédagogique.

- Modalités de mise en œuvre

• Première étape : création de l’entreprise.

◦ Cela se déroule entre septembre et novembre. L’enseignant présente le projet aux élèves : "vous allez faire parti d’une entreprise que vous allez créer".
◦ D’abord nous observons ce qu’il existe sur le marché (dégustation de chocolats de types et de marques différentes en veillant à bien observer les emballages).
◦ S’en suit un brainstorming sur ce qu’il nous faut pour créer une entreprise. A partir du brainstorming des rôles seront attribués aux élèves, des métiers avec des objectifs.
◦ Etablissement d’un planning pour l’entreprise.
◦ Création d’un logo et d’un nom d’entreprise. Cette année les élèves l’ont appeler "Le petit chocolat français d’Agarande".
◦ En mathématiques les élèves apprennent à remplir des chèques.

• Seconde étape : L’exploitation.

◦ En sciences les élèves vont établir la carte d’identité du cacaoyer à partir d’observations et d’expériences.
◦ En mathématiques les élèves voient les périmètres et la superficie.
◦ Avec des élèves de SEGPA et leur enseignant d’horticulture, les élèves du projet mettent en terre des plants de cacaoyers en suivant un protocole bien précis.
◦ Un collecteur d’eau de pluie sera installé.
◦ Le fumier est issu d’un centre équestre et il est stocké près des cacaoyers.
◦ Tout le reste de l’année, les élèves vont surveiller l’exploitation et y ajouter des choses (panneaux d’information, bananiers, plantes ornementales ...)

• Troisième étape : fabriquer du chocolat.

◦ Ceci débute avec des questions que les élèves ont préparé pour les poser au chercheur en agronomie, spécialiste du chocolat en Guyane.
◦ De là ils vont obtenir des réponses pour imaginer une manière de transformer le cacao qu’il nous aura donné (car nos arbres sont encore trop jeunes).
◦ Une seconde dégustation de chocolat à lieu pour analyser les saveurs et compositions.

• Dernière étape : communiquer.

◦ Ceci est continu. Production d’une vidéo et d’une exposition finale partagé avec les écoles du réseau. Séminaires avec un autre collège.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

• Auto-évaluation de l’action par l’équipe pédagogique

A ce stade du projet seul des échanges oraux permettent d’évaluer le projet.

- Indicateur(s) qualitatif(s)

◦ Constat à la moitié du projet.

◦ Certains élèves ont gagné en autonomie dans leur rôle. Les élèves sont stimulés par le jardin pédagogique et viennent même sur leur temps libre pour l’entretenir.

◦ Une élève a découvert le métier de graphiste dans ce projet. Elle a depuis posé des questions sur ce métier, eu l’occasion de discuter avec une vraie graphiste (de passage au collège pour un autre projet) et testé plusieurs outils. C’est plus généralement les métiers dans l’art qui viennent de toucher sa curiosité, c’est ici un très bon point.

◦ Concernant les problèmes liés aux métiers de l’agriculture, la motivation des élèves dans l’entretien du jardin pédagogique s’est exportée au collège entier. En effet l’exploitation se situe dans la coure de récréation. Ainsi les élèves et personnels viennent observer, posent des questions, veulent faire pareil. Et ils le font, en effet au moins deux nouveaux projets ont émergés au collège suite à celui-ci. Des projets de végétalisation du collège.

APRÈS ?

• Les élèves auront découvert des métiers et une méthode de travail en petite entreprise.
• Ceci aura développé leur autonomie et communication.
• Les élèves réfléchissent à ce qu’ils veulent faire plus tard sans avoir à les forcer.

L’action a eu pour effet inattendu de créer une dynamique de végétalisation du collège. Des personnes ont fait des dons de plantes à la micro-entreprise. Des membres du personnel ont initié des projets pour planter des végétaux dans le collège.

- Développement et suite de l’action

• Des projets de végétalisation du collège font suite à ce projet dans le collège.
• Le jardin pédagogique sera repris l’année suivante pour une nouvelle micro-entreprise.

Extrait de Innovathèque du 26.01.22

 

Echanger entre nous autour de notre biodiversité et de nos cultures

QUOI ?

L’objectif est de faire correspondre 3 classes sur un sujet commun : la biodiversité.

Cette année nous avons élargie le thème biodiversité, des discussions autour des cultures différentes des élèves.

De plus, les 3 classes de 3ème continue à communiquer ainsi que 2 classes de 4ème.

Cette année des capsules vidéos on été réalisées pour définir la biodiversité, les écosystèmes ...

Des échanges numériques et postaux sont en cours.

Bilan pour le collège de Parmain
https://drive.google.com/file/d/1a_FJVYsCRGZ3PdvAUPhFbZ-XkxcPT7Hl/view?usp=sharing
https://youtu.be/51WDumsMUb8

QUI ?

1 membre(s) dans l’équipe

- Les participants

• 100 élève(s)
• 3 enseignant(s)
• 2 autre(s) participant(s)

OÙ ?

HENRI AGARANDE, KOUROU, Guyane (033)

Collège - 4ème, 3ème

• 1 académie(s)
• 1 établissement(s)
• 0 classe(s)

POURQUOI ?

- Problème identifié

Mauvaise connaissance de la métropole, de la Guyane et des différentes cultures.

QUAND ?

Du 31/08/2021 Au 30/06/2022

COMMENT ?

- Modalités de mise en œuvre

Communiquer par Courier, tapplication téléphone, génialy et vidéo-conférence.

QUEL BILAN ?

- Modalités d’évaluation

ET APRÈS ?

[Extrait du site Innovathèque du 26.01.226>https://innovatheque-pub.education.gouv.fr/innovatheque/consultation-action/8924/nav-context?previousPage=most-recent]

Répondre à cet article