> MATERNELLE, LYCEE, Enseign. PROFESSIONNEL, SUPERIEUR-RECHERCHE > Supérieur-Recherche, Etudiants, Ouverture sociale et Cordées > Ouverture sociale > Ouverture sociale. Grandes écoles (sauf Sciences Po) > L’échappée belle d’élèves étiquetés vulnérables : des bacheliers professionnels en (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

L’échappée belle d’élèves étiquetés vulnérables : des bacheliers professionnels en CPGE (revue Education et socialisation)

16 novembre 2020 Version imprimable de cet article Version imprimable

Éducation et socialisation
Les Cahiers du CERFEE

57 | 2020
Situations de vulnérabilité : paroles, savoirs, pouvoirs - Varia

Dossier
L’échappée belle d’élèves étiquetés vulnérables : des bacheliers professionnels en CPGE
Carine Érard, Christine Guégnard et Magali Danner

Au vu de la finalité de leur diplôme, les bacheliers professionnels peuvent paraître, aux yeux de tout à chacun, ne pas être à leur place en classe préparatoire aux grandes écoles (CPGE). Stigmatisés par un parcours dans le secondaire professionnel, ils semblent fragilisés au vu de leur profil social et surtout scolaire, en raison de son décalage avec les contenus de l’enseignement supérieur long. Pourtant, quelques-uns s’aventurent vers cette formation d’élites. Entretiens semi-directifs à l’appui, l’enjeu est de présenter les points de vue de ces jeunes considérés comme des acteurs en quête de sens dans leurs études, cherchant à mettre en cohérence leurs parcours, leurs expériences et leurs attentes. Conscients des obstacles à franchir mais sans se percevoir comme vulnérables, ces bacheliers acceptent les risques d’une telle orientation atypique : la CPGE représente l’espoir d’échapper au destin associé à la filière professionnelle qu’ils disent pourtant avoir appréciée.

Extrait de journals.openedition.org

Répondre à cet article