> ACTES, PRODUCTIONS OZP > TOUT SAVOIR SUR LES ZEP. Une série de fiches OZP (2004-2012) > Les "relances" de l’éducation prioritaire (Fiche OZP)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Les "relances" de l’éducation prioritaire (Fiche OZP)

juin 2006 Version imprimable de cet article Version imprimable

Des fiches pour tout savoir sur l’éducation prioritaire

Les « relances » de l’éducation prioritaire

Mise à jour : août 2009

La politique d’éducation prioritaire a été mise en place en 1981. Une première relance a eu lieu en 1990, une deuxième en 1998, une troisième en 2006.
La première a clarifié le dispositif et a instauré un rythme triennal : projet, mise en place avec les moyens adéquats, évaluation.
La deuxième a affiné le dispositif en créant REP, contrats de réussite et pôles d’excellence et en accentuant les liens avec la politique de la Ville.
La troisième a vu se créer les réseaux Ambition réussite (RAR), les réseaux de réussite scolaire (RRS), en lien avec les dispositifs de réussite éducative.

 

Ces trois relances sont justifiées. En effet, en reprenant l’image du « macroscope » et en décomposant le mouvement, il apparaît que le système a besoin d’informations pour s’affiner qu’il doit attendre quelques années d’expérimentation, recueillir le feed-back pour pouvoir imprimer une nouvelle adaptation.
C’est la raison pour laquelle, par exemple, il était impossible de définir la fonction de coordonnateur dès 1981. Il a fallu attendre les réponses du dispositif pour que la fonction émerge et enfin puisse se définir au début des années 1990.

Par quel canal le système est-il renseigné pour adapter son action ? Par quels moyens recueille-t-il le feed-back ?

Pour la première relance, un élément de réponse se trouve dans la circulaire du 7 décembre 1992 :
« L’expérience de ces dix dernières années montre cependant que ce défi peut être relevé et que les ZEP ont joué un rôle très positif (voir les rapports des inspections générales et de la direction de l’Évaluation et de la Prospective) [...] À partir de cet acquis, très largement reconnu, il faut aujourd’hui consolider la politique éducative dans les ZEP en prenant d’abord le temps et les moyens d’aller plus loin en matière d’évaluation. Il est nécessaire de mener cette année, dans chacune des ZEP, une évaluation interne et externe complémentaire de celles des Inspections générales et de la direction de l’Évaluation et de la Prospective (DEP) »

Pour la deuxième relance (1998), le rapport Moisan-Simon, « résultat d’un an d’étude sur le terrain par une trentaine d’inspecteurs généraux » a apporté des informations pour adapter le système. Les circulaires de 1997 et de 1999 [1] ont largement tenu compte de ce rapport ainsi que des rapports antérieurs de l’Inspection Générale.

La réforme de mars 2006, lancée par Gilles de Robien, a été mise en place en partie pour répondre aux violences urbaines d’octobre 2005. Elle s’est largement appuyée sur le rapport de Anne Armand et Béatrice Gille (déc. 2005) La contribution de l’éducation prioritaire à l’égalité des chances des élèves, lequel n’a été achevé et rendu public qu’en 2006. Ce rapport a sans aucun doute favorisé les interactions entre l’Ecole et la ville, notamment dans le cadre du plan Espoir banlieues.

Le système s’adapte donc en recueillant des informations à partir de rapports d’inspecteurs généraux et de publications de différentes directions du ministère, établis après enquêtes menées sur le terrain ou à partir d’informations qui "remontent" du terrain.

 

Documents
- Bourgarel, Alain. ZEP en débat]. Diversité Ville-Ecole-intégration, n°144.
- L’Observatoire des Zones d’Education prioritaires apporte des éléments d’information pour faire évoluer le système ; sur demande du ministère, cette association a déjà proposé des pistes de réflexion, sur la fonction de coordonnateur par exemple.
- Bongrand, Philippe.La réflexivité de l’action publique - Savoirs et producteurs de savoirs dans la relance des zones d’éducation prioritaires. Mémoire de DEA (diplôme d’études approfondies) sous la direction de Jacques Lagroye, Paris I, septembre 2001.
- Les Assises nationales de Rouen

 

Retour au sommaire des Fiches

 

Notes

[1Circulaire n°97-233 du 31 octobre 1997. BOEN n°40 du 13 novembre 1997. Circulaire n°99-007 du 20 janvier 1999. Encart du BOEN n°4 du 28 janvier 1999.

Répondre à cet article