> EDUCATION PRIORITAIRE > EDUC. PRIOR. Les 8 types de documents > Educ. prior. (Dossiers et Guides) > Education prioritaire : une réforme discrète qui suscite des inquiétudes (Le (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Education prioritaire : une réforme discrète qui suscite des inquiétudes (Le Monde)

21 décembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Education prioritaire : une réforme discrète qui suscite des inquiétudes
L’éducation nationale a annoncé fin novembre le lancement de « contrats locaux d’accompagnement » dans trois académies. Présenté comme une innovation s’ajoutant à l’existant, ce dispositif pourrait déboucher sur un changement profond de philosophie.

[...] A terme, si ce galop d’essai est jugé satisfaisant, ces contrats pourraient prendre le pas partout sur l’actuel dispositif des réseaux d’éducation prioritaire (REP), qui concerne 729 collèges et leurs écoles de secteur – même si, Rue de Grenelle, on défend pour l’instant une « simple expérimentation », et non une réforme. Les 363 réseaux REP+ (pour les établissements les plus en difficulté) resteront inchangés.

Des écoles, collèges et lycées qui ne bénéficient pas des avantages de l’éducation prioritaire (dotation en heures supplémentaires pour organiser des demi-groupes, primes d’attractivité pour les enseignants, décharges destinées à la coordination en équipe) pourront signer ces contrats. Les zones rurales « en décrochage économique » et les établissements isolés sont particulièrement visés, car ils se situent hors de la carte de l’éducation prioritaire, majoritairement adossée aux quartiers prioritaires de la politique de la ville. Les écoles orphelines, qui devraient être en REP du fait du profil de leurs élèves mais dépendent d’un collège qui ne l’est pas, pourront également tirer profit du nouveau système – ainsi que certains lycées, en particulier dans l’enseignement professionnel.

Réalités très différentes
Là où le classement en éducation prioritaire déclenche immédiatement une série de mesures, les rectorats pourront cette fois distribuer « selon les besoins » des moyens différenciés : ici une prime d’attractivité destinée à attirer des enseignants vers une zone reculée, là des heures supplémentaires. Pour les détracteurs du projet, c’est là que le bât blesse : « C’est la fin du pilotage national de l’éducation prioritaire », résume Jean-Yves Rochex, spécialiste de la question et membre du conseil scientifique de l’Observatoire des zones prioritaires.

L’idée de créer des contrats locaux, réputés plus souples que les découpages territoriaux décidés Rue de Grenelle, part d’un constat simple : 70 % des enfants défavorisés sont scolarisés dans des établissements qui ne relèvent pas de l’éducation prioritaire, et « 25 % des enfants de REP ne devraient pas y être, au regard de leur indice de position sociale », rappelle Pierre Mathiot, auteur d’un rapport sur l’éducation prioritaire, coécrit avec l’inspectrice générale Ariane Azéma, et remis à Jean-Michel Blanquer en novembre 2019.

Si les réseaux REP+ sont concentrés sur des zones urbaines paupérisées où les difficultés sociales et scolaires sont homogènes, les REP recouvrent des réalités très différentes, selon qu’on se situe dans des régions en fort décrochage économique ou non, périurbaines ou de centre-ville. « Cette carte de l’éducation prioritaire intermédiaire ne désigne pas du tout les mêmes situations si l’on est dans le Médoc que dans le Pas-de-Calais, rappelle Pierre Mathiot. L’important était de pérenniser les REP+, car elles correspondent à des quartiers très dégradés qui ne peuvent absolument pas se passer d’aides. »

C’est d’ailleurs la première chose que rappelle la secrétaire d’Etat chargée de l’éducation prioritaire, Nathalie Elimas : « On ne touche pas à l’existant », affirme-t-elle au Monde, assurant qu’il ne s’agira pas de « diluer les moyens » mais de « suivre une voie parallèle » à l’actuelle carte de l’éducation prioritaire. « A ce stade, on ne peut pas dire ce qu’il adviendra des réseaux REP à l’issue de l’expérimentation, nuance-t-elle toutefois. Mais si elle fonctionne bien, on en parlera. » [...]
Violaine Morin

Extrait de lemonde.fr du 20.12.20

Répondre à cet article