> INEGALITES SCOLAIRES (et Lutte contre les) > PAUVRETE, AIDE SOCIALE, Assist. soc. > Fiches de renseignements et inégalités. Une étude montre que les élèves les (...)

Voir à gauche les mots-clés liés à cet article

Fiches de renseignements et inégalités. Une étude montre que les élèves les moins stables socialement mentent sur leur famille

3 septembre Version imprimable de cet article Version imprimable

Additif du 17.09.19

Fiche de renseignements  : un rituel scolaire décrié

(...) Pour quels bénéfices du point de vue de la scolarité ? Là-dessus, le chercheur Pierre Merle, qui s’est penché sur le sujet il y a déjà vingt ans, livre un avis tranché : ce relevé d’informations, apparu dans les années 1960 à l’heure de la « massification scolaire », perdure en dehors de tout texte réglementaire. « C’est une spécificité française : ailleurs, par exemple en Allemagne ou au Japon, demander la profession des parents serait perçu comme terriblement intrusif. » Il n’existe aucune étude, ajoute-t-il, attestant de répercussions positives pour l’élève, « alors qu’il en existe démontrant un impact négatif, car une information n’est jamais neutre. Il y a toujours le risque qu’elle influence les attentes – notamment les pratiques d’évaluation – de l’enseignant ».

Sylvain Marange, qui enseigne l’histoire-géographie à Nantes, profite des fiches de renseignements pour demander aux collégiens qu’il accueille, en éducation prioritaire, leurs « envies » par rapport à sa discipline. « Souvent, ils me demandent de retravailler les guerres mondiales, des questions sociales qui les taraudent, dit-il. C’est, je pense, une bonne manière de commencer l’année. »

Extrait de lemonde.fr du 16.09.19

 

"Rentrée scolaire : quand le prof renforce les inégalités dès les premier cours" - Extraits/France Culture
Préjugés, tri précoce, impact sur la scolarité, stratégie d’image pour se faire bien voir... lucides, les lycéens redoutent les fiches de renseignements que les enseignants font remplir à la rentrée. Une étude montre que 74% d’entre eux mentent sur leur fiche.

Finalement, le travail de la chercheuse montre que les élèves les moins dotés ou les moins stables socialement sont ceux qui mentent sur leurs familles, tandis que les plus proches de l’institution scolaire mentiront sur leurs loisirs, leurs goûts voire leurs projets par anticipation d’un avis favorable.

Extrait de demain-lecole.over-blog.comdu 02.09.19

 

Voir au milieu de la colonne de gauche la liste des MOTS-CLES liés à cet article, classés par ordre alphabétique,
Croiser le mot-clé choisi avec d’autres (en repérant grâce aux * sa place dans les sous-groupes du tableau de croisement)
Voir en haut de la page le chemin de la RUBRIQUE de cet article

Répondre à cet article